Bienvenue ! S'inscrire Connexion
Nos Romans L'Agenda Nos Articles
Les Trois Rues Les Forums L'Equipe

Inscrivez-vous ou connectez-vous

~ Bienvenue cher visiteur de l'Allée des Conteurs ~
Attention, tu n'as pas encore créé ton compte ADC, tu peux le faire en une minute chrono en cliquant ici !
Comme une odeur de bougie dans le coin... et comme une envie de festival dans l'esprit des Conteurs !

La taverne aux défis
Demander un défi scriptural à réaliser !
Créer un sujet Répondre
85 messages  • Aller à la page 1, 2, 3, 4, 5  Suivante
Les défis de Béa
Modératrice/Coordinatrice de l'Allée des Conteurs
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 10 Jan 2010, 21:22
Messages: 7128
Localisation: Val-de-Marne
07 Aoû 2014, 19:11Les défis de Béa
Je m'excuse par avance de cette sirupeuse bisounourserie, mais vu ce qui se passe dans Silver Blood, un peu de robe bonbon fait du bien parfois pour se changer les idées ! ^^

Objet : « tasse »
Emotion : « rancune »
Couleur : « fushia »
Longueur : 750 +- (761)


Univers : Le Masque brisé
Personnages : Cindervale X Elsebeth :love:

« Défi 01 » (extrait)
Les mains habiles de Cindervale s'attardaient au moindre détail, reprenant une ciselure, réajustant une pièce minuscule... Pour Elsebeth, c'était un véritable plaisir de le regarder : même les tâches les plus compliquées semblaient simples sous ses doigts. Il se retourna pour lui adresser un sourire :

« Vous ne vous ennuyez pas trop ?

- Si c’était le cas, je serais partie depuis longtemps ! »

Il venait de poser ses outils quand quelqu’un toqua à la porte.

« Entrez ! » fit le jeune homme en mettant rapidement de l'ordre dans sa mise. Elsebeth se leva, prête à s'éclipser : il n'était pas très convenable pour la fille de la Matriarche de traîner dans un atelier, fut-il celui du Palais. Elle se tranquillisa en voyant apparaître madame Calculus, la Grande Horlogère du Matriarchat. La petite femme entra d’un pas vif, ponctuée par le son sa canne sur le dallage.

« Je veux que vous considériez cette demande, monsieur Kloze. Bien que la décision d’intégrer des élèves adultes dans notre Académie Mécanique soit de mon ressors, vous avez sans doute votre mot à dire sur cette candidature. »

Un peu surpris, Cinder accepta l’enveloppe que sa supérieure lui tendait ; il attendit poliment son départ pour examiner le carré de papier ivoire. A la lecture du nom qui y figurait, son visage devint blême. Alarmée, Elsebeth se glissa derrière lui pour jeter un coup d’œil :

Ludvik Ash.

La jeune fille ne connaissait que trop bien ce nom : Ludvik était l’un des deux fils du second mari de sa mère, Viktor Ash. Cette famille l’avait traité comme un esclave pendant de longues années, jusqu’à ce que l’injustice de sa situation – et son incroyable talent - soient enfin reconnus. Depuis leur disgrâce, trois ans plus tôt, les Ash avaient fui à l’étranger et plus personne n’avait entendu parler d’eux.

Avec douceur, Elsebeth lui ôta l’enveloppe des mains, puis le conduisit vers la petite table installée dans un coin de l’atelier. Après avoir placé une bouilloire sur le feu, elle disposa le service à thé en porcelaine blanche et fuchsia qu’elle y avait fait porter quelques mois plus tôt. Le jeune homme la laissa faire, le front soucieux.

Quand elle eut posé devant lui une tasse fumante à l’arôme enchanteur, elle relança prudemment la conversation :

« Je comprends que vous ressentiez de la rancune, vous ne seriez pas humain autrement. Le père de Ludvik vous a fait subir un traitement plus que barbare, il est tout à fait normal que vous ne puissiez l’oublier.

