Bienvenue ! S'inscrire Se connecter
Romans Agenda Publier Articles
Les Trois Rues Les Forums L'Equipe

Inscrivez-vous ou connectez-vous

Lecture d'un chapitre
Laisser un commentaire
  
2 « Deuxième partie »
1 « Guet-Apens »

Marina, Astroport de Vancouver - Cargo léger Moonshine Runner, mercredi 23 mai 2356.

Mirella passa sur son visage une main sans énergie et s'attarda à frotter ses yeux alourdis par le manque de sommeil. Elle renversa sa tête contre les coussins d'un bleu fané de la salle de repos, laissant son regard se poser sur Jerem qui marchait de long en large – dans la mesure où la pièce, pas véritablement spacieuse, le permettait.

« Jerem, dit-elle plaintivement, il va vraiment falloir que je lui donne une réponse aujourd'hui. »

Le travler s'arrêta et posa sur la jeune femme un regard grave :

« Tu es sûre qu'on ne peut pas trouver moins cher ? »

Les exigences de MacKenna Sparks lui étaient restées en travers de la gorge... Celles du runner ne faisaient qu'accentuer sa contrariété.

L'équipage du Moonshine Runner avait déjà passé l'essentiel de la soirée précédente, plus une bonne partie de la nuit, à débattre de cette même question. Elle répondit d'un ton las :

« Oui, il y a moins cher. Des escrocs, des types qui feront la moitié du travail ou qui nous balanceront à la sécurité de Marina... Fais ton choix ! »

Jerem poussa un soupir excédé et passa la main dans la mèche blanche sur sa tempe :

« Mais de là à demander 20.000 'us...

— Ce n'est pas si cher, tu sais ! protesta Mirella en prenant appui sur ses coudes pour se redresser. Et puis, il accepte que le contrat soit établi sans passer par le décodeur. Je n'aurai pas besoin de le faire réactiver :

l'un dans l'autre, on s'y retrouve ! »

Son capitaine leva les deux mains en un geste de frustration :

« On s'y retrouve ! On s'y retrouve ! Vite dit. Nous n'aurons quasiment plus de réserves. La moindre avarie, le moindre creux dans les affaires... et nous risquons de faire le plongeon ! »

Becka se détacha du mur contre lequel elle était restée appuyée, silencieuse, durant l'échange :

« Jerem... J'ai des économies, je peux très bien régler les frais de la fausse identité. Au pire, je peux me passer de salaire pendant quelques mois et...

— Non ! coupa son capitaine en pivotant brusquement vers elle. Il n'en est absolument pas question. Nous sommes tous ensemble dans cette galère !

— À cause... de moi ? »

La voix qui leur parvenait de l'entrée de la salle n'était guère plus qu'un murmure, mais les trois travlers se tournèrent d'un bloc vers celui qui venait de s'exprimer. Depuis qu'il avait quitté l'infirmerie, Mika s'était vu attribuer une des deux cabines encore inoccupées. Jusqu'à présent, il n'en était jamais sorti de son propre chef.

Le grand jeune homme posait sur eux un regard préoccupé, légèrement confus. Mirella fut saisie d'un sentiment de compassion à son égard. Elle ne pouvait qu'imaginer de façon lointaine le terrible choc que ce garçon avait dû subir en étant arraché à tout ce qui constituait son univers, sans y être préparé le moins du monde. Elle savait, cependant, combien on pouvait se sentir désorienté quand on devait fonctionner dans un monde étranger, avec des règles et des valeurs dont on ne soupçonnait pas même l'existence.

