Bienvenue ! S'inscrire Connexion
Nos Romans L'Agenda Nos Articles
Les Trois Rues Les Forums L'Equipe

Inscrivez-vous ou connectez-vous

~ Bienvenue cher visiteur de l'Allée des Conteurs ~
Attention, tu n'as pas encore créé ton compte ADC, tu peux le faire en une minute chrono en cliquant ici !
Vous entendez le bruit des moteurs ? Vous rêvez de visiter le ciel ? ... Patience, le camp arrive !

La taverne aux défis
Demander un défi scriptural à réaliser !
Créer un sujet Répondre
144 messages  • Aller à la page 1, 2, 3, 4, 5 ... 8  Suivante
Les Défis de Diogène
Noble Conteur "Cerfboisé"
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Oct 2014, 18:27
Messages: 3142
20 Nov 2014, 20:23Les Défis de Diogène
Bon, voici que j'ai retroussé mes manches

Standard (jusqu'à 1.000 mots)


Objet « Fusil »
~¤~
Emotion « Colère »
~¤~
Couleur « Doré »


Univers: Les Ombres de Jack
Nombre de mots: 838

« Chapitre X » (extrait)
L’air est lourd, presque suffoquant. Dans le ciel, un soleil de plomb assassine les hommes comme les bêtes. Il est midi et le soleil est au zénith. Dans la rue, les ombres se sont tus. Elles se sont réfugiées là où elles le pouvaient encore, là où les rayons féroces ne peuvent les atteindre. Dans les maisons, les gens se terrent. Chacun retient son souffle. On entend juste le crissement agaçant d’une paire de bottes sur le sol. Un étranger, l’homme en noir, vient d’arriver. Il est à l’entrée, son ombre immense se déploie le long de la voie principales. Son sombre chapeau couvre son regard, mais non le bas de son visage, mangé par une barbe drue et rocailleuse. Il crache. C’est un jus noir, noir comme son regard. Il crache. De nouveau la salive chique s’écrase par terre, dans un bruit de poussière. L’homme serre les mâchoires. Derrière les murs en bois, les gens se cachent. Ils sentent son regard noir, acéré comme les serres d’un aigle. L’homme hume l’air. Il y flotte une odeur de peur, une odeur de terreur. L’homme sourit, un sourire carnassier, qui dévoile des chicots de prédateurs. Ses dents sont noires, noires comme la poix. Amusé, il avance. Devant lui, les ombres reculent encore un peu plus. Il a envie de rire. Et s’il pouvait pleurer, il le ferait. Mais il y a bien longtemps que ses yeux sont secs, brûlés par le soleil.
Derrière une fenêtre, un homme tremble de peur, ses mains sont crispées autour de son fusil. Il est tout ce qu’il lui reste, avec sa haine. Une haine aveugle et destructrice, la seule chose qui le garde en vie.
L’homme poursuit sa route, il fait mine d’examiner une à une les habitations. Mais il n’en a pas besoin, car il sait déjà où il va. Il veut juste répandre encore un peu plus la terreur et déguster la peur et la mort, qu’exhale chacun des habitants. Soudain il aperçoit un abreuvoir et un cheval, à la robe encore plus sombre que la bouche de l’Enfer elle-même, surgit des entrailles de la terre. Il porte un mors en bronze, qui brille comme de l’or, sa selle de cuir doré éclabousse les portes du saloon d’une lumière mauvaise. L’homme se saisit alors de sa bride et l’animal qui renâclait se soumet, se laissant attacher au poteau de bois branlant. Il lui flatte alors l’encolure et lui offre, ce qui pourrait être une sucre. Il se penche alors dans l’abreuvoir pour y boire. À peine l’a-t-il effleuré, que l’eau se met à bouillonner et à fumer furieusement. Mais la bête n’en a cure et il se repaît jusqu’à la lie. Quand il eut fini, l’abreuvoir est devenu noir, avant de se changer en un tas de cendre, que le vent balaye impitoyablement. L’homme éclate de rire, découvrant ses chicots noirs. Puis il monte les marches. Dans le saloon, derrière le comptoir, la barman tremble et ses clients se sont repliés dans les recoins les plus obscurs, pour ne pas croiser le regard de l’homme en noir.
Derrière la fenêtre, l’homme brûlant de haine tient fermement entre ses doigts son arme, le doigt sur la gâchette.
L’homme s’est accoudé, il a posé son chapeau à côté de lui et de ses prunelles laiteuses, il fixe le patron :
– Une bière…et sans faux-col. Lui demande-t-il d’une voix sèche et âpre comme le vent du désert.
Le barman ne dit rien, incapable de soutenir le regard aveugle de l’homme en noir. Mais celui-ci ne le lâche pas, pas plus qu’il n’oublie les clients qui se tapissent. Dans son dos, un cliquetis. Mais il est déjà trop tard et un homme choit par terre, son revolver tombe à côté de lui avec un bruit mat.
– Je vous avais demandé une bière…non une mise en bière.
Le patron la lui sert. Il sent la main de l’homme en noir se referme sur la sienne. Il la lui brise presque.
– Vous avez de la chance. Je ne suis pas venu pour vous.
Dans les yeux de l’homme, le patron ne voit que son visage, déformé par la terreur.
– Alors, évitez de me mettre en colère.
Dans son dos, derrière la fenêtre, l’homme est incandescent de haine. Son doigt est sur la gâchette. Il ne tremble pas. Lentement, très lentement, il le relâche.
L’homme en noir repose alors sa bière, laisse tomber un dollar en argent et sors :
– Merci pour la bière.
Dehors son cheval s’impatiente, il sent l’odeur de la mort. Il lui caresse le museau l’apaisant d’une promesse. L’animal cesse.
L’homme s’avance alors et entre dans une maison aux murs croulants. Derrière une fenêtre, un homme l’attend. À ses pieds, gît un cadavre sans tête, un fusil coincé entre les jambes.
– Pourquoi ? Murmure l’homme.
Mais l’homme en noir ne lui répond pas et appelle son cheval. Il monte en selle, l’autre sur la croupe. Alors s’ouvrent les portes de l’Enfer béantes et affamés, au travers desquelles l’animal bondit….
http://www.alleedesconteurs.fr/images/equipe/conteur.jpg http://www.alleedesconteurs.fr/images/equipe/rue_cerfboise.jpg