- Je sais, répondit-il avec un pâle sourire. Où est passé cette lettre, que je la lise ? »

Elsebeth l’avais gardée dans une poche de sa jupe-culotte ; elle la lui tendit, en conservant un regard attentif sur le jeune artisan. Il la déplia, les mains un peu tremblantes, avant de la parcourir rapidement.

« Alors ? »

Il haussa un sourcil, les yeux toujours perdus dans les lignes sinueuses qu’elle devinait à travers le papier.
« Il est humble, poli. Ash et ses fils n’ont pas pu refaire leur situation. Ludvik s’est enfin décidé à travailler de ses mains. Peut-être est-il vraiment décidé à changer...»

La fille de la Matriarche ne le comprenait que trop bien.

« Cindervale... murmura-t-elle. Je n’ai pas besoin de vous rappeler mon état, quand vous m’avez connue. Je ne pouvais plus adresser la parole à quiconque, tant le jugement des autres, les mesquineries et les jalousies de toutes sortes m’avaient blessée. Grâce à vous, je peux vivre à nouveau. Même si jour après jour, je dois faire face à ceux qui m’ont fait mal, à leur sourire hypocrite...»

Elle se pencha légèrement vers lui et ajouta, sur le ton de la confidence :

« Cela va peut-être vous surprendre, mais parfois, j’ai envie de hurler en songeant que jamais ils n’auront à payer le prix de ce qu’ils m’ont fait. Mais à la vérité... Je n’ai pas le temps d’être rancunière, je m’emploie trop à être heureuse. »

Elle posa une main légère sur son bras :

« Je vous connais : si vous bloquez sa candidature, vous serez trop occupé à vous en vouloir et cela vous détournera de l’essentiel. Alors que si vous acceptez, vous oublierez jusqu’à son existence. »

Cindervale éclata de rire, ses yeux ambrés pétillant d’amusement - et de soulagement :

«Vous êtes vraiment sage, Elsebeth. Vous deviendrez une grande Matriarche ! »

Surtout avec vous à mes côtés, songea-t-elle en silence, mais elle se contenta de sourire, heureuse d’avoir su alléger son cœur.


Académicien
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Déc 2013, 16:13
Messages: 955
07 Aoû 2014, 19:49Re: Les défis de Béa
Oh, j'adore ! C'est léger et très tendre. Et puis ça fait un bien fou le rose bonbon :love:

Un bien beau défi !


Chef suprême de l'Allée
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 22 Mar 2006, 01:13
Messages: 7286
Localisation: Nouvelle Orléans
07 Aoû 2014, 19:57Re: Les défis de Béa
(J'ai approuvé le défi :wink: )
Très mignon en effet : mine de rien, la jeune fille fait du bien à Cinder, tout comme lui a pu l'aider au début. C'est un bon retournement de situation, très humain :pouce:
https://www.alleedesconteurs.fr/images/equipe/chef.jpg https://www.alleedesconteurs.fr/images/equipe/conteur.jpg https://www.alleedesconteurs.fr/images/equipe/rue_ondenymphe.jpg https://www.alleedesconteurs.fr/images/equipe/rue_mafieux.jpg


Modératrice/Coordinatrice de l'Allée des Conteurs
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 17 Mai 2013, 07:32
Messages: 5502
07 Aoû 2014, 20:17Re: Les défis de Béa
L'évolution de leur relation semble aller dans le bon sens ! Mais si la demoiselle ne fait pas le premier pas, elle risque d'attendre un moment :lol:

Un vrai plaisir de les retrouver en tout cas !
http://www.alleedesconteurs.fr/images/equipe/responsable.jpg http://www.alleedesconteurs.fr/images/equipe/conteur.jpg http://www.alleedesconteurs.fr/images/equipe/rue_ondenymphe.jpg
https://www.zupimages.net/up/18/34/gzg5.png