Jerem fixait Mika d'un air navré, sans trouver quoi répondre. Becka, toujours compatissante, se dirigea vers le genhum et leva les yeux vers lui :

« Mika, nous ne te cacherons pas que ta présence à bord du Moonshine Runner exige de nous une adaptation nécessaire. En particulier, un certain nombre de sacrifices matériels. Tu n'ignores pas que tout se paye en ce monde ? »

Le garçon la regarda sans mot dire, puis murmura enfin :

« Oui. Les objets et les services se voient attribuer une valeur de référence dans l'unité monétaire de l'Intermonde. »

Mirella se demanda, non sans cynisme, à combien le jeune genhum avait été évalué par ses créateurs. Becka hocha la tête avec un sourire :

« Voilà ! Tu te souviens de ce que je t'avais dit ? Que puisque nous t'avions trouvé, nous étions devenus responsables de toi ? »

Mika hocha la tête, avec un léger temps de retard.

« Eh bien, poursuivit la mécanicienne, pour que tu puisses rester avec nous, il faut que tu possèdes une identité. Un nom, un prénom, une plaque magnétique à conserver sur toi... mais aussi une fiche de renseignement dans les bases de l'Intermonde. En principe, tout le monde les reçoit à sa naissance, mais ce n'est pas ton cas. Il va falloir t'en faire établir, et cela risque de nous coûter pas mal d'argent... je veux dire, une somme importante en ICUs.

— Je comprends », répondit-il après un bref silence.

Mirella esquissa un petit sourire ironique. Becka avait le don de présenter les choses avec une simplicité enfantine, en occultant tout ce qui pouvait susciter des questions délicates. Elle se demanda, cependant, si le garçon était vraiment dupe ou s'il évitait juste de creuser plus le sujet. Ce qui était logique de la part de quelqu'un qu'on avait employé comme rat de laboratoire pour des projets vraisemblablement « top secret ». Avait-il seulement idée de l'illégalité de son existence ?

Le grand jeune homme fronça les sourcils et reprit :

« Une identité... Seuls les êtres humains en ont une... »

Les êtres humains ?

La gorge de Mirella se serra quand elle réalisa la portée de cette remarque. Elle ne s'était jamais sentie particulièrement concernée par la cause des genhum – elle avait vu bien trop de choses dans les bas-fonds des spatioports pour déplorer la moindre injustice. Mais dépouiller quelqu'un de tout ce qui faisait de lui une personne... c'était tout simplement écoeurant.

Becka posa ses deux mains sur les épaules de Mika. Mirella s'en étonna : la mécanicienne leur avait donné pour consigne de ne surtout pas toucher le jeune homme sans bonne raison. Pourquoi outrepassait-elle soudain ses propres règles ? Il tressaillit légèrement, mais accepta son contact.

« Écoute, Mika, fit-elle d'un ton ferme, si tu veux pouvoir passer inaperçu dans ce monde, il faut que tu parviennes à t'intégrer parmi les humains. Et pour cela, tu dois apprendre à te considérer comme tel. »

Les yeux bleus s'élargirent d'incompréhension.

« Extérieurement, tu ne diffères en rien d'un être humain classique, Mika. Nous allons devoir jouer sur ce point. Non seulement pour ta propre sécurité, mais pour la nôtre également. »

Lentement, la mécanicienne laissa retomber ses mains et recula de quelques pas. Mika les regarda en silence, l'un après l'autre, notant leur consensus muet, puis hocha la tête :

« J'apprendrai... »

À son ton hésitant, Mirella se dit que ce ne serait pas chose simple.

Tandis que le garçon retournait vers sa cabine, elle s'étira longuement, essayant de décrisper ses muscles tendus, puis se leva :

« Bien, je suppose que je peux donner à Pryce une réponse positive ? »

Becka se contenta de sourire avec lassitude ; Jerem leva les yeux au ciel en signe de frustration muette. Mirella prit cela pour un « oui ».

OOO

Marina, Astroport de Vancouver – Blue Cosmos, planète Terre, mercredi 23 mai 2356.

Dundar Corrodin agita légèrement son verre et regarda les gouttelettes phosphorescentes danser la sarabande dans la lueur bleue.

