Bienvenue ! S'inscrire Se connecter
Romans Agenda Publier Articles
Les Trois Rues Les Forums L'Equipe
Connexion
Lecture d'un chapitre
Laisser un commentaire
  
2 « Fuite »
Chapitre 1 « Ileana »
Même si Ileana se bouchait les oreilles et fermait les yeux pour échapper à la détresse qui l'entourait, les auras magiques des survivants et de ceux coincés sous les décombres ne le lui permettaient pas, provoquant une cacophonie de sensations insupportables. La pire étant celle de Vince qu'elle avait naturellement cherché à fuir, s'éloignant de lui sans même s'en apercevoir.

À force de respirations profondes et de concentration, elle parvint à atténuer les sensations. Serrant les dents, elle s'imagina emprisonner toute cette magie dans une boîte et brutalement, il n'y eut plus rien. La brusque disparition des pulsations la déstabilisa et elle tarda à ouvrir les yeux.

Aymeric était près d'elle en pleine discussion animée avec Alan. À plusieurs mètres d'eux, Janaya utilisait l'eau que Jaelyn changeait en glace pour maintenir les gravats en hauteur afin de libérer les mages piégés dans les décombres. Il lui fallut plus de temps pour repérer Vince. Ce dernier était adossé à un morceau de la verrière qui faisait office de toit avant que tout s'écroule, Thomas accroupi devant lui. Soudain, le médecin se redressa et s'avança dans leur direction. Elle trouva enfin le courage de se déboucher les oreilles et grimaça face au bruit ambiant. D'une main légère et fébrile, elle attira l'attention d'Aymeric et pointa l'homme en blouse tachée qui venait vers eux.

— Il y a un souci avec Vince… murmura-t-il en fixant son frère.

Il semblait hésiter entre l'affirmation et la question. Captant ses mots, Alan se frotta le visage avec fatigue :

— Ce ne serait pas surprenant. Je n'arrive pas à croire qu'il ait trouvé l'énergie de nous sortir de là. J'espère qu'il n'a pas été trop loin dans l'effort.

Son ton était lugubre, ramenant la jeune femme à la mort d'Emi et Raphaël. Les larmes menacèrent de nouveau de couler et elle avait besoin de se raccrocher à quelque chose pour ne pas se réfugier dans un coin désert des décombres afin de fuir ce qui venait de se passer. Elle pressa le bras d'Aymeric. Ce dernier allait la serrer contre lui pour la réconforter, mais s'arrêta en voyant son expression. Il se contenta de lui adresser un tendre sourire et lui ébouriffa fugacement les cheveux. Le contact limité la rassura sans provoquer de malaise. Thomas interrompit le face à face sans préambule :

— Où sont Janaya et Jaelyn ?

Si Aymeric fouilla le paysage désolé du regard, Ileana les pointa du doigt sans hésiter.

— J'ai besoin d'elles, s'exclama le médecin avec autorité.

Sans un mot, Alan alla les chercher.

— Comment va Vince ? demanda Aymeric.

— Je ne veux pas me répéter ! répondit sèchement Thomas. Mais il faut agir et vite.

Attendant que les jumelles les rejoignent, Ileana laissa ses yeux errer sur le lieu avec lequel elle commençait tout juste à se familiariser. Tout était en ruine. Elle qui parlait quelques minutes auparavant de quitter Roraima, ne savait que penser à présent que tout était détruit. Elle songea à sa chambre, son chez elle. Est-ce qu'elle pourrait y retourner un jour ? Et est-ce qu'elle en avait envie ? Est-ce qu'elle avait quelque chose à y récupérer ? Les albums et les livres annotés de sa propre main à une autre époque avaient pris de l'importance, mais elle ne saurait dire si leur absence était susceptible de provoquer un manque ou non.

Le retour de Janaya, Jaelyn et Alan coupa court à ses réflexions. Thomas ne leur laissa pas le temps de poser la moindre question :

— Vincent ne peut pas rester là. Il lui faut du calme et vite.