Modératrice/Coordinatrice de l'Allée des Conteurs
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 10 Jan 2010, 21:22
Messages: 7128
Localisation: Val-de-Marne
07 Aoû 2014, 21:25Re: Les défis de Béa
Merci à vous ! :02:
Moi aussi j'ai pris plaisir à les fréquenter de nouveau ! :)


Modératrice/Coordinatrice de l'Allée des Conteurs
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 10 Jan 2010, 21:22
Messages: 7128
Localisation: Val-de-Marne
08 Aoû 2014, 15:07Re: Les défis de Béa
N° 2 !

Objet : « Bus»
Emotion : « Joie»
Couleur : « Fushia » (oui, encore !)
Longueur : 750 +- (754)

Univers : Le Masque brisé
Personnages : Cindervale, madame Calculus, Elsebeth, Clopin.

« Défi n° 2 » (extrait)
Le grand jour était arrivé ; la ville avait été pavoisée de drapeaux et de banderoles aux couleurs du Matriarcat, rouge et or. La foule s’était massée de part et d’autres des rues, derrière des barrières installées pour éviter les accidents.

Une loge avait été montée sur le côté de la place principale, à destination des personnalités les plus importantes de la cité-état : la matriarche, sa fille Elsebeth, sa ministre principale, sa générale et, bien sûr, sa Grande Horlogère, madame Calculus. En tant qu’assistant et disciple de cette dernière, Cindervale Klose se devait d’être également présent.

Pour l’occasion, madame Calculus avait revêtu son uniforme jaune-doré, décoré de rouages symbolisant sa fonction. Ainsi habillée, elle ressemblait à un mélange d’automate et de gardesse miniature. Cinder avait dû endosser un habit similaire ; il avait l’impression que le monde entier le regardait en riant, même si Elsebeth lui avait répété une bonne dizaine de fois qu’elle le trouvait très élégant.

Il s’était d’abord senti très mal à l’aise, mais la joie et la bonne humeur des habitants de la ville avaientt fini par le contaminer. Il fixait avec expectative le coffrage de bois léger, peint de fausses façades en trompe-l’œil, qui se dressait au centre de la place. L’assemblage dissimulait une innovation sur laquelle les plus grands techniciens du Matriarcat avaient travaillé pendant de longs mois.

Il écouta d’une oreille distraite le long discours de la Grande Echevine de la ville. Enfin, madame Calculus lui fit signe de la suivre ; solennellement, elle alla présenter à la Matriarche le ruban qui déclenchait le mécanisme caché dans le coffrage. Dès qu’elle tira dessus, les murs s’abattirent, dévoilant un grand fiacre de métal brossé, enjolivé de liserés rouges, auquel étaient attelés quatre chevaux-automates à la robe cuivrée. Lukas les contempla, bouche bée : les animaux mécaniques ressemblaient étrangement à Clopin, l’un de ses compagnons d’enfance. Malheureusement, il avait été endommagé quand Cinder lui avait fait défoncer un mur pour échapper à son cruel beau-père.

«J’ai l’honneur de vous présenter le transport qui facilitera la vie de toutes nos citoyennes et tous nos citoyens, depuis nos lointains faubourgs jusqu’au cœur de notre ville : l’omnibus ! Bientôt, cinq d’entre eux circuleront dans nos rues à heures fixes, et plus encore dans les années à venir !»

Une longue ovation s’éleva de l’assistance.

« Si nos techniciens matriarcaux doivent être félicités pour ce prodige, reprit la Grande Horlogère quand le calme revint, rien n’aurait été possible sans le talent inconstestable d’une de nos plus brillantes techniciennes, hélas trop tôt disparue : Annet Kloze ! Cette femme de génie a créé de merveilleux automates, non seulement de forme humaine, mais aussi de forme animale, et les chevaux qui tirent l’omnibus ont tous été conçus sur le prototype qu’elle avait créé ! »

En entendant prononcer le nom de sa mère, Cinder sentit les larmes lui monter aux yeux. Tandis que la foule explosait en applaudissement, sa supérieure se tourna pour lui glisser à l’oreille :

« Cindervale, regardez bien celui qui se trouve devant, à gauche. »

Le garçon obéit ; il resta interdit en reconnaissant Clopin. Un Clopin rutilant et en parfait état.