http://img110.xooimage.com/files/f/8/5/tome-3-53dc548.jpeg


Noble Conteur "Cerfboisé"
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Oct 2014, 18:27
Messages: 3142
20 Déc 2014, 14:02Re: Les Défis de Diogène
Pendant la période de Noël, la chasse est ouverte.

VOTRE DEFI
Standard

Objet « Quête »
~¤~
Emotion « Dédain »
~¤~
Couleur « Rouge »


Nombre de mots: 770

« La Chasse au Père Noël » (extrait)
Depuis quelques jours Martin rumine. Noël arrive dans une vingtaine de jours et cette année c’est décidé, il capturera le Père Noël, ou il ne sera pas. Cela fait deux ans, qu’il s'essaye chaque mois de décembre, chaque nuit du 24 au 25, à la traque de ce gibier si particulier ; en fait depuis qu'il a voulu intégrer la confrérie des Nains Révoltés en Bretelles Rouge. Or pour intégrer ce club très fermé de la cour de récré, il lui faut accomplir une quête : Capturer le Père Noël.

Le première année, il avait passé les deux mois des grandes vacances à se documenter sur sa proie, au grand étonnement de ses parents, car ils ne l’avaient que rarement vu ouvrir un livre. Ils furent encore plus surpris, le jour où il regarda avec dédain l'écran plasma mural qu'il regardait auparavant avec avidité, avant de déclarer que son cerveau n'avait plus de temps à lui consacrer. Non, non ! Il était bien trop préoccupé à mettre au point son plan diabolique, qui, à coup sûr, lui assurerait la capture de sa proie si particulière. Il avait pour l'occasion transformer sa chambre en un véritable bunker, où il avait entassé tout son arsenal : bombe à peinture, faites à partir de baudruches remplies de gouaches, filets à papillons et à crevettes, qu'il avait cousu ensemble, des planches glissantes, lattes de parquet où il avait collé des peaux de bananes. Hélas au bout de quelques jours l'odeur écœurante de la banane fermentée était devenue insupportable et il avait dû s'en débarrasser. A la place, il avait confectionné des boîtes à peur, qui s'ouvraient sur des horreurs dès qu'on les touchait. Il avait encore quelques autres fantaisies dans ses réserves, mais son arme absolue restait quand même son très redouté et redoutable pistolet à bouchon, qui, lui, ne lui avait jamais fait défaut. Hélas il est un ennemi cotre lequel la lutte était totalement inégale : Le sommeil, qui, tel un implacable rouleau ensommeilleur, s'empara de lui et l'emporta vers l'Onirie, dont il ne revint que le lendemain matin, où il découvrit les cadeaux sous le sapin.