— Qu'est-ce qui se passe ? demanda Janaya, le regard braqué sur son ami, toujours assis contre la verrière.

— Surcharge.

Il y eut un lourd silence. Alan lâcha un juron. Ileana ne se souvenait que vaguement de ce terme qu'elle avait entendu quelques fois lors de ses cours de magie. Elle savait que c'était dangereux, mais les détails lui échappaient. La Colombienne fut la première à se ressaisir :

— Quel niveau de surcharge ?

— Complète. Il a les cheveux entièrement blancs. Il se contrôle pour le moment, mais il lui faut de l'aide au plus vite. Il doit être évacué en urgence et il ne peut pas partir seul. Le mieux serait de le mener à un Équilibreur.

— Avec le bazar qu'il va y avoir, aucun Équilibreur des Quatre Éléments ne sera disponible, murmura Janaya qui réfléchissait à voix haute.

— Non, lui confirma Thomas. Il va falloir trouver des Équilibreurs non officiels. Peut-être dans les colonies indépendantes des Cordillères ou du côté des sorciers amérindiens.

— Déjà qu'en temps normal, ils se montrent rarement charitables pour ceux extérieurs à leur communauté… Trouver un contact puis un Équilibreur qui soit autre chose qu'un baratineur va relever de l'impossible.

— Ce n'est pas comme si on avait le choix, asséna le médecin. Les hélicoptères des chaînes de télé ne tarderont pas à arriver et à ce moment-là, il sera trop tard pour partir. Vous devrez être en route avant.

— Une idée de par où on devrait commencer ? demanda Janaya.

— Vous connaissez les planques à proximité ?

— Celle de Boa Vista uniquement !

— C'est une des plus proches de toute façon : commencez par ça. Vous y trouverez un équipement minimum et un ordinateur portable théoriquement. À partir de là, vous devrez improviser, mais je vous fais confiance, vous vous en sortirez bien.

Janaya et Jaelyn hochèrent la tête acceptant du même coup la mission. Ileana prit peur. Après avoir perdu Emi, elle avait la sensation de perdre les jumelles également et cela l'effrayait. Il lui restait uniquement Aymeric avec lequel elle n'était toujours pas complètement à l'aise. Ce dernier gardait le silence, fixant son frère avec angoisse. Tardivement, elle réalisa que Thomas l'observait. Il finit par ajouter quelques mots :

— Emmenez Ileana !

Janaya la dévisagea à son tour avant de répondre au médecin, les traits du visage exprimant l'ampleur de ses doutes :

— Je ne pense pas que ce soit une bonne idée…

— Ici, je ne pourrai pas m'occuper d'elle comme elle le mériterait. Ça sera trop chaotique et Ileana est encore en phase de consolidation. Je pense qu'elle sera mieux avec vous.

Janaya ne se laissa pas convaincre si facilement :

— Avec Vince en pleine crise, je ne suis pas sûre de pouvoir assurer la sécurité d'Ileana tout en effectuant la mission !

— Il sera impossible pour Ileana de trouver le calme dont elle a besoin à Roraima. Ou plus exactement dans ce qu'il en reste, insista le médecin. Sans compter que sa sensibilité doit être mise à rude épreuve avec l'agitation des mages et les courants d'énergie dévastés. Ça doit être une vraie souffrance pour elle.

Il l'observa avec suspicion en finissant sa phrase. Elle aurait sûrement pu lui dire que son don était endormi, ce qui l'aurait probablement rassuré, mais ses lèvres étaient comme scellées. Ileana aurait aimé être furieuse que Janaya et le médecin parlent de son avenir sans même la concerter. Néanmoins, trop perturbée par ce qui se passait, elle ne se sentait pas l'énergie de sortir de sa passivité, préférant se laisser porter par les évènements et les décisions de ses connaissances.

— Je m'occuperai d'Ileana, annonça Aymeric.