« Alors comme ça, ton commanditaire veut s'acheter des petits soldats ? Ça devient une mode par les temps qui courent. »

Garry sourit paresseusement :

« Les rues ne sont pas très sûres en ce moment. »

Quelques gouttes atterrirent sur la table. Corrodin toucha l'une d'elles du bout de l'index, qu'il promena sur la surface lisse en laissant une traînée brillante en forme de vague.

En observant le crâne chauve de son vis-à-vis, Garry ne put s'empêcher de se demander pourquoi il n'avait pas pratiqué une revitalisation de ses cellules pileuses : l'effet de calvitie partielle n'avait rien de très flatteur. Pas plus que la chemise de synthésoie d'un rouge hurlant avec ce bizarre col montant fermé par un clip doré et ce pantalon de synthécuir moulant. Le jeune runner avait appris qu'il n'était pas toujours bon de juger sur les apparences, mais les traits massifs imprégnés de suffisance parlaient d'eux-mêmes.

Le marchand de chair humaine plissa ses lèvres pleines en une moue dubitative :

« Le problème, c'est que je n'ai plus grand-chose en stock... »

Garry poussa un long soupir :

« Allons, Corrodin, si c'est une question de prix, vous savez que ça peut toujours s'arranger. »

L'homme leva les deux mains en signe d'impuissance :

« Qu'est-ce que tu crois, petit ? Il y a l'offre, il y a la demande ! Quand il n'y a pas d'offre, c'est difficile de répondre à la demande ! »

Le jeune runner se renversa en arrière et inclina la tête légèrement de côté, offrant à son interlocuteur un sourire carnassier :

« Je suis sûr que vous pouvez mieux faire. Qu'est-ce qui me dit que vous ne gardez pas vos marchandises pour un autre client ? Ou que nous ne manoeuvrez pas pour faire monter les prix ? »

Le visage épais se chiffonna. Le doigt qui avait maculé la table glissa sur le rebord du verre.

« Il faut me croire... Les derniers sujets de mes fournisseurs ne sont pas encore prêts, ils ne peuvent pas être forcés non plus. Ce serait un coup à perdre une fournée entière à cause d'un vieillissement incontrôlable ! »

Garry esquissa un sourire ironique, qui masquait efficacement le dégoût profond qu'il ne pouvait s'empêcher d'éprouver aux paroles du margoulin.

« Bien sûr... Ils ont leurs problèmes. La culture des hélices, c'est une opération qui n'est rentable qu'à long terme, n'est-ce pas ? »

Corrodin hocha vigoureusement la tête :

« Je suis depuis plus de vingt ans dans le métier, je peux en parler... Le temps de croissance n'est pas le seul souci. Il faut aussi trouver des gentechs compétents qui n'ont pas peur de salir les mains. Le problème, c'est qu'ils sont gourmands. Une fois les salaires partis, les éleveurs n'ont plus grand-chose pour investir dans de nouveaux matériaux. Du coup, mon catalogue s'appauvrit et je dois monter mes prix. Si je pouvais leur fournir quelques hélices fraîches et originales...

— Vous êtes vraiment à plaindre, Corrodin, lança Garry d'un ton sarcastique. Mais vous savez comment ça marche : les hélices, c'est de la matière dangereuse. Je ne bosse pas avec des gens qui ne m'ont donné aucune assurance. Et pour l'instant, je représente les intérêts de mon commanditaire, pas les miens. Je ne veux pas tout mélanger... »

Il reporta son regard sur son propre verre, empli d'un liquide laiteux, légèrement miroitant, au pourcentage d'alcool quasiment nul ; il constata qu'il ne se sentait pas enclin à avaler quoi que ce soit.

« Du moins, pas encore, poursuivit-il en relevant les yeux. Puisque vous êtes le seul dans la course, Corrodin, ce serait bien que vous soyez un peu coopératif. Tout ce qui peut s'acheter peut se vendre. Peut-être que votre client providentiel n'est pas complètement satisfait de son achat et ne serait pas opposé à profiter de la plus-value... »

L'homme pâlit visiblement, un phénomène bizarre sur ses traits pâteux.