« Je dois avouer que cela nous a pris un moment pour la réparer. Votre mère avait une façon certes efficace, mais bien à elle d'agencer ses créations. Nous avons estimé qu’il était normal qu’il ait la place d’honneur. Mais après l’inauguration, il rejoindra les ateliers du Palais. »

Lukas laissa un large sourire éclore sur son visage. Un petit rire étouffé attira son attention : il croisa le regard amusé d’Elsebeth. La fille de la matriarche, jadis si effacée, lui parut resplendissante dans sa tenue de coupe militaire, bleu marine et fuchsia, ses longs cheveux relevés en un chignon simple et élégant. Rougissant légèrement, il fixa de nouveau son attention sur l’attraction du jour.

« Je pense, déclara madame Calculus, à l’attention de tous cette fois, qu’il est naturel que parmi les premiers passagers, figurent mademoiselle Elsebeth ainsi que mon assistant Cindervale Klose, le fils et digne héritier d’Annet Klose.»

La jeune fille s’avança vers lui pour prendre son bras :

« Ce sera un grand plaisir pour loi de voyager avec vous à bord de cet omni... de ce bus, enfin, peu importe !» fit-elle d’un ton enjoué.

Les joues écarlates et le cœur battant, abasourdi par un tel honneur, Cinder laissa couler un regard reconnaissant et attendri vers Clopin : même s’il n’était qu’une machine, il aurait toujours une place spéciale dans son cœur.


Académicien
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Déc 2013, 16:13
Messages: 955
09 Aoû 2014, 14:29Re: Les défis de Béa
Oh la la ! C'est trop choupi ! Ils sont bien parti pour se mettre ensemble ces deux-là :love:

Toujours aussi bien écrit, Béa :)


Modératrice/Coordinatrice de l'Allée des Conteurs
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 10 Jan 2010, 21:22
Messages: 7128
Localisation: Val-de-Marne
11 Aoû 2014, 20:59Re: Les défis de Béa
Merci Louise.
J'avoue que j'aime bien retrouver les personnages de ma nouvelle le temps de ces petits one-shot ! ^^


Académicien
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 13 Avr 2014, 22:25
Messages: 1879
Localisation: Au fond d'un aquarium
12 Aoû 2014, 19:30Re: Les défis de Béa
Il y aurait un truc entre ces deux-là que ça ne m'étonnerait guère. J'avoue que ces deux extraits me donnent très envie de lire l'histoire en entier, on dirait une version steampunk de Cendrillon, vu d'ici. Ton style reste le même (ce qui est une très bonne chose, hein), et tu nous fait découvrir ton univers de manière très naturelle. J'avais vraiment l'impression d'y être. Tu écriras la suite, dis ? :love:


Modératrice/Coordinatrice de l'Allée des Conteurs
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 10 Jan 2010, 21:22
Messages: 7128
Localisation: Val-de-Marne
13 Aoû 2014, 01:12Re: Les défis de Béa
Et tu devines bien : Le Masque Brisé est une version steampunk de Cendrillon (avec une inversion des genres ;) ) que j'ai écrite dans le cadre des Contes de la Lune. :) J'avais envie de m'intéresser à la vie des personnages après la fin de l'histoire.

