Bienvenue ! S'inscrire Se connecter
Romans Agenda Publier Articles
Les Trois Rues Les Forums L'Equipe
Connexion
Lecture d'un chapitre
Laisser un commentaire
  
3 « Errance »
Chapitre 1 « Ileana »
Ileana remonta le couloir qui menait de l'avion à l'aéroport, les jambes fébriles d'être restée assise si longtemps. Elle s'obligea à ralentir lorsqu'elle constata que ses amis ne la suivaient pas. Vince avançait avec lenteur, la démarche lourde.

Le jeune homme avait passé la majeure partie du vol les yeux fermés afin d'en dissimuler le blanc injecté de sang par le manque de sommeil et les tensions magiques. Il avait à peine touché à sa nourriture, ce qui n'avait probablement pas arrangé son état.

Même si aucun incident n'avait été à déplorer, le voyage avait été très éprouvant pour Vince. Plusieurs fois, il s'était cramponné à la main d'Ileana au point de lui faire mal. Dans ces instants, il semblait terrifié. Sa magie répondait à son angoisse, ce qui compliquait encore la prise de contrôle. Pourtant, aussi difficile que cela puisse être, il parvenait à garder l'emprise sur son don. Cette dernière restait néanmoins fragile, la crise n'était pas loin. Ileana espérait qu'ils profiteraient d'une relative sécurité au Japon pour que Vince réussisse à consolider sa maîtrise malgré la surcharge.

Un voyageur passa à proximité de leur groupe et dévisagea Vince avec méfiance. Cela n'échappa pas à Janaya qui foudroya l'inconnu du regard lorsqu'il la dépassa.

— Tu dois te maquiller Vince, ordonna-t-elle. Tu peux le faire ou tu as besoin d'aide ?

— Avec Aymeric, ça devrait suffire. Inutile d'attirer l'attention en allant dans les toilettes pour femmes ou en faisant entrer l'une de vous dans les nôtres.

— Comme tu veux. On vous attend en retrait. Essayez de vous dépêcher.

Alors qu'ils s'éloignaient, Janaya jeta des œillades nerveuses autour d'elle.

— Moins on restera dans l'aéroport, moins on laissera de traces, dit-elle, le regard en direction d'une caméra de surveillance. Surtout qu'on n'est pas sensé être ensemble… J'espère que Vince sera plus stable pour le voyage vers l'Europe… Et que le feu vert ne tardera pas à arriver, je ne tiens pas à m'éterniser ici. La colonie asiatique est imprévisible et je ne veux pas savoir comment ils réagiront s'ils apprennent que des mages sont sur leur secteur sans s'être annoncés.

Jaelyn lui répondit à voix aussi basse :

— S'ils laissaient leurs canaux de communication plus souvent ouverts, on aurait pu les prévenir.

— Tu sais très bien qu'on ne l'aurait pas fait même s'ils l'avaient permis ! J'ignore quel comité ils nous auraient réservé !

— Évidemment ! répliqua Jaelyn. Mais dans ce cas précis, ils ne peuvent pas nous le reprocher.

Vince et Aymeric furent rapidement de retour. Le plus jeune des frères avait retrouvé un visage avenant tant qu'on n'y regardait pas de trop près. Il hocha la tête en direction de Janaya qui prit la direction des douanes. Ileana sentit les tensions qui les habitaient électriser leur magie et les courants qui les frôlaient. Il y avait bien moins de flux qu'à Roraima, le bâtiment aseptisant en partie les énergies naturelles, mais elles étaient encore assez présentes pour que Janaya ou Jaelyn en fasse usage en cas de danger. Affrontant la masse grouillante des voyageurs, Ileana avait un peu de mal à s'habituer à la multitude d'informations que sa sensibilité captait. Elle s'approcha de Vince. Il la dévisagea, les sourcils froncés, comme s'il craignait qu'elle ne lui annonce une catastrophe.

— Je ressens les courants et… murmura-t-elle.

Vince l'invita à poursuivre d'un petit mouvement de menton. Aymeric tendit l'oreille pour écouter ce qu'elle expliquait.

—… les Autres les perturbent.

C'était abrupt. Ileana n'était pas sûre que le jeune homme puisse la comprendre, mais elle ne savait pas comment le formuler avec plus d'exactitude. Aymeric la dévisageait, le regard interrogatif. Vince pencha la tête comme s'il réfléchissait à ce qu'elle venait de dire et finit par prendre la parole :

— Je ne trouve pas que les flux soient perturbés… tout me semble normal.

— Oui, mais les Autres ont un effet sur les courants.

L'expression de Vince changea comme s'il avait une illumination.