« Écoute, Pryce, fit-il avec une cordialité forcée, je ne suis pas un intermédiaire, moi. Je suis un négociant. Je fais des affaires. »

Garry s'efforça de demeurer impassible : Corrodin travaillait dans le secteur le plus glauque que l'on puisse trouver, y compris dans les activités underground ; logiquement, il ne devait pas avoir peur de grand monde. Cette crainte soudaine et manifeste n'avait rien d'ordinaire.

« Donc, fit-il d'un ton froid, les yeux mi-clos, vous opposez un refus pur et simple à mon client ? »

Corrodin hésita, ouvrit la bouche, la referma, pour déclarer au final, en secouant la tête :

« Tu es sacrément obstiné, Pryce. Et sacrément gonflé aussi. Si tu n'étais pas aussi doué, tu serais déjà au fond de la baie... »

Il éclusa ce qui restait de son verre, avant de se pencher vers le jeune homme :

« Je sais ce qu'on dit de toi. Que tu es aussi glissant qu'une anguille... Mais aussi, qu'aucun genrunner ne comprend les hélices et leurs capacités aussi bien que toi. Tu te fais vieux pour le métier... »

Il se rapprocha encore, en susurrant :

« Je pourrais facilement te faire intégrer un labo chez un éleveur. Tu n'es pas bête... Tu pourrais apprendre vite... voire même devenir un gentech de premier ordre. »

Garry se recula avec une légère grimace. Corridin ne lui inspirait que de la répugnance, et pourtant, ses paroles prenaient un tour presque séduisant dans leurs perspectives. Le jeune runner avait toujours éprouvé un intérêt sincère pour la technologie génétique et n'hésitait jamais à approfondir la question durant son temps libre. Mais ce type d'apprentissage ne figurait pas dans son agenda.

« Non, merci ! déclara-t-il d'un ton définitif. N'essayez pas de noyer le poisson, Corrodin. »

Le margoulin tripota en silence son verre vide : Garry voyait venir le moment où il demanderait un temps de réflexion. Il devait le garder sur le gril, coûte que coûte. Il retroussa légèrement les lèvres en une grimace qui n'était pas exactement un sourire et découvrait largement ses canines plaquées de métal.

« Si les temps sont durs, à vous d'agir en conséquence, vous avez tout à y gagner... »

L'homme plissa les lèvres, les yeux noyés dans le fond de son verre. Garry profita de la pause pour reporter son attention sur les autres occupants du Blue Cosmos. À part Corrodin, lui-même et le gérant, à sa place habituelle derrière son bureau de contrôle, seuls deux clients traînaient leur ennui au bar. Des travlers ordinaires qui ne lui semblaient familiers ni l'un ni l'autre...

Son oeil fut immédiatement attiré par la mince silhouette qui venait de pénétrer dans l'établissement. La combinaison outremer transformait considérablement son allure, même avec les cheveux violets presque phosphorescents dans les néons bleus et l'arabesque qui grimpait le long de sa joue. À son habit comme à sa manière d'être, il ne doutait plus que ses jours de runner étaient derrière elle. Elle y avait survécu, remarquablement bien, selon toute apparence : il y avait dans son attitude quelque chose de détendu, de juvénile que les risques que sa démarche lui faisait encourir ne semblaient pouvoir atteindre. Garry tenta de réprimer un sourire, mais ne put empêcher un coin de ses lèvres de se relever brièvement.

Mais aussitôt, la mine du jeune homme redevint sombre. La fille – Mirella quelque chose – ne devait pas l'approcher. Surtout pas maintenant. Elle lança un regard hésitant dans sa direction. Heureusement, son passé lui avait appris à se montrer vigilante : quand elle le vit reporter ostensiblement son attention sur Corrodin, elle n'avança pas plus loin. Elle s'assit à l'une des tables et laissa errer ses doigts sur la surface lisse, appelant la carte du Blue Cosmos qu'elle contempla d'un air absent.

