Bienvenue ! S'inscrire Se connecter
Romans Agenda Publier Articles
Les Trois Rues Les Forums L'Equipe
Connexion
Lecture d'un chapitre
Laisser un commentaire
  
1 « Le Styrrman »
Prologue
Le Styrrman(1)



Avis au Lecteur

Sobrement intitulé Le Styrrman, ce dossier sans précédent regroupe tous les écrits de Nyall Halvard que nous avons pu sauvegarder à ce jour. Ce projet clandestin est né grâce au travail et à la détermination sans failles des femmes de l’Atelier(2). La rédaction et mise en page d’un tel ouvrage sont possibles grâce aux talents de nos discrets sympathisants qui, dans l’ombre, savent trouver les moyens les plus fins pour mettre en valeur les fruits de ce travail délicat. Nous adressons d’ailleurs nos plus sincères remerciements à Magdeleine et Ira, deux membres émérites de l’Atelier. Elles sont chargées de la collecte des données technologiques, tâche indispensable et dangereuse qui conditionne la mise en forme de cet ouvrage, au fil des publications de son auteur.

Nous ne sommes que des intermédiaires, anonymes ou dissimulés derrière un pseudonyme, qui vous permettent de découvrir, malgré la censure, les paroles d’un homme hors du commun. Ce Nyall Halvard, vous pensez le connaître ? Le régime se fait une joie de vous le présenter et d’exhiber son portrait. Nous ne prétendons en aucun cas vous livrer un aperçu sincère de ce qu’il est, mais nous espérons, qu’à travers ses phrases sarcastiques et subversives, vous saurez déchiffrer un soupçon de vérité.

Nyall est un hacker notoire et un pirate, au sens premier du terme. Il pille et met à sac les possessions du régime et des citoyens, qu’elles soient matérielles ou technologiques. Chez lui, l’attrait de la richesse se double d’un vif intérêt pour la politique. Il ne craint pas de s’opposer farouchement aux mesures prises par le régime, quitte à se poser en révolutionnaire. Aujourd’hui figure célèbre par excellence, il continue de se distinguer par ses actions aussi spectaculaires que meurtrières, perpétrées grâce à son vaisseau blindé baptisé le Styrr, c’est-à-dire littéralement, le vengeur. Raison pour laquelle le capitaine a été rebaptisé Styrrman par les autorités. Le surnom a rapidement été adopté par la population mondiale, liant ainsi formellement l’homme à son bâtiment. La figure humaine s’est érodée pour ne laisser place qu’à une silhouette stigmatisée. Qui, aujourd’hui, daigne appeler le Styrrman par son véritable nom ?

Nous sommes les seuls à utiliser son véritable nom et à le revendiquer. Le Styrrman n’est que le reflet de la personnalité ambiguë de Nyall. Ce n’est qu’une image véhiculée par le jeu flamboyant, égoïste et excentrique qui accompagne les coups d’éclat du pirate. Car, si le forban sait marquer l’opinion publique, il n’en dissimule pas moins des pensées troubles et torturées, bien loin de la superbe unique et du charisme indéniable qu’il arbore en présence des populations. Que savez-vous de sa véritable identité ? Nyall semble posséder une dénomination typique des populations nordiques du siècle dernier. Un patronyme et un prénom. Ce qui était la norme jusqu’à la révolution des nomenclatures humaines organisée par le régime. Nous ignorons l’étymologie véritable de Nyall ou Njall. Mais, chose presque amusante, son nom de famille trouve son origine dans les dialectes vikings. Halvard signifierait à la fois protecteur et homme libre. Une appellation bien trop flatteuse pour que le gouvernement s’autorise à l’utiliser. Ce que nous soulignons également, c’est l’important décalage temporel qui existe entre cet homme et nos semblables. Le pirate est issu d’une époque révolue dont seuls des vestiges demeurent dans les archives.

Son âge estimé ? Au moins 130 ans. À ce jour, aucun individu n’est parvenu à égaler ses prouesses. Sa maîtrise des technologies lui permet de survivre au-delà des limites de l’existence humaine. Et ce, en conservant pour ainsi dire l’apparence d’un jeune premier. Mais il en aurait été tout autre, s’il n’avait pas dérobé la puce à ADN technologique. Nyall a contribué à cette création sans précédent qui devait bénéficier au régime. Cependant, il s’en est emparé avant qu’elle n’ait pu être testée. Une manœuvre habille qui le maintien, encore aujourd’hui, doublement en vie. Se risquer à assassiner le Styrrman entraînerait la perte définitive de l’invention la plus brillante du siècle dernier. La puce en sa possession, il ne craint pas la vieillesse physique. Ce qui le rend virtuellement immortel et invulnérable, au grand désespoir des autorités.