Sa seconde tentative ne fut guère couronnée de succès et les portes du club des Nains Révoltés en Bretelles Rouge se refermaient inexorablement. Il avait pourtant pris ses précautions, en buvant thés ou cafés, en des proportions telles qu’il en eut des palpitations. Mais, comme il l'apprit à ces dépends, le Père Noël a des alliés puissants et le marchand de sable en est. Ainsi lorsqu'il se réveilla, le lendemain matin, non seulement les cadeaux étaient sous le sapin, mais il avait en plus les yeux plein de sable. Aussi cette année a-t-il décider de stratégie, il allait donner envie de rester chez lui au Père Noël. Pour cela, il avait cassé sa tirelire pour s'offrir une bouteille de Château Laffite, ainsi que des cours de cuisine chez un pâtissier renommé, pour apprendre à confectionner de délicieux pains d'épices. Bien sûr, bien sûr, il aurait pu verser un narcotique dans le vin, ou encore fourrer de soporifique le pain d'épices, mais il n'en fit rien. Il voulait capturer le Père Noël par le cœur.

Or donc la veille de Noël, il avait demandé la permission à ses parents de faire un feu de cheminée. Ces derniers la lui ont accordé, pourvu qu’il le surveille jusqu’à ce qu'il s'éteigne. Martin était en joie, car il aurait à cœur d'entretenir le feu pour qu'il dure toute la nuit. Vers minuit, alors que ses parents étaient partis se couchés, en lui recommandant de ne pas trop veiller, Martin jeta une nouvelle bûche sur les braises mourantes, faisant naître dans l'âtre une vitalité nouvelle. Il versa ensuite un peu de Château Laffite dans un verre à pied et découpa quelques tranches de son pain d'épices dans une assiette. Il déposa alors le tout au pied de la cheminée et se mit à guetter. Dans ses yeux se reflètent a danse hypnotique du feu. Malgré tout, il se force à les garder ouvert, fixant toujours le ballet des vagues orangées dans la cheminée, qui l'emmène malgré lui dans le royaume des djinns. Lorsqu'il s'éveille, l'âtre froide ne dégage plus qu'un mince filet de fumée et les cadeaux son au pied du sapin. Martin a envie de crier, trépigner, pleurer, car il a encore échoué. Néanmoins, il remarque une petite carte, posée près de sa main. C'est un Père Noël dans une cage. Transporté de joie, il étire un sourire, tandis qu'il voit s'ouvrir les portes du merveilleux, fabuleux Club des Nains Révoltés en Bretelles Rouge.
http://www.alleedesconteurs.fr/images/equipe/conteur.jpg http://www.alleedesconteurs.fr/images/equipe/rue_cerfboise.jpg

http://img110.xooimage.com/files/f/8/5/tome-3-53dc548.jpeg


Dernière édition par Diogene le 03 Jan 2015, 21:23, édité 4 fois.