Distrait par le bruit de ses bottes sur le plancher laqué où pulsaient des nébuleuses de lueurs tamisées, Corrodin se retourna à son tour vers la nouvelle venue. Le margoulin ne pouvait manquer de trouver de l'intérêt à la gracieuse silhouette, aux traits fins et aux immenses yeux sombres, même s'ils étaient dus au plus pur des hasards génétiques – ou sans doute pour cela. Et cela déplaisait à Garry. Une fille qui avait réussi à se sortir de l'impasse des runs méritait d'échapper à ce style d'attention. S'il demeurait assez longtemps engagé dans cet entretien avec Corrodin, elle finirait par s'impatienter et comprendrait qu'il valait mieux revenir plus tard.

Il pianota brusquement sur la surface de la table ; le cliquetis de ses griffes de métal sur le verre acrylique ramena le trafiquant à des réalités plus immédiates. Le jeune runner se pencha en avant et plongea ses prunelles miroitantes droit dans celles, d'un brun délavé, de Corrodin :

« Mon commanditaire est près à se montrer généreux, siffla-t-il entre ses dents. Mais il n'aime pas attendre. À vous de voir si vous voulez entrer dans la liste de ses fournisseurs préférés ou dans celle des tocards qui ne valent même pas la peine d'être approchés. Il n'hésite jamais à transmettre ses références à ses relations... et il en a beaucoup. »

Corrodin ferma les yeux, prit une longue inspiration. Le verre vide tremblait légèrement dans sa main. Il baissa le nez et secoua la tête, fuyant le regard du jeune runner. Enfin, quelques paroles, rauques et tendues, franchirent ses lèvres :

« Écoute, Pryce. Ce client a exigé la discrétion et lui aussi a des relations. Tu ne peux pas savoir à quel point... »

Garry se redressa légèrement, les sourcils froncés. Un tel niveau de confidentialité, dans ces milieux interlopes où tout se savait tôt ou tard, ne pouvait signifier qu'une chose. Il n'aimait pas ça. Pas du tout...

De nouveau, un bruit de pas du côté de la porte attira son attention. Un petit groupe d'hommes venait de pénétrer dans le Blue Cosmos comme s'il possédait la place. Des types grands, bien bâtis, l'air dangereux.

Vêtus d'uniformes.

Des uniformes qui, dans la lueur bleue, paraissaient d'un noir profond.

Corrodin mit plus de temps à réaliser que quelque chose n'allait pas : il ne se retourna à son tour que lorsque John Lajoy, le gérant du bar, quitta son poste pour s'avancer vers les nouveaux venus et leur demander ce qu'il pouvait faire pour eux. Lajoy n'était pas le plus fervent admirateur de la justice de l'Intermonde, mais il comprenait qu'à certain moment, mieux valait garder profil bas. Particulièrement quand les gorilles du spatioport cédaient le pas aux blackies. Et les blackies n'aimaient pas qu'on se paye leur tête.

Garry soupira : on pouvait toujours compter sur eux pour se montrer juste au bon moment... Il plongea la main dans une de ses multiples poches et en tira discrètement son décodeur sous le couvert de la table. Il appuya sur le bouton d'autodestruction, en se félicitant d'avoir opéré une sauvegarde le matin même, avant de le lâcher sur le sol. Aussitôt, le processus de microfusion grilla les systèmes internes du petit appareil et commanda la dégradation des matériaux externes, qu'il dispersa sous la semelle d'une lourde botte ferrée.

Lajoy plaidait sa cause avec des accents nerveux, mais Garry n'entendait pas une seule de ses paroles. Un des gorilles en noir, un grand Afro-Occidental aux cheveux ras, s'approchait déjà de leur table, la main sur la crosse de son arme.