Les années passent néanmoins. Les temps changent. Quant au pirate, ses états d’esprit paraissent avoir peu évolué. Même son apparente jeunesse n’est pas comparable avec celles de nos jeunes gens. Pour peu que l’on s’en donne la peine, on retrouve aisément les principes et espoirs déçus propres à son enfance. Ses manières et principes dénotent une éducation vieillotte et obsolète. Nous avons tous cessé d’accorder crédit à ces anciennes chimères de l’époque mondialisation. Ce n’est pas le seul archaïsme qui si retrouve chez le hacker. Une analyse rapide de ses principaux traits phénotypiques révèle des caractères primitifs disparus mais surtout discriminants. On y devine là un patrimoine génétique médiocre ou tout du moins incertain. Il est presque honteux de penser que c’est cet individu qui, entre tous, a réussi à opposer une telle résistance contre le régime. Les dignitaires ont sous-estimé pendant longtemps ce reliquat de flibustier barbu et efflanqué. Mais la menace s’est concrétisée. Et alors, ses attributs que formaient tricorne, manteau en peau de renard polaire et bottes à talons féminines sont passé de pathétiques à dramatiques. Le redoutable écumeur peut aussi compter sur son visage de chérubin déchu. Il en a troublé plus d’un avec cet artifice. Ne vous y méprenez pas, le mirage est mortel !

S’il semble que Nyall ait connu jadis une vie paisible dans le confort, tout en ayant fait preuve de qualités humaines indéniables, il ne possède plus, à ce jour, qu’un regard froid comme la glace. La milice l’a fauché. Et bien chanceux, celui qui prétendra savoir, avec certitude, les horreurs qui ont contribué à la création du Styrrman. Si l’on devait résumer en quelques mots son aura, ce seraient par ceux-là : haine douloureuse, politique subversive, pitié sanglante et exactions spectaculaires. On peut, et même on doit, le qualifier d’extrémiste. Et si nous admettons avoir des opinions et objectifs en commun, nos divergences sont trop nombreuses pour permettre une alliance. Nous, partisans de l’Atelier, souhaitons uniquement favoriser l’épanouissement sans heurts de chacun. Nous respectons la structure du régime car elle est la seule à pouvoir garantir une gestion humaine et politique efficace. Nyall refuse catégoriquement cette conception, persuadé qu’elle nous conduira à notre perte. Nous n’avons pas tenté d’établir le dialogue avec lui car nous pensions l’entreprise vouée à l’échec. Il faut croire, cependant, que nous étions amenés à nous rencontrer. Et c’est Magdeleine qui en a fait l’expérience. Nous lui sommes infiniment reconnaissantes d’être parvenue à créer un terrain d’entente. Nous avons évité de peu une confrontation dramatique. Sachez donc que nous avons arraché au hacker un précieux compromis. Il s’engage à éviter, dans la mesure du possible, les conflits avec l’Atelier. C’est une timide avancée. Peut-être parviendrons-nous un jour à ramener le pirate sur la voie de la raison ? Seul l’avenir nous le dira.

Nous avons pris la décision de conserver les écrits du Styrrman. D’après lui, ils retracent ses aventures les plus marquantes. Sans doute, nous ignorons si le témoignage est authentique ou non. Peut-être n’est-il que pure fiction ? Quoi qu’il en soit, nous pensons que cette histoire ne vous laissera pas indifférent. Elle est à la fois émouvante, sarcastique et tragique. Mais ne laissez pas les douces paroles de l’auteur vous berner. Nous vous les livrons en l’état, sans aucun adoucissement hypocrite de notre part, pour que vous puissiez en retirer de justes enseignements. Ce dossier saura-t-il parvenir à des générations futures plus chanceuses ? Nous l’espérons. Les feuillets sont classés par ordre chronologique. Chacun est composé de cinq chapitres qui se sont vu dotés d’un titre, absent dans le message original. Nous nous sommes également permis d’annoter les propos potentiellement incompréhensibles pour les nourrissons, monstres humains ou individus d’une autre époque. Cependant, nous avons conservé la ponctuation extravagante voire fantaisiste du texte. Les récits présentés ont été pour la plupart communiqués publiquement à travers le nuage du régime. Mais il y a certaines exceptions. Des correspondances privées que nous vous livrons exceptionnellement ici. Vous comprendrez donc qu’un tel ouvrage ne peut être diffusé librement, même par des voies souterraines. Il est réservé à un lectorat choisi dans lequel nous avons toute confiance.



Notes :
(1) De « styrman » : d’origine viking, signifie celui qui gouverne le navire, littéralement celui qui tient le gouvernail. Amalgame angliciste avec « Styrr » et « Man » littéralement l’homme du Styrr.
(2) Organisation rebelle exclusivement féminine qui lutte pour les droits des citoyens.
(3) Héritier de l’ONU, gouvernement mondial théoriquement démocratique, il est composé de quarante hauts dignitaires élus pour quatre ans.
(4) Organisation militaire chargé du maintien de l’ordre pour le régime.
(5) Réseau virtuel mondial successeur de l’internet.
  
Commenter ce chapitre
Pour commenter, veuillez vous connecter ou vous inscrire.
Licence Creative Commons
ALLEEDESCONTEURS.FR DECOUVRIR L'ALLEE L'ALLEE & CO STATISTIQUES
Les fictions publiées
L'agenda des publications
Les auteurs de l'Allée
Les Trois Rues | la compétition
Foire aux questions
Publier sur l'Allée
Nous contacter
Forums de discussion
LeConteur.Fr
Partenaires & Liens
31 fictions publiées
655 membres inscrits
Dernier inscrit: YannLMP
AlléeDesConteurs.fr ~ 2005-2017