Merci en tout cas ! :calin:


Académicien
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Déc 2013, 16:13
Messages: 955
13 Aoû 2014, 18:19Re: Les défis de Béa
Je m'en vais lire illico !
Merci Béa :)


Modératrice/Coordinatrice de l'Allée des Conteurs
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 10 Jan 2010, 21:22
Messages: 7128
Localisation: Val-de-Marne
14 Aoû 2014, 23:12Re: Les défis de Béa
Enfin, j'ai finalisé le suivant ! :)

Option Taille - 1000 mots

Objet « étable »
~¤~
Emotion « colère »
~¤~
Couleur « crème »


Univers: Le Masque brisé (Personnages : Cindervale, madame Valkis)
Nombre de mots: 1009

« Défi 03 » (extrait)
«Vous êtes vraiment un enfant de la ville, Cindervale !» remarqua madame Valkis avec bonne humeur.
Le jeune garçon esquissa un sourire d’excuse. Lorsque sa bienfaitrice lui avait proposé de visiter la ferme qu’elle possédait dans les environs de Svenne, il avait accepté avec enthousiasme : pouvoir contempler toutes sortes d’animaux, en particulier ceux qu’on ne voyait jamais dans les rues de la ville, était une occasion inespéré pour un concepteur d’automates. Il y avait tout à apprendre de la nature !

Pour l'occasion, il avait choisi les vêtements les plus ordinaires de sa nouvelle garde-robe : un pantalon de toile brune, une veste de drap vert, une chemise de lin crème et une casquette de feutre. Personne ne reconnaîtrait en lui l'assistant de la Grande Horlogère du Palais matriarcal.

Mais à présent qu'il se trouvait dans la cour entouré de vastes corps de bâtiments, il était assailli par une myriade de sons et d’odeurs inconnues. Avec des yeux écarquillés, il contempla le ballet des ouvriers agricoles qui terminaient leurs tâches de la journée et des troupeaux qu'on ramenait vers leur étable. Il finit par tirer de sa sacoche un carnet et un crayon et commença à esquisser des schémas, étudiant les articulation et le jeu des muscles sous la peau.

Alors qu’il était ainsi occupé, une femme grande et robuste s’approcha de madame Valkis et la salua poliment :
« Il fallait me dire que vous veniez, nous aurions préparé votre visite.

- Oh, ce n’est pas la peine, Ruddie. Je souhaitais juste montrer à mon jeune ami les beautés de la campagne. Cindervale, voici Ruddie Karol, l’intendante de ce domaine. »

L’inconnue braqua sur lui un regard peu amène ; Cinder ramena son carnet contre lui et lui adressa un sourire gêné :

« Enchantée de vous rencontrer, madame Karol. Mon nom est Cindervale Kloze et je.. je fabrique des automates.»
Ruddy le considéra d’un air critique, depuis la pointe de ses souliers légèrement élimés jusqu’à la caquette posée de travers sur ses boucles blondes.

« Moi de même, déclara-t-elle d’un ton pincée.

- Ruddie, monsieur Kloze est l’assistant de madame Calculus. Il souhaite étudier les animaux afin de servir son art. »

La femme esquissa une moue sceptique, mais elle ne souhaitait visiblement pas froisser son employeuse. Elle héla un jeune garçon qui passait, pieds nus dans ses sabots et une herbe à la bouche.

« Rupert ! Viens par là !»

Le jeune valet obéit, l'air intrigué.

« Peux-tu montrer à monsieur... Kloze les enclos des chèvres et des moutons ? »

Il opina et fit signe au visiteur de le suivre.

* * *


Un peu plus tard, Cinder se trouvait assis sur un tabouret de traite, défiant bravement l’odeur forte de la gent caprine, à griffonner des cornes, des sabots et des barbiches. Alors qu’il s’efforçait d’étudier la structure des pattes avant, il entendit des voix monter derrière le mur : il reconnut celles de Ruddie et de madame Valkis.

« Vous voulez vraiment dire que ce jeune Kloze a de bonnes chances d’être le successeur de madame Calculus ?
- Bien sur : il n’est pas que son assistant, il est aussi son apprenti.