« Vous deux, levez-vous. Lentement. Je veux voir vos mains. »

Pendant quelques secondes, Corrodin demeura paralysé, avant de retrouver assez de maîtrise pour obtempérer lentement. Pas plus de Garry, il n'osa parlementer ni défendre un bon droit inexistant. Les spatioports étaient gérés par des consortiums sous contrat avec l'ICG et entraient donc dans le champ de responsabilité de l'ISO qui pouvait y intervenir quand ça l'arrangeait. D'un autre côté, leur taux de bavure était quasiment nul. Si on ne jouait pas au cowboy, on était sûr de s'en sortir entier.

Mais pas forcément libre.

En se mettant lentement sur ses pieds, Garry aperçut d'autres représentants des forces de l'ordre près de la porte : de gigantesques silhouettes en armure, équipées de fusils tout aussi gigantesques. Des membres des troupes d'assaut... Une bonne part d'entre eux était constituée de genhum légaux émancipés et généreusement employés par le gouvernement qui avait participé à leur création. Le reste se composait d'humains aux capacités supérieures, qui ne craignaient pas les améliorations médico-technologiques.

L'affaire était sérieuse.

S'il s'était trouvé seul, Garry aurait pu invoquer le hasard... Mais si Corrodin avait vraiment plongé son nez épais dans des magouilles touchant les pouvoirs en place, un jeune runner pris en train de négocier avec lui risquait des ennuis. De gros ennuis.

Plus loin dans son champ de vision, les autres blackies prenaient soin des occupants du bar. Les deux travlers avaient brièvement protesté, mais une main ferme sur leur épaule avait vite calmé toute récrimination. Lajoy tirait une tête de six pieds de long tandis qu'il stoppait les systèmes de commande et de service du Blue Cosmos.

Il n'y avait aucune raison pour que la jeune femme échappe aux attentions de l'ISO. Garry espérait qu'elle avait eu la sagesse de ne pas se munir de son décrypteur, même non réactivé – aucune personne honnête et dotée d'une conscience intacte ne transportait ce genre d'objet sur elle.

Quand un grand blackie blond l'invita à le suivre sans faire d'histoire, d'un ton aimable, mais autoritaire, elle serra les dents et obtempéra. Son teint mat avait pris une nuance grisâtre et son corps mince tremblait de tension.

Le jeune homme ne put s'empêcher d'avoir pitié d'elle. Pour une runner qui menait à présent une vie honnête – ou globalement honnête, car la plupart des travlers se livraient à de petits trafics sans gravité – cette arrestation, même pour un simple contrôle, devait représenter une humiliation considérable. Sans compter la réaction de son employeur...

Si seulement elle avait pris la décision de faire demi-tour au lieu d'attendre que Garry soit disponible...

Une poussée un peu rude au milieu du dos arracha le jeune homme à ses pensées :

« Je vous ai dit d'avancer, fit l'Afro-Européen d'un ton cassant. Ne m'obligez pas à utiliser la force. »

Le runner jura silencieusement et se dirigea vers la sortie en essayant de ne pas regarder la rangée de gorilles en armure qui guettaient ses moindres gestes.

______________________________________________

INDEX

'us :

abréviation commune pour désigner la monnaie de l'Intermonde ou ICU (Interworld Curency Unit).

Blackies :

surnoms des agents paramilitaires de l'ISO, en référence à leur uniforme noir.

ICU :

Interworld Curency Unit.

  
Commenter ce chapitre
Pour commenter, veuillez vous connecter ou vous inscrire.
Licence Creative Commons
ALLEEDESCONTEURS.FR DECOUVRIR L'ALLEE L'ALLEE & CO STATISTIQUES
Les fictions publiées
L'agenda des publications
Les auteurs de l'Allée
Les Trois Rues | la compétition
Foire aux questions
Publier sur l'Allée
Nous contacter
Forums de discussion
LeConteur.Fr
Partenaires & Liens
27 fictions publiées
676 membres inscrits
Dernier inscrit: Korrigan
AlléeDesConteurs.fr ~ 2005-2018