— Je crois que je vois de quoi tu parles. Nous ne captons que les auras des mages ou des Autres. Les raisons qui expliquent les variations de direction des flux nous échappent en règle générale. Toi, tu as une vision plus englobante. Si les courants sont neutres par nature, la plupart sont néanmoins plus faciles à utiliser avec un élément spécifique. Pour prendre un exemple plus concret, si une énergie parfaite pour manipuler l'eau rencontre un Autre au caractère peu malléable, elle détournera sa route parce qu'elle aura du mal à le traverser. Ce n'est pas si simple bien sûr, mais dans les grandes lignes, c'est ça. C'est pour ça qu'un Sensible avec de l'expérience a la possibilité de lire les émotions : au lieu de se concentrer sur la magie, il analyse les courants qui entourent la personne. Cela demande du temps et beaucoup de pratique, mais une fois appréhendé, c'est une aide inestimable. Ta mère en est capable, même si ce n'est pas sa spécialité. Tu commençais à en saisir des bribes, mais tu t'y consacrais peu puisque tu essayais d'obtenir l'Excellence Terrienne à l'époque.

Ils arrivèrent à la douane où des membres du personnel, tout sourire et gantés de blanc, leur indiquèrent un présentoir central avec des papiers qu'il fallait de toute évidence compléter. Une femme d'un certain âge leur proposa spontanément des documents en anglais. Alors que Janaya commençait à remplir le sien, Vince en dénicha en français qu'il distribua aux autres. Le passeport sous la main, ils écrivaient les informations fantaisistes qu'il contenait avec beaucoup d'application. Ils donnèrent l'adresse d'un hôtel où il n'y avait aucune chance qu'ils se rendent afin de brouiller les pistes en cas de nécessité. Une fois les idées claires sur le discours à tenir, ils se mirent dans la file en serpentin qui alimentait une dizaine de comptoirs. À l'extrémité, un agent invitait les voyageurs à se présenter à tel ou tel guichet selon les disponibilités.

Ils décidèrent que Vince passerait avec Aymeric et Ileana avec les jumelles. La jeune femme en était soulagée, car son anglais plus que balbutiant ne lui permettait pas d'envisager le tête-à-tête avec le douanier sereinement.

Pour se divertir, Ileana laissait sa sensibilité explorer les lieux. Elle cherchait à comprendre ce qu'elle ressentait. Il y avait tant de choses nouvelles. Elle trouvait rarement les réponses précises à ses questions. L'esprit ailleurs, elle posa l'index à l'endroit que lui indiquait Janaya, puis regarda un appareil photo installé sur la vitre du comptoir. À présent de l'autre côté, où Vince et Aymeric les attendaient déjà, Jaelyn repéra la sortie. Janaya semblait plus sereine.

— Une fois dans le taxi, on devrait être hors de portée. Je ne pense pas que les douaniers fouillent avec trop de soin nos bagages, donc ça devrait être une formalité.

Chacun avait un sac qui contenait les quelques habits et effets achetés par les Jumelles quelques jours plus tôt.

— Attendez-vous à ce qu'il fasse froid dehors, grommela Jaelyn. C'est l'automne ici !

Une pulsation différente attira l'attention d'Ileana qui s'immobilisa. Janaya n'y prit pas garde, elle passa devant l'employé avec un grand sourire. Ce dernier lui adressa quelques mots et sans se départir de sa mine sereine, elle déposa son bagage. Jaelyn l'imita quelques secondes après.

— Ileana ? l'appela Vince.

Aymeric s'arrêta à son tour.

— Je... je ressens… de la sensibilité ?

Le jeune homme se tendit :

— Comment ça ?

— Je dirais qu'il y a un mage doué de sensibilité pas très loin.

Malgré l'épaisse couche de maquillage, Vince blanchit. Ses lèvres remuèrent silencieusement. Elle crut distinguer le mot briseur et un frisson remonta dans son dos.

— Il peut nous sentir ? murmura Vince.

— Non… je ne pense pas. La pulsation n'arrive pas jusqu'à nous.

Vince expira et elle réalisa qu'il retenait son souffle. Janaya et Jaelyn avaient enfin remarqué qu'ils s'étaient arrêtés. Malgré leurs visages impassibles, Ileana savait à l'agitation dans leur magie qu'elles n'étaient tranquilles ni l'une ni l'autre.

— Les Jumelles sont à la limite de sa sensibilité, dit Ileana avec effroi. Si tu te tenais à leur place Vince, il serait capable de capter ta présence.

Aymeric observa la ligne de douaniers :

— Même en choisissant le comptoir le plus excentré, la sortie est au milieu, non loin des filles. Nous ne pourrons l'éviter.

— Il faudra se presser, en conclut Vince. Trouver un taxi au plus vite et décamper dès que possible. Ce ne sera qu'une question de temps avant qu'ils ne nous identifient malgré nos précautions.

Soudain, Vince changea du tout au tout. Son assurance et son autorité devinrent palpables. Elle avait l'impression de voir Janaya à l'œuvre et elle se demanda comment elle-même se conduisait lorsqu'elle était un agent. Sans attendre, le jeune homme avança et Aymeric, tout comme elle, s'empressa de l'imiter. Une fois de l'autre côté des employés, en quelques mots Vince expliqua la situation aux jumelles qui n'eurent aucun mal à appréhender l'urgence.