Dame Conteuse "Ondenymphe"
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 02 Sep 2014, 12:30
Messages: 2407
Localisation: Isère
20 Déc 2014, 14:36Re: Les Défis de Diogène
C'est mignon tout plein, comme histoire ! :lol:
http://www.alleedesconteurs.fr/images/equipe/conteur.jpg http://www.alleedesconteurs.fr/images/equipe/rue_ondenymphe.jpg https://www.alleedesconteurs.fr/images/equipe/rue_mafia.jpg


Mon site d'auteur - Mes chroniques : eTemporel - Mon forum dédié imaginaire : L'Imag'In Café


Noble Conteur "Cerfboisé"
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Oct 2014, 18:27
Messages: 3142
23 Déc 2014, 10:24Re: Les Défis de Diogène
Merci Kahlan, çà me change un peu de mes noires histoires.
http://www.alleedesconteurs.fr/images/equipe/conteur.jpg http://www.alleedesconteurs.fr/images/equipe/rue_cerfboise.jpg

http://img110.xooimage.com/files/f/8/5/tome-3-53dc548.jpeg


Modératrice/Coordinatrice de l'Allée des Conteurs
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 27 Nov 2012, 12:33
Messages: 2351
26 Déc 2014, 19:58Re: Les Défis de Diogène
(Dio, n'oublie pas de mettre les trois mots en gras pour que ton défi soit validé :pouce: )

Il est attendrissant petit Martin, et franchement qui n'a jamais essayé de faire comme lui. Bien joué ^^
http://www.alleedesconteurs.fr/images/equipe/responsable.jpg http://www.alleedesconteurs.fr/images/equipe/conteur.jpg http://www.alleedesconteurs.fr/images/equipe/rue_cerfboise.jpg https://www.alleedesconteurs.fr/images/equipe/rue_mafieux.jpg


Noble Conteur "Cerfboisé"
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Oct 2014, 18:27
Messages: 3142
26 Déc 2014, 20:29Re: Les Défis de Diogène
(Corrigé Jam)

Ah çà, qui n'a jamais essayé, osez-donc le nier.
http://www.alleedesconteurs.fr/images/equipe/conteur.jpg http://www.alleedesconteurs.fr/images/equipe/rue_cerfboise.jpg

http://img110.xooimage.com/files/f/8/5/tome-3-53dc548.jpeg


Académicien
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 17 Déc 2013, 11:23
Messages: 1519
Localisation: Aux frontières du chaos
03 Jan 2015, 20:10Re: Les Défis de Diogène
Ton drabble à l'air très bien, vraiment, mais par pitié espace un peu tes paragraphes :pouic:
ça change quelque chose de passer une ligne :ange:


Noble Conteur "Cerfboisé"
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Oct 2014, 18:27
Messages: 3142
03 Jan 2015, 21:25Re: Les Défis de Diogène
un instant :sors: je vais faire pénitence

Ah, pardon. J'oublie que je travaille avec word...Bon j'ai rajouté des espaces, j'espère qu c'est plus lisible.

Et merci Clyfia
http://www.alleedesconteurs.fr/images/equipe/conteur.jpg http://www.alleedesconteurs.fr/images/equipe/rue_cerfboise.jpg

http://img110.xooimage.com/files/f/8/5/tome-3-53dc548.jpeg


Académicien
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 17 Déc 2013, 11:23
Messages: 1519
Localisation: Aux frontières du chaos
03 Jan 2015, 22:29Re: Les Défis de Diogène
Ah, merci, c'est largement mieux, j'ai même vu tes coquilles pour le coup (j'ai une bonne vue faut pas croire). Rien de grave, tu les trouveras facilement si tu les cherches. Et j'aime bien la délicatesse du Père Noël. Ton texte a juste la pointe de magie qu'il faut.

Moi aussi j’utilise Word. Dès que je publie, je rajoute les espaces manquants en retenant les mots de chaque fin de paragraphe. Quand je vois un gros pavé, je coupe.


Noble Conteur "Cerfboisé"
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Oct 2014, 18:27
Messages: 3142
04 Jan 2015, 00:16Re: Les Défis de Diogène
Merci, çà m'a fait du bien d'écrire ce texte. Je me prouve que je suis capable d'écrire dans d'autres ambiance, plus enfantine et moins sombre.