Janaya et Thomas le fixèrent avec un sourcil sceptiquement levé. Si la situation avait été autre, Ileana aurait pu en rire, tant leur expression était identique.

— Ici ou avec nous ? demanda la Colombienne.

Le jeune homme hésita un instant en lui lançant un appel à l'aide du regard. Ileana ne réagit pas.

— Je ne sais pas, finit par répondre Aymeric. C'est peut-être à elle de choisir non ?

Elle n'avait aucune envie de prendre cette décision. Heureusement, Janaya ne laissa pas le silence s'éterniser :

— Tu n'es pas franchement au fait du terrain, Aymeric. Créer des portes, des murs parfaits sont une chose, utiliser ses aptitudes en combat demande une autre maîtrise. Que tu accompagnes ou non Ileana, cela ne change pas grand chose pour moi.

— Je devrais bien pouvoir me montrer utile, se justifia-t-il, vexé.

— Parfait, trancha Thomas. Partez immédiatement.

Janaya n'était clairement pas convaincue, mais elle ne batailla pas, consciente de l'urgence de la situation. Elle échangea un regard avec Jaelyn et cette dernière fila en direction de Vince. Elle se tourna ensuite vers Alan :

— C'est un peu brutal, mais je pense que ta présence ne serait pas de trop pour assurer la sécurité du groupe. Je t'ai déjà vu à l'oeuvre, tu es un bon élément sur le terrain, même non accompagné.

Aymeric leva les yeux au ciel, réalisant qu'elle le considérait définitivement comme un poids de plus à traîner.

— Non, désolé, répondit Alan. Je préfère aider ici. J'espère aussi retrouver Raphaël et Emi pour leur offrir une sépulture décente.

Janaya hocha la tête avec gravité :

— Je comprends. Bon courage.

— Bonne chance, lui dit-il en tendant la main.

Pendant qu'ils se saluaient, Ileana s'intéressa à Jaelyn et Vince. La Colombienne était accroupie devant lui, les doigts à quelques centimètres du visage du jeune homme. Le convalescent les chassa sans ménagement et se remit difficilement sur pied sans aide. Son équilibre était précaire alors qu'il avançait vers eux et il dut à plusieurs reprises s'appuyer contre les débris de la colonie pour ne pas tomber.

Après une poignée de main vigoureuse entre Aymeric et Alan, ce dernier lui adressa un petit signe de tête et s'éloigna dans les décombres. Aymeric observa Ileana un instant, mais cette dernière fuit son regard. Ne cachant pas sa déception, il renonça et préféra interroger Janaya :

— Tu penses nous faire sortir de là comment ?

— On va passer par le flan Est, répondit-elle sans une ombre d'hésitation, c'est le moins pentu. Ça ne sera pas simple, mais c'est ce qu'il y aura de plus facile. À ce sujet, je compte sur ta maîtrise de la terre.

Aymeric hocha la tête en regardant son frère les rejoindre, surveillé de près par Jaelyn qui n'avait pas l'air tranquille.

— Ileana ? l'interpella avec douceur Janaya.

— Oui, s'exclama-t-elle surprise qu'elle lui adresse soudain la parole.

— Tu vois sa magie ?

Elle n'eut pas besoin de donner le nom du jeune homme pour qu'Ileana comprenne qu'elle parlait de Vince.

— Non. C'est comme étouffé…

En réalité, elle ne captait plus rien, mais elle craignait que Janaya décide de la laisser derrière si elle l'avouait. À bien y réfléchir, elle ne le souhaitait pas.

— Un mal pour un bien, je suppose, dit la Colombienne dans un soupir. Donc on est parti !

Janaya prit la direction de leur groupe, très vite remplacée par Aymeric. Ce dernier créait un chemin relativement lisse au milieu des décombres pour faciliter leur progression. Derrière Ileana, elle sentait Vince avancer cahin-caha, Jaelyn fermant la marche.