- C’est absurde, rétorqua l'intendante. Je veux bien qu’en ville, on accepte quelques hommes dans les corps techniques - c’est sans doute une nécessité. Mais ils ne sont pas fait pour des métiers requérant une peu de finesse et d'intelligence. Il ne sont bons qu’aux travaux de force.

- Certains d’entre eux ont un réel talent, protesta madame Valkis. C’est le cas de Cindervale !

- Peut-être, mais il lui manquera toujours le génie propre aux femmes. On ne devrait pas confier de responsabilités aux hommes : ils manquent de finesse. Au final, il ne fait que prendre la place d’une bonne ingénieure.

- Dans les autres nations, les ingénieurs sont généralement des hommes, et je n’ai pas le sentiment qu’ils en souffrent tant...

- Mais aucun d’entre eux n’a développé le génie technologique du Matriarcat. De toute façon, les nations étrangères ne sont jamais des modèles à suivre et...»

Elle reprirent leur route ; la conversation s'évanouit au rythme de leurs pas. Malgré le soutien indéfectible de madame Valkis, les propos de Ruddie avait laissé un goût amer dans la bouchede Cinder. Il était partagé entre un sentiment de colère, face à tant de préjugés, et la crainte profonde qu’elle dise vrai.

Toute sa motivation s'était envolée ; il rangea ses affaires et attendit que Rupert vienne le chercher.

* * *


Dans la voiture à cheval qui les ramenait vers le Palais matriarcal, le garçon demeura pensif, l'esprit encombré de sombres pensées. Madame Valkis perçut son désarroi :

« Vous voilà bien silencieux, Cindervale... Êtes-vous sur que tout va bien ?»

Il hocha la tête en silence : il ne voulait pas importuner sa bienfaitrice avec ses doutes, mais il se sentait incapable de lui mentir.

« N’auriez -vous pas entendu ma conversation avec Ruddie, par hasard ?»

- Ou... oui, admit-il.

- Et vous y avez prêté foi ?»

Il baissa la tête, penaud.

« Vous savez, poursuivit madame Valkis, vous n’empêcherez jamais les mauvaises langues de trouver des raisons pour vous dénigrer. Quand Temporea était jeune, les jaloux prétendaient qu’elle était trop petite et frêle pour travailler dans un atelier. Ce qui ne l’a pas empêchée de devenir Grande Horlogère, à force de talent et de détermination.»

Cinder écarquilla de grands yeux surpris : Temporea Calculus était si universellement reconnue, si profondément respectée qu’il ne pouvait croire qu’on avait pu un jour la remettre en cause.

« De plus, ajouta malicieusement la notable, il faut savoir que Ruddie, dans sa jeunesse, a tenté d’intégrer l’Académie Technique, et n’a jamais réussi... D’où son acidité envers tous ceux qui sont parvenus à accomplir leurs ambitions.»

Sa main se posa sur celle de selon jeune protégé :

« Cindervale, rappelez-vous que pour toute personne qui doute de vous, il croire en vous-même doublement.»

Rassuré par ses paroles confiantes, le garçon laissa enfin ses inquiétudes se dissiper dans les lueurs rosées du jour déclinant.


Académicien
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 17 Déc 2013, 11:23
Messages: 1519
Localisation: Aux frontières du chaos
15 Aoû 2014, 21:25Re: Les défis de Béa
Super, une suite du masque brisé !
Je me dépêche de lire tes drabbles pour éviter le retard :Enjoyy:
En tout cas tes bisounourseries sont très agréables :pouce: et ton univers toujours aussi riche.