J'irai à la pêche demain :coeuur:

Je ferai attention à partir de maintenant et je corrigerai les textes déjà sur Le conteur.
http://www.alleedesconteurs.fr/images/equipe/conteur.jpg http://www.alleedesconteurs.fr/images/equipe/rue_cerfboise.jpg

http://img110.xooimage.com/files/f/8/5/tome-3-53dc548.jpeg


Dame Conteuse "Ondenymphe"
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 02 Sep 2014, 12:30
Messages: 2407
Localisation: Isère
04 Jan 2015, 14:09Re: Les Défis de Diogène
Mais personne n'en doutait, Dio, sauf toi peut-être ! :P
http://www.alleedesconteurs.fr/images/equipe/conteur.jpg http://www.alleedesconteurs.fr/images/equipe/rue_ondenymphe.jpg https://www.alleedesconteurs.fr/images/equipe/rue_mafia.jpg


Mon site d'auteur - Mes chroniques : eTemporel - Mon forum dédié imaginaire : L'Imag'In Café


Noble Conteur "Cerfboisé"
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Oct 2014, 18:27
Messages: 3142
13 Jan 2015, 11:08Re: Les Défis de Diogène
VOTRE DEFI
Standard

Objet « Jeu de Dames »
~¤~
Emotion « Amnésie »
~¤~
Couleur « Miel »


Univers: Les ombres de Jack
Nombre de mots: 755

« Chapitre 7 : Le Sommeil de l'Ombre » (extrait)
Derrière des fenêtres de papier, dans une alcôve aux couleurs de son coeur, amer et sombre, Alexandre est assis le regard vide. Devant lui, un petit coffre en ivoire le nargue.
– Qu'est-ce ? A murmuré Loki, qui s'est approché sans un bruit.
Il ne sait quoi dire, ni quoi faire, c'est la première fois qu'il le voit ainsi. Et son échange, la veille au soir avec Alvaro, ne l'a point apaisé.
– Me croirais-tu si je te le disais ?
– Tes paroles me blessent Alexandre ! Aurais-tu à ce point perdu ta confiance !
– Nenni ! C'est simplement la chose la plus extraordinaire qui soit à mes yeux.
– Allons ! Dis-moi ! J'insiste. La curiosité me brûle et me consume. Veux-tu que je finisse en un petit tas de cendre ?
– Bien sûr que non.

Et pour toute réponse, il ouvre avec délicatesse le coffret. Il en sort un plateau de bois, un damier avec des cases en obsidienne et les autres en porcelaine, puis des jetons en ambre au reflet de miel, les autres sont en ébène. Les soupesant un instant, il les jette sur la surface brillante et aussitôt se range en ordre, sur leurs cases respectives, face à face comme deux armées prêtes à combattre.
– Vois-tu Loki. Il y a fort longtemps, j'ai fait une partie de jeu de dames avec moi-même. Seulement je ne sais plus pourquoi, de même que j'ai oublié ce qui est enfermé dedans.
– Quelle ironie, a-t-il ricané. Je suis un dieu déchu et malgré tout voici que je souffre d'amnésie.
– Au fond, la chose n'a rien d'impossible.
– C'est juste, car c'est l'humanité qui m'a vu ainsi, faisant de moi l'une de leurs divinités. Mais cessons-là la digression, que je t'en dise un peu plus sur cet étrange jeu. Je pense que ce qui est enfermé est une part de moi-même.
– Pourquoi dis-tu cela ?
– Chaque fois que je joue un pion, la partie adverse réplique de la manière dont je l'envisageais. Néanmoins, je ne saurai te dire depuis quand je ne l'ai pas rouvert et pourtant, aujourd'hui, j'en ressens le besoin pressant.
– Ne serais-tu pas en train de te mentir ?
– Que veux-tu dire Loki ?
– Rien de plus que ce que je viens de dire. Tu l'as senti, tout comme moi, comme nous. Nous savons tous trois ce qui s'est passé cette nuit-là.

Attention, spoilers ...