— On recrée les groupes du passage des douanes, trancha Janaya. Aymeric, Vince, vous nous suivez à quelques mètres de distance.

Elles prirent la direction de la sortie et Vince poussa Ileana dans le dos pour qu'elle les accompagne.

— Mais…

— Tu es passée avec elles à la douane. On va essayer de limiter les incohérences pour les caméras de surveillance.

À contrecœur, elle rejoignit Janaya qui ralentissait à peine afin qu'elle les rattrape. La pulsation du sensible frappa Ileana de plein fouet. Elles étaient dans son périmètre de perception à présent. Vince était toujours à la sortie. Il faisait mine de lire une carte en compagnie de son frère. Depuis que le lien s'était rétabli, c'était la première fois qu'il se trouvait aussi loin d'elle. Elle refoula avec peine le sentiment de panique qui l'envahissait.

— Le sensible vient vers nous, indiqua Ileana, la gorge nouée par l'angoisse.

Ileana accéléra la cadence, mais Janaya lui attrapa la main pour l'en empêcher et la ramener à son niveau.

— Nous serions trop vite repérés si nous nous mettions à courir. Ça va bien se passer, nous avons une longueur d'avance. Celui qu'il a dû ressentir en premier, c'est Vince. Avec un peu de chance, sa surcharge brouille assez sa lecture pour qu'il n'ait pas une vision claire de la situation.

Enfin, elles atteignirent la baie vitrée qui coupait le hall de l'extérieur. Ileana vit les taxis qui s'alignaient le long du trottoir. Trois hommes en costume trois pièces patientaient pour y monter. Janaya jeta un coup d'œil derrière. Ileana devina qu'elle envisageait de leur passer devant. Malheureusement, Vince et Aymeric n'étaient pas encore sortis du bâtiment. L'attente devenait insupportable et Ileana sautait d'un pied sur l'autre. Le sensible se rapprochait dangereusement et elle se retenait de hurler à Vince et Aymeric de courir.

— Il est si près… murmura-t-elle.

Janaya lui serra la main.

— Ça va aller.

Finalement, ce fut leur tour au moment où Vince et Aymeric les rejoignaient enfin. Ils s'engouffrèrent comme un seul homme dans la voiture. Le chauffeur se retourna lorsqu'il constata qu'ils étaient quatre à l'arrière, mais Janaya lui ordonna de conduire sur un ton si tranchant qu'il obéit sans discuter. Elle lui donna l'adresse d'un hôtel à proximité de l'aéroport et le japonais mit son clignotant.

***


Vince regarda l'hôtel avec un air sceptique.

— Je pense qu'on ferait mieux d'aller en centre-ville.

— Je crois que ce serait plus prudent effectivement, acquiesça Janaya. Et toi ? Ça va ?

— Je peux encore tenir quelques temps.

Ileana n'en était pas si sûre. Vince en eut conscience et lui fit discrètement signe de ne rien dire. Elle hésita à passer outre son autorisation, mais renonça. Bien qu'agitée, la magie de Vince était sous contrôle.

— Bon, on se met en quête de navette ou de bus : on va tenter les transports en commun, annonça Janaya. Il y a moins de chance qu'ils puissent nous pister.

Vince hocha la tête alors que Jaelyn était déjà en train de déchiffrer une carte malgré les kanjis près de l'abribus à proximité. Un soupir attira l'attention d'Ileana. Aymeric observait autour de lui avec un air las. Il remarqua son regard et lui adressa un sourire triste.

— Un vrai poids mort… souffla-t-il.

— Je ne suis pas sûre d'être bien plus utile.

— Tu aides Vince à garder le contrôle, repères les sensibles qui sont des ennemis potentiels, je ne vois pas ce qu'il te faut, s'amusa Aymeric. Vivement qu'on trouve un endroit où je puisse me connecter, dit-il avant de pointer les autres du menton. Je ne pense pas que le temps passé sur internet leur soit d'une très grande aide, mais ça me donne l'impression d'être un peu utile.

Ileana n'avait rien à répondre et de toute façon, n'en aurait pas eu la possibilité. Janaya leur hurlait de les rejoindre alors qu'un bus s'approchait.
  
Commenter ce chapitre
Pour commenter, veuillez vous connecter ou vous inscrire.
Licence Creative Commons
ALLEEDESCONTEURS.FR DECOUVRIR L'ALLEE L'ALLEE & CO STATISTIQUES
Les fictions publiées
L'agenda des publications
Les auteurs de l'Allée
Les Trois Rues | la compétition
Foire aux questions
Publier sur l'Allée
Nous contacter
Forums de discussion
LeConteur.Fr
Partenaires & Liens
32 fictions publiées
646 membres inscrits
Dernier inscrit: Renarde de Brume
AlléeDesConteurs.fr ~ 2005-2017