Bienvenue ! S'inscrire Se connecter
Romans Agenda Publier Articles
Les Trois Rues Les Forums L'Equipe
Connexion
Lecture d'un chapitre
Laisser un commentaire
  
2 « L'Atelier »
Prologue
Registres secrets, militaires et éducatifs de l’Atelier



Ouverture – 10 Décembre 2199

On nous interdit d’écrire ! Oh, pas formellement ! Aucune loi ne s’y oppose. Cependant, il serait bien difficile pour nous, enfants du XXIIe siècle, d’entreprendre une tâche pareille. Le prix du papier a tellement flambé, qu’aujourd’hui, plus aucune entreprise n’en commercialise. D’ailleurs qui en achèterait ? La technologie est devenue suffisante pour communiquer. Mais le nuage, notre cher réseau mondial, est gouverné par les autorités. Aucune remise en cause de notre société n’y est tolérée. Les sanctions sont lourdes et les chances d’y échapper minces. Que sont devenus livres et cahiers ? Ils existent encore, relégués au rang d’antiquités pour collectionneurs. Qui oserait appliquer sa plume sur ces feuilles, témoignage fragile d’un passé révolu ? Nous ! Moi ! Magdeleine !

Je fais partie de l’élite. Je suis une personne de confiance, un modèle à suivre ; enfin à ce qu’il paraît. Ce sont les apparences. Bien sûr, je ne m’appelle pas Magdeleine. Mais qu’importe mon nom ici. J’ai acheté, il y a des années, un vieil ouvrage Africain du XXe siècle. L’une de ces babioles chères qui agrémentent un riche salon. Cela a d’ailleurs été sa fonction des années durant. Car, longtemps, j’ai été fidèle au régime. Fidèle au pouvoir en place. Hélas, je ne suis plus cette jeune femme naïve. Alors que toute mon éducation a été fondée sur les valeurs du régime, j’ai finalement rejeté l’essentiel de sa politique. Il m’en a coûté. J’ai vraiment voulu croire au bien-fondé de notre société. Cependant, je ne peux plus m’y accrocher. Je suis devenue opposante et presque malgré moi. J’ai pris ce stylo Soyuz, relique familiale de la guerre des blocs du XXe et je l’ai encré. J’ai ouvert le livre. Je l’ai profané et je me suis damnée. J’ai ancré mes paroles indicibles.

Mon statut est ainsi double, à la fois complice et traître des méfaits de notre société. Mais comme la plupart de mes consœurs de fortune, c’est le sort qui en a décidé ainsi. Il suffit parfois de peu pour passer de l’autre côté. Depuis cinq ans je fais partie de l’Atelier, une tentative d’organisation rebelle exclusivement féminine visant à promouvoir le bonheur des citoyens. Officiellement nous risquons à tout instant l’arrestation. En pratique, nos interventions pacifiques nous ont jusqu’à maintenant garanti une certaine tolérance. Cela ne durera pas, d’autant plus que la période de non-violence est achevée. Nous nous préparons à prendre les armes. Notre résistance commence vraiment. D’où la nécessité de ce journal. Il sera dissimulé dans les locaux de l’Atelier, à l’abri du regard profane. Destiné à nos seules complices.

Aux armes mes fidèles ! Affûtez vos plumes, faites miroiter vos talons. Je ne vous garantis aucun destin grandiose. Votre carrière n’en sera pas plus brillante. Votre avenir sera plus incertain que jamais. Mais l’espoir sera notre destrier et la conviction sera notre armure.
  
Commenter ce chapitre
Pour commenter, veuillez vous connecter ou vous inscrire.
Licence Creative Commons
ALLEEDESCONTEURS.FR DECOUVRIR L'ALLEE L'ALLEE & CO STATISTIQUES
Les fictions publiées
L'agenda des publications
Les auteurs de l'Allée
Les Trois Rues | la compétition
Foire aux questions
Publier sur l'Allée
Nous contacter
Forums de discussion
LeConteur.Fr
Partenaires & Liens
32 fictions publiées
647 membres inscrits
Dernier inscrit: Kalypso Caldin
AlléeDesConteurs.fr ~ 2005-2017