Ils évoluèrent en silence jusqu'à la paroi qui avait réussi à résister au séisme. Manipulant les flux d'énergie, Aymeric fit une ouverture donnant sur le vide.

— Tu pensais la descendre comment ? demanda-t-il à Janaya en reculant par précaution.

— Tu peux faire un escalier ?

— Ouais, mais ça va nous prendre des heures pour atteindre la terre ferme.

— Quand les hélicoptères arriveront, on improvisera. Pour le moment, on fait ça !

Pas tout à fait convaincu, Aymeric créa une première excroissance suspendue. Alors qu'il allait s'engager, Janaya l'appela :

— Fais une dizaine de marches qu'on sorte ! Tu refermeras l'ouverture derrière nous.

— Et si d'autres veulent fuir ?

— Pas par là ! Pas à notre suite ! On serait plus vulnérable. On ne peut pas prendre le moindre risque. Vince est dangereux.

Ileana observa avec curiosité le jeune homme en question. Il lui semblait plus amorphe et faible que d'une compagnie menaçante. Pourtant ni Aymeric ni Jaelyn ne la contredirent et plus dérangeant encore, ils jetèrent tous d'eux un regard inquiet à Vince. Elle chercha de nouveau dans sa mémoire défaillante ce que signifiait une surcharge exactement, mais si la possibilité était de temps à autre évoquée lorsqu'un mage utilisait son talent, Ileana n'en avait gardé que des connaissances partielles. Elle se souvenait que dans ces cas-là, la magie pouvait fonctionner indépendamment de la volonté de celui censé la maîtriser et que cela pouvait causer de gros dégâts ou la mort du mage. De quelle façon, elle l'ignorait et n'avait de toute façon jamais eu la curiosité de poser la question.

Aymeric réapparut et Janaya la poussa à avancer à l'extérieur. Ileana fit un peu de résistance en sentant le vent frais lui fouetter le visage et en voyant le vide lui faire face.

— Désolée, mais on ne peut pas se permettre de traîner, la pressa la Colombienne non sans jeter des coups d'œil inquiets par-dessus son épaule.

Avec crainte, elle posa son pied sur la première marche. Cette dernière était parfaite, comme taillée à l'aide des outils les plus précis. Comme si elle avait toujours été là. Elle en descendit quelques autres pour que ses compagnons la suivent. Janaya pesta dans son dos.

— Il aurait pu les faire un peu plus larges !

— Je fais ce que je peux ! répondit de façon acerbe Aymeric. Mais si je veux avoir assez d'énergie pour nous permettre d'atteindre le sol, il vaut mieux que je me ménage un peu.

D'une main sur l'épaule, Janaya la stoppa pour qu'Aymeric puisse refermer l'ouverture et reprenne la tête de leur expédition. Ileana colla autant que possible contre la paroi afin qu'il passe à côté. Se rangeant finalement de l'avis de la Colombienne, le jeune homme élargit les marches pour les contourner plus facilement. Avant de lui emboîter le pas, Ileana jeta un coup d'œil derrière elle. Janaya et Jaelyn encadraient un Vince vacillant.

La descente devint rapidement hypnotisante. Ileana ne pensait plus à rien, juste à poser un pied devant l'autre.

Plus elle s'éloignait du sommet, plus elle sentait sa magie lui revenir comme si son corps sortait de son engourdissement. Cela commença par les flux d'énergie dont se servait Aymeric. Calmes, maîtrisés, ils ne l'effrayèrent pas et elle ne se braqua pas à leur timide contact. Ensuite, les courants dans l'air, aérien la rassurèrent, tempérant la crainte due à l'immense vide qui se dressait sous les maigres marches. Un léger brouillard nocturne s'élevait de la forêt, rendant l'oppression de la masse végétale plus imposante encore. Bien qu'elle ne soit pas sujette au vertige, son coeur battait à tout rompre. Ne pouvoir compter que sur son équilibre, la solidité d'une plateforme de moins de cinquante centimètres de large et de vingt de longueur avec pour seul rampe, une paroi abrupte sur laquelle il était difficile de s'accrocher était terrifiant. La pluie se mêla aux autres sensations, brouillant sa vue déjà limitée par l'obscurité de la nuit. Néanmoins, la douce présence de la magie la parcourant finit de calmer son esprit.