Modératrice/Coordinatrice de l'Allée des Conteurs
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 10 Jan 2010, 21:22
Messages: 7128
Localisation: Val-de-Marne
16 Aoû 2014, 14:58Re: Les défis de Béa
Merci Clyfia. J'espère pouvoir les publier bientôt sur Le Conteur dans un ordre plus... chronologique dirons-nous ! :)


Modératrice/Coordinatrice de l'Allée des Conteurs
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 10 Jan 2010, 21:22
Messages: 7128
Localisation: Val-de-Marne
17 Aoû 2014, 16:40Re: Les défis de Béa
Option taille 750 mots

Objet « banque »
~¤~
Emotion « remords »
~¤~
Couleur « jaune »



Univers : Le Masque Brisé
Personnage : Cidevale Kloze
Nombre de mots : 753

« Défi 4 » (extrait)
« Une visiteuse pour moi ?»

Cinder avait relevé ses lunettes de protection, indifférent aux traces noires qu'il venait de laisser sur son visage. Il était rare qu’on vienne le solliciter dans l’atelier du Palais. Sur l'insistance du serviteur en livrée, il ôta ses gants et son tablier de cuir, avant de s’aviser de son allure peu présentable. Devait-il se changer, ou se hâter pour éviter de faire attendre l'inconnue ?

Sentant son hésitation, madame Temporea Calculus, qui travaillait sur un plan dans un coin de la pièce, planta son crayon derrière son oreille et déclara d’un ton sans appel :

« Cindervale, je vous rappelle que nous appartenons à la plus prestigieuse des technocraties ; personne ne devrait avoir honte de paraître dans sa tenue de travail.

- Oui, madame », souffla le jeune créateur d’automates, soulagé.

Il prit juste le temps de nettoyer un peu sa frimousse avant de suivre le serviteur jusqu'au Salon des Pendules, où l’attendait la mystérieuse madame Aurea Goldrod. Il s'agissait d'une petite pièce couverte de cadrans, de toutes les formes et de toutes les tailles, dont certains indiquaient la cycle des planètes, des saisons et le mouvement des étoiles. Il y découvrit une femme d’âge mur, engoncée dans un pesant habit de soie jaune. Ses cheveux jonquille étaient relevés en un impressionnant empilage de boucles ; elle tenait une grande sacoche sur ses genoux.

«Vous êtes bien monsieur Cidervale Kloze, fils d’Annet Kloze et Gheran Bolt ? Actuellement pupille du Palais matriarcal et apprenti de la Grande Horlogère ?

- C’est moi-même, madame, répondit-il en s’inclinant.

- Veuillez-vous asseoir, je vous prie.»

Il obtempéra, surpris et un peu inquiet.

« Je représente la banque Goldrod & Silberbar. Il se trouve que votre mère, feu madame Annet Kloze, avait placé dans notre établissement une somme de dix mille tassels, avec pour consigne qu'après son décès, cette somme soit transférée à votre nom et bloquée jusqu'à votre majorité. Nous avons eu une longue consultation avec les juristes du Matriarcat afin de déterminer si cette somme pouvait être assimilée aux avoirs de la société Ash & Kloze, qui ont été saisis après les agissements répréhensibles de votre beau-père, monsieur Viktor Ash.

- Mais je ne le savais pas... fit le garçon, un peu perplexe.

- Pourtant, monsieur Viktor Ash en avait été informé.»

Cinder esquissa une petite grimace : il était fort probable qu'en découvrant qu'il ne pouvait mettre la main sur cette somme, son beau-père avait été furieux... Et que cela avait contribué à la haine qu'il éprouvait envers lui. Garder le secret même après sa disgrâce lui avait servi de mesquine vengeance. Ash n'avait jamais été du genre à éprouver de regret ni de remords.

« Il a été décidé que puisque cette somme vous appartenait en propre, elle devait vous être restituée.»

A l’époque où il était l’esclave de son beau-père, Cinder aurait été surpris de de savoir qu’il possédait autant de fonds. Peut-être que cela lui aurait donné l’énergie d’échapper à sa situation... mais il en doutait. A vrai dire, il ne savait que faire de cette manne subite.