Un voile de tristesse a recouvert son visage.
– ...car il est des lois contre lesquelles, moi-même, je ne puis m'élever. Cependant ce n'est pas un hasard si j'ai sorti ce jeu de dames.
Alexandre a alors relevé la tête, puis a posé le plateau au milieu de la table.
– Je veux perce le secret de mon amnésie. Hélas, je sais qu'en jouant contre moi-même, je perdrai.
– N'ai aucune inquiétude à ce sujet Achronos a chuchoté une voix grave, venue de l'au-delà.
A côté de lui, Loki a disparu au profit d'une homme habillé à la mode des années folles. Sa peau comme ses habits sont de la couleur des ombres et malgré tout il répand autour de lui une immense joie de vivre. L'homme a tourné son visage souriant vers Achronos, qui l'a étreint chaleureusement.
– Alvaro ! Mon ami ! Il y a si longtemps.
– N'exagère rien Achronos. Je suis toujours là, avec Loki.
– Oui, mais il est si rare de te voir en chair et en ombre.
– Ah...tu sais ce qu'il nous en coûte pour me maintenir ici.
– Oui...

Mais il m'a fait taire d'un geste :
-- Créature de lumières je prendrai donc les Ombres. Créature de Ténèbres, je te laisse la Lumière.
Et d'un geste, il a fendu la toile de la réalité pour dévoiler ce qui es caché. Je vois ses lèvres remués, mais il s'éloigne si vite, que nul son ne me parvient, et bientôt je demeure seul sur le chemin.


Ce texte étant la fin du chapitre 7, j'ai dissimulé un paragraphe qui risquerait de dévoiler des évènements ayant trait au premier meurtre. A vos risques et périls.
http://www.alleedesconteurs.fr/images/equipe/conteur.jpg http://www.alleedesconteurs.fr/images/equipe/rue_cerfboise.jpg

http://img110.xooimage.com/files/f/8/5/tome-3-53dc548.jpeg


Dernière édition par Diogene le 18 Jan 2015, 17:06, édité 1 fois.

Villageois
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 22 Aoû 2013, 11:57
Messages: 116
15 Jan 2015, 12:36Re: Les Défis de Diogène
Salut !

Je trouve que la dernière partie avec le nouveau personnage manque un peu de fluidité mais chapeau bas pour l'utilisation des mots clefs. Ils sont bien utilisés ! J'ai bien aimé cette partie mais je n'ai pas lu le spoiler pour ne pas me gâcher le suspens...

Bonne continuation !
http://www.alleedesconteurs.fr/images/equipe/rue_sombresaile.jpghttps://zupimages.net/up/18/40/m2f9.jpg


Modératrice/Coordinatrice de l'Allée des Conteurs
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 17 Mai 2013, 07:32
Messages: 5504
19 Jan 2015, 19:58Re: Les Défis de Diogène
Je ne sais trop qu'en penser. D'un côté, je trouve ton écriture toujours aussi agréable mais j'avoue me perdre un peu dans les personnages et j'ai un peu de mal à me plonger vraiment dans le défi ! Plus qu'à mettre les Ombres de Jack sur ma liste de lecture pour résoudre ça !
http://www.alleedesconteurs.fr/images/equipe/responsable.jpg http://www.alleedesconteurs.fr/images/equipe/conteur.jpg http://www.alleedesconteurs.fr/images/equipe/rue_ondenymphe.jpg
https://www.zupimages.net/up/18/34/gzg5.png


Noble Conteur "Cerfboisé"
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Oct 2014, 18:27
Messages: 3142
19 Jan 2015, 20:31Re: Les Défis de Diogène
J'ai presque envie de te dire, qu'il y a d'autres textes qui apporteront eux aussi leurs lots de révélations sur certains de mes personnages.
http://www.alleedesconteurs.fr/images/equipe/conteur.jpg http://www.alleedesconteurs.fr/images/equipe/rue_cerfboise.jpg

http://img110.xooimage.com/files/f/8/5/tome-3-53dc548.jpeg


Académicien
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 19 Mai 2011, 12:44
Messages: 1355
Localisation: Paris
20 Jan 2015, 11:17Re: Les Défis de Diogène
J'aime beaucoup tes personnages, surtout Loki. Et les trois mots sont super bien utilisés.