Soudain, Aymeric pesta devant elle, troublant sa concentration. Son rythme ralentit légèrement. Elle sentit le souffle de Jaelyn sur sa nuque, également surprise par le changement.

— Un souci ? demanda cette dernière suffisamment fort pour qu'il l'entende.

— La pluie rend la roche glissante.

Seul un grognement lui répondit, Ileana se douta qu'il appartenait à Janaya.

Alors qu'ils se remirent en route, un bruit lourd et régulier les immobilisa de nouveau. Un faisceau lumineux balaya la paroi, mais heureusement pour le moment l'hélicoptère se concentrait sur le sommet, leur laissant le champ libre.

— Janaya, appela Aymeric.

— Ouais ?

— On continue ?

— Non, il va falloir accélérer ! Tu peux faire une cabine qui nous descendrait ?

Aymeric sembla désemparé :

— Bah, non ! C'est de la terre, ce n'est pas destiné à se mouvoir de cette façon !

— Crée une cabine ouverte puis Jaelyn et moi prendrons le relais ! Tant que les hélicos sont concentrés sur là-haut, on devrait pouvoir profiter d'un peu de tranquillité pour agir !

— Et qui va la faire descendre ?

— Bah nous !

— Janaya, je ne pense pas que…

— Aymeric, tu l'as dit toi-même, on ne peut pas aller jusqu'en bas ainsi. Pas sans danger ou risquer de se faire repérer. Alors sois mignon et obéis !

Ileana n'avait jamais vu une telle expression de fureur chez lui. Presque négligemment, Aymeric créa ce que lui demandait la Colombienne. Il recula ensuite pour leur laissa le champ libre quoiqu'elles veuillent faire. Les jeunes femmes descendirent dans la cabine suspendue et Ileana les entendit murmurer un instant. Elle les sentit prendre le contrôle des courants d'énergie parcourant la roche.

Sans un mot, Vince glissa contre la paroi et s'affala sur deux marches en attendant qu'on lui dise de bouger. Ileana tendit la main pour soulever sa capuche et voir son visage, mais Aymeric la stoppa, lui attrapant le poignet.

— Ne le touche pas !

— Pourquoi ?

— Il est en surcharge.

Elle espérait qu'il en dise plus, mais Aymeric s'arrêta là. Néanmoins, maintenant qu'elle retrouvait ses esprits, sa curiosité reprenait le dessus la poussant à sortir de son mutisme.

— C'est quoi une surcharge ?

— On ne te l'a pas expliqué ? s'étonna Aymeric. Remarque vu tes craintes, c'était sûrement la meilleure chose à faire.

— Ils en ont un peu parlé, mais je ne m'en souviens pas bien…

Si la pluie laissait Ileana indifférente, Aymeric semblait bien plus incommodé, essayant tant bien que mal de protéger son visage.

— C'est lorsque la magie prend le dessus sur la volonté du Mage. Elle agit alors comme animée d'une volonté propre. Cela entraîne le plus souvent la mort de la victime. Soit ce sont les éléments qui le tuent, soit d'autres mages parce que la personne en surcharge devient une menace. Quand il survit, il sombre généralement dans la folie.

Il semblait réciter un cours. Pourtant il parlait de son frère. Le regard d'Aymeric se posa sur ce dernier et il réalisa ce qu'il était en train d'énoncer. Ses traits se défirent. Quoi que le destin réserve à Vince et malgré la mission, Aymeric ne croyait pas en une issue positive.

— Pourquoi je ne peux pas le toucher ? demanda-t-elle.

