Le blog de l'histoire
En octobre 2013, en réponse à un appel à texte d’Halloween sur le thème de la Lune, j'avais écrit hâtivement une courte nouvelle (la limite était fixée à 3000 mots) qui mettait en scène Henri Berliniac et le comte d’Harmont, en mission pour le bureau des Affaires hermétiques face à d’étranges vols. C’était la première fois que je rapprochais ces deux personnages : Henri avait été créé pour le tome 1 de Sublimation, L’Elixir de vie, tandis que le comte apparaissait dans La Reine des Fées, qui devait être à l’origine le premier opus de Spiritis Mundi (mais qui est devenu le deuxième après écriture de La Larve Dorée).

Le texte apparaissait avec le synopsis suivant :

« Des ossements volés, les rayons de la lune, une étrange litanie... Quel rapport avec une série de cambriolages dans de riches appartements parisiens ? C'est ce que le comte d'Harmont et le journaliste Henri Berliniac vont découvrir à leurs risques et périls... »

Cette toute première version est encore lisible sur le Conteur. Il ressemble à présent à un rapide résumé : on y voit juste nos deux compères et vaguement Hermine, le prologue, la confrontation et l’épilogue.

Il a été clair, d’emblée, que le format était bien trop court pour exploiter correctement le thème et mettre en valeur les personnages. Aussi, une version étendue a été mise en chantier en février 2015. L’intrigue était plus fouillée, on y voyait désormais apparaître le capitaine Borée, responsable du bureau des Affaires hermétiques, l’inénarrable concierge Marie Vacher, le frère aîné d’Henri, le beau Léo. Hermine y tenait une place bien plus large. Des 2779 mots initiaux, je suis passée à… 23 111 mots ! Quasiment un petit roman. Lisible sur l’Allée et sur LeConteur  !

Malgré tout, il manquait encore quelque chose à ce récit pour qu’il trouve une véritable profondeur…

En 2015, en parcourant des articles sur la mythologie, j’ai fait une découverte qui devait m’apporter un tout nouvel éclairage, en offrant enfin une motivation digne de ce nom aux agissements de la Tisseuse. Elle passait enfin du statut de personnage « méchant, parce que... » à un personnage plus profond et suscitant peut-être un peu plus de compréhension. En regard, Henri devenait aussi plus impliqué et plus profondément secoué par l’impact émotionnel de l’affaire. Hermine connaissait une véritable évolution au fil des événements décrits dans la nouvelle…

Finalement, le texte est long de 28 150 mots ! Il compte un prologue, 16 chapitres (au lieu des neuf initiaux) et un épilogue.

J’espère pouvoir vous le faire découvrir dès que possible !

Beatrice Aubeterre   mercredi 8 juin 2016 à 17h4408.06.2016 à 17h44   10
Les Commentaires (Commenter)
Vous devez être identifié pour participer aux blogs.
Dernière publication

1, 51
« LI - Le cœur seul dit ce qu'il faut faire »
Les derniers commentaires
Melsuien a laissé un commentaire.
samedi 25 juillet 2020 à 12h20
Melsuien a laissé un commentaire.
samedi 25 juillet 2020 à 11h17
Nascana a laissé un commentaire.
mardi 21 juillet 2020 à 13h54
Aislune S. a laissé un commentaire.
mercredi 8 juillet 2020 à 10h04
Aislune S. a laissé un commentaire.
mercredi 8 juillet 2020 à 09h58
L'AlléeDesConteurs.fr © 2005-2020
AlléeDesConteurs.fr Découvrir l'Allée L'Allée & Co Statistiques
Les fictions publiées
L'agenda des publications
Les auteurs de l'Allée
Les Trois Rues | la compétition
Foire aux questions
Nous contacter
Forums de discussion
LeConteur.Fr
Partenaires & Liens
13 fictions publiées
803 membres inscrits
Dernier inscrit: Melsuien
AlléeDesConteurs.fr ~ 2005-2020