Très bon défi Dio'. :pouce:


Noble Conteur "Cerfboisé"
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Oct 2014, 18:27
Messages: 3142
28 Jan 2015, 23:39Re: Les Défis de Diogène
Allez hop, pour la route :

VOTRE DEFI
Standard

Objet « Hybride »
~¤~
Emotion «Dédain»
~¤~
Couleur « fuchsia »


Univers: Les Ombres de Jack
Nombre de mots:

« Chapitre 9 : Mythologie » (extrait)
A la sortie de la morgue, Bréjac file directement chez lui, sans même prendre la peine de prévenir ses collègues de la PJI. Non, trop de questions se bousculent dans sa tête et pour y remédier, il n’existe qu’un seul remède les concertos pour violoncelles de Jean-Sébastien Bach. Chez lui, assis dans un large fauteuil en cuir assoupi, lumières endormies, les yeux fermés, il laisse la musique le nourrir et l’emporter dans sa méditation. Ses pensées, qui jusque-là n’étaient que chaos, se font plus sages, plus douces. Elles ralentissent, marquent le pas, s’ordonnent, tissent d’étranges toiles, tracent leurs chemins. Charles, détaché de toute matérialité, les observe. Il tranche les nœuds, écarte les mailles entrelacées, n’hésite pas à faire d’audacieux rapprochements si l’équilibre est meilleur, mais qui hélas reste souvent lettre morte. A côté de lui, sur la table basse couleur fuchsia, un énorme saladier garni de carottes, de panais, de radis blanc et de betteraves râpés, largement assaisonné d’huile d’olive, de vinaigre de Xérès et de poivre de Ceylan. Sur le mur, à sa gauche, une tache bleue scintille et oscille selon un arc-en-ciel psychédélique. A demi assoupi, Charles marmonne dans son sommeil :
– Et pourquoi pas… Comment… déjà… Où est son… vé… Non, non…

Au mur la marque a prit une couleur rouge cramoisi, puis s’étire vers des mauves de plus en plus profonds. Au fond du fauteuil, Charles s’endort profondément, mais ses mains tremblantes et son visage crispé trahissent sa nervosité et son impossibilité à profiter de son repos. Pendant ce temps, Bach achève son concerto sur quelques notes lugubres, tandis que l’appartement prend des allures d’aquarium. Assoupi, Charles rêve. Rêves emplis de chimères et de Ténèbres, de terreurs et de peurs, qui grignotent peu à peu son cœur. Mais comme bondissant hors de son cauchemar, Bréjac se lève brusquement saisi de frénésie, contrastant avec la sérénité de son visage apaisé. Du regard, il cherche une télécommande, encore cachée sous une pile de journaux, qui attendent en rang d’oignon d’être lus. Sur le mur un mot de bienvenue s’affiche et au centre de la pièce surgit une sphère de lumière, où s’affiche un ensemble hétéroclite de pages diverses et variées.
– Bonsoir Monsieur.
– Bonsoir Asimov.
– Que puis-je pour monsieur ?

Bréjac ne répond pas tout de suite, plongé qu’il ait dans la contemplation de sa bedaine rebondie. En fait il tend l’oreille. Pas le moindre bruit de pas, de fracas de vaisselle ou de cris d’orfraie. Non, rien, juste le silence. Charles sourit. Il y a si longtemps qu’il ne les a pas écouter. Et dédaignant ses pensées de l’instant, il s’avance vers une large bibliothèque en chêne, où sont rangés cédés et autres disques vinyles. Du bout des doigts ; il caresse les pochettes, s’arrête, suspend sa course, s’en va en arrière, en saisit, puis un autre, en tout quatre disques et s’en retourne. Devant lui, la platine lui tend une langue noire percé d’un trou et les notes montent, lourdes, poisseuses, un cri, un hurlement de basse déchire l’atmosphère, tandis que s’élève la voix puissante d’azygos Osborne : Mysty morning, Clouds in the sky, Without warning, A wizard walkly. Charles ne boude pas son plaisir. Dark Sabbath, la musique l’emplit d’allégresse. Il s’imagine mage noir, marchant dans les plaines à la recherche d’indices. Mais pour le moment, il explore la sphère de lumière, où s’affiche les photos des deux victimes : Eugénie Cotille, 34 ans, divorcée sans enfant, Hans Mc Enroe, 29 ans célibataire. A côté les mystérieux ADN hybride organique et minéral et ses bases fantômes. Fronçant les sourcils, il lance d’un ton plus dédaigneux qu’il ne l’aurait voulu :
– Asimov, jusqu’à quelle date peux-tu faire des recherches dans les bases de données numériques.
– Jusqu’en 1945, le 8 août pour être précis.