— Ça peut être contagieux, répondit-il dans un murmure. Son instabilité pourrait déclencher la tienne.

Sa sensibilité s'éveilla plus pleinement. Elle reconnut sans mal la magie d'Aymeric, Jaelyn et Janaya. Au-dessus, dans un brouhaha, elle distinguait celle des survivants de la colonie. Devant elle, celle de Vince était incomparable. Les pulsations allaient et venaient à un rythme effréné avec une puissance qu'elle n'avait jamais constaté. Elle se demandait comment Vince pouvait rester si stoïque, alors que sa magie semblait échapper à tout contrôle.

— On y va ! ordonna Janaya.

Vince se releva péniblement, il se mit sur la cabine et descendit tant bien que mal, Ileana et Aymeric le suivirent. Une fois à l'intérieur, ce dernier regarda sa création avec un air sceptique.

— Et tu comptes la déplacer comment ?

— J'y ai mêlé la terre fabriquée par Jaelyn, ça facilitera ma maîtrise dessus.

— J'espère que cela suffira, dit-il dans un souffle.

— Tu vas jouer les rabat-joie encore longtemps ?

— Prouve-moi que j'ai tort !

Elle lui envoya un sourire moqueur avant de s'asseoir en tailleur et de fermer les yeux. Rapidement, Ileana sentit des vibrations animer la roche les entourant et tout comme ses camarades, elle s'accroupit instinctivement.

Il fallut plusieurs longues minutes à Janaya pour prendre complètement le contrôle de la pierre afin de les descendre le long de la falaise. Les mouvements de la cabine étaient spasmodiques, leur faisant perdre plusieurs mètres par à-coups. Si Ileana avait naturellement fait confiance à la Colombienne et à son assurance, elle commençait à se ranger à l'avis d'Aymeric.

La jeune femme était concentrée pour garder son équilibre. Jaelyn qui était dangereusement proche du bord, ne quittait pas sa sœur des yeux et les plis d'inquiétude entre ses sourcils n'étaient guère tranquillisants. Aymeric lâcha un juron. Il se frottait la tempe en grommelant tout en fixant Janaya avec colère. Avachi, l'épaule dénudée raclant de temps à autre contre la roche qui défilait dans le fond, Vince quant à lui était balloté par les mouvements, n'ayant pas le réflexe de s'agripper aux parois. Sa magie était de plus en plus effrayante et Ileana ne comprenait pas que les autres ne ressentent pas les sursauts d'énergie si chaotiques qui émanaient de tout son être.

Soudain, une pierre de la cabine échappa à l'emprise de Janaya, laissant un trou de la taille d'un poing sur le côté droit. Ileana était obnubilée par le vide qu'elle voyait à travers et la forêt qui se rapprochait de plus en plus lorsque la Colombienne lança l'alerte :

— Je perds le contrôle !

— Arrête-toi, hurla Aymeric, il ne reste plus une grande distance à présent et on doit pouvoir utiliser des escaliers.

— J'essaye… répondit-elle en grimaçant.

La cabine descendit brutalement et Ileana sentit ses pieds décoller légèrement de la base. Soudain, tout s'immobilisa et elle tomba douloureusement à genoux. Cela ne dura qu'un instant. La pierre s'effrita sous ses pieds et elle bascula dans le vide.
  
Commenter ce chapitre
Pour commenter, veuillez vous connecter ou vous inscrire.
Licence Creative Commons
ALLEEDESCONTEURS.FR DECOUVRIR L'ALLEE L'ALLEE & CO STATISTIQUES
Les fictions publiées
L'agenda des publications
Les auteurs de l'Allée
Les Trois Rues | la compétition
Foire aux questions
Publier sur l'Allée
Nous contacter
Forums de discussion
LeConteur.Fr
Partenaires & Liens
31 fictions publiées
656 membres inscrits
Dernier inscrit: Jprrlt
AlléeDesConteurs.fr ~ 2005-2017