« J'en profite également pour vous transmettre le solde du compte sur lequel sont placés vos émoluments : ils se montent actuellement à cinq mille deux cents tassels. Il va sans dire que vous ne pourrez disposer de cet argent avant vos vingt ans. »

Cinder prit les papiers et plia soigneusement avant de les fourrer dans sa poche, un peu gêné. Les cent tassels qu'ils recevait chaque mois pour ses frais divers lui suffisaient largement. Il était logé, nourri et vêtu par le Palais. Ses achats se limitaient à quelques livres et un petit présent occasionnel pour mademoiselle Elsebeth ou madame Valkis. Il était conscient du fait que sa mère avait mis de côté cette somme pour la protéger de Viktor Ash et préserver son avenir... Mais il était déjà à l'abri du besoin, probablement pour tout le reste de sa vie.

Madame Glodrod prit congé ; il regagna l’atelier, pensif. Soudain, un petit sourire se dessina sur ses lèvres : même si cette somme n’était pas si énorme, il ferait en sorte qu’elle soit réparties sous forme de primes à de jeunes gens nécessiteux pour les aider à poursuivre leur carrière à l’Académie technologique de Svenne. Il avait encore trois ans pour songer aux modalités, mais il ne changerai pas de décision.

Sa mère aurait approuvé ce choix.

L’esprit plus léger, Cinder se hâta d'aller reprendre sa tâche, sous l’œil attentif de madame Calculus.


Académicien
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Déc 2013, 16:13
Messages: 955
23 Aoû 2014, 23:22Re: Les défis de Béa
Ce n'est pas étonnant vu ce que tu nous as déjà montré de lui, mais Viktor Ash est loin d'être un gars sympathique !
Il me plait toujours autant Cinder. C'est un grand généreux dans l'âme !
Bon, même si j'ai l'impression de radoter, je dois te dire une fois de plus que ce défi est super bien écrit et qu'il se lit avec fluidité !
Vivement le suivant !

Juste un petit détail, glané en cours de route :
- " cette somme pour la protéger de Viktor Ash" : il y a un "la" à la place du "le".

A très vite Béa !


Académicien
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 02 Sep 2013, 11:15
Messages: 1912
Localisation: LE LIT !
24 Aoû 2014, 12:15Re: Les défis de Béa
Wow, eh bien Cinder a le cœur sur la main on dirait ! J'espère qu'il ne lui arrivera rien d'ici ses 20 ans qui le fasse revenir sur sa décision.
Sinon tout comme Louise, j'ai trouvé ça super bien écrit ! :love:
Avatar de kyuudos !


Modératrice/Coordinatrice de l'Allée des Conteurs
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 10 Jan 2010, 21:22
Messages: 7128
Localisation: Val-de-Marne
24 Aoû 2014, 19:55Re: Les défis de Béa
Merci Louise !

Pour le "la", dans mon idée, c'était bien la somme d'argent qu'elle avait protégée de l’avidité de Ash. L'expression était sans doute un peu maladroite... :oops:

Merci aussi Omé, contente que ça te plaise ! :)


Académicien
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Déc 2013, 16:13
Messages: 955
24 Aoû 2014, 21:14Re: Les défis de Béa
Ah pardon Béa,
J'avais mal compris du coup :?


Modératrice/Coordinatrice de l'Allée des Conteurs
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 10 Jan 2010, 21:22
Messages: 7128
Localisation: Val-de-Marne
25 Aoû 2014, 07:59Re: Les défis de Béa
Ce n'est pas grave Louise, en un sens ce n'est pas clair du tout... :P J'aurais dû mettre "préserver", il est plus logique de protéger un humain.


Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Créer un sujet Répondre
85 messages  • Aller à la page 1, 2, 3, 4, 5  Suivante


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
cron
Licence Creative Commons
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Les fictions publiées
L'agenda des publications
Les auteurs de l'Allée
Les Trois Rues | la compétition
Foire aux questions
Nous contacter
Forums de discussion
LeConteur.Fr
Partenaires & Liens
17 fictions publiées

AlléeDesConteurs.fr ~ 2005-2019