Charles laisse échapper un long soupir. Dirac sait pourquoi, tous les documents postérieurs au 10 janvier 1813 et antérieurs au 8 août 1945 : peintures, écrits, photographies, films, etc.aucun ne peut être numérisé. De nombreuses stratégies ont été mises en œuvre, toutes tenues en échec. En quelques heures, les documents devenaient irrémédiablement inutilisables, de grandes taches d’ombre se mettaient à apparaître, sans que quiconque puisse en expliquer l’origine. De fait, tous ces documents, parmi les plus précieux de l’Empire, demeurent dans les souterrains des Archives Impériales.
– Asimov ?
– Oui monsieur ?
– Puis-je te poser une question ?
– Bien sûr monsieur.
– Est-ce que je ne deviendrai pas un peu vaniteux et présomptueux avec l’âge. Rêver d’une affaire magnifique, pour terminer sur un coup de maître ma carrière.
– Je ne sais pas monsieur, seul l’avenir pourra vous le dire.
– Merci Asimov.
Mais Charles sait parfaitement à quo s’en tenir avec son compagnon numérique. Ce n’est qu’une machine, incapable d’émotions et de philosophie. Alors, à quoi bon lui poser toutes ces questions, dont il connaît déjà les réponses. De toute façon, il a d’autres préoccupations en tête, comme toutes ces bizarreries qui entachent cette affaire depuis le début. Quelque chose lui échappe, mais il est bien incapable de mettre le doigt dessus. Charles se perd dans les méandres de son esprit, quand retentit la sonnerie du téléphone.
http://www.alleedesconteurs.fr/images/equipe/conteur.jpg http://www.alleedesconteurs.fr/images/equipe/rue_cerfboise.jpg

http://img110.xooimage.com/files/f/8/5/tome-3-53dc548.jpeg


Dame Conteuse "Ondenymphe"
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 13 Oct 2014, 13:04
Messages: 1226
Localisation: Haven
29 Jan 2015, 10:04Re: Les Défis de Diogène
Et bien, j'étais curieuse de voir comment tu allais te dépatouiller de ces 3 mots, et le résultat est très réussi. Le contexte est éminemment intrigant aussi. :grosyeux:
http://www.alleedesconteurs.fr/images/equipe/rue_ondenymphe.jpg


Académicien
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 13 Avr 2014, 22:25
Messages: 1879
Localisation: Au fond d'un aquarium
29 Jan 2015, 14:55Re: Les Défis de Diogène
Très bel extrait, et j'admire la manière dont tu t'es dépatouillé de tes mots pas évidents à caser. Bravo :applause:
Il y a juste un truc qui me pose problème, c'est la manière dont tu appelles alternativement ton personnage par son nom et son prénom, ça complique la lecture, et j'ai dû recommencer pour comprendre qu'il n'y avait pas deux personnes, mais bien une seule...


Académicien
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 02 Sep 2013, 11:15
Messages: 1912
Localisation: LE LIT !
05 Fév 2015, 00:17Re: Les Défis de Diogène
Sympa cet extrait ! En fait, je suis vraiment impressionné : j'adore ton style, il est assez poétique, sans être trop compliqué, et je trouve le personnage de Bréjac assez agréable. :)

Par contre, je suis comme Sue : l'alternance entre Bréjac et Charles m'a un peu perturbé...
Avatar de kyuudos !


Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Créer un sujet Répondre
144 messages  • Aller à la page 1, 2, 3, 4, 5 ... 8  Suivante


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Licence Creative Commons
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Les fictions publiées
L'agenda des publications
Les auteurs de l'Allée
Les Trois Rues | la compétition
Foire aux questions
Nous contacter
Forums de discussion
LeConteur.Fr
Partenaires & Liens
16 fictions publiées

AlléeDesConteurs.fr ~ 2005-2019