Bienvenue ! S'inscrire Se connecter
Nos Romans L'Agenda Nos Articles
Les Trois Rues Les Forums L'Equipe

Inscrivez-vous ou connectez-vous

Lecture d'un chapitre
Laisser un commentaire
  
« Encyclopedia Mysteris »
1 « L'astre de Laplace »
Publié par Diogene, le lundi 3 août 2015

L’astre de Laplace : histoire d’un concept

Le français étant la langue diplomatique, commerciale et scientifique dans l’Empire, lorsque Karl Schwarzschild publie ses solutions des équations d’Einstein en 19161, alors qu’il est artilleur sur le front mongol, il rend hommage à celui que tout le monde présente comme le père spirituel de ce corps obscur. Il décrit dans son article à l’aide de sa métrique, une des solutions des équations de la relativité générale, démontrée en 1915. Le résultat s’interprète par la naissance d’une singularité (apparition de quantité infinie), dès lors qu’une certaine densité de matière est atteinte (la masse du soleil contenu dans une sphère de 3 km de diamètre), d’où nul ne peut s’échapper, pas même la lumière2.

[img]http://img110.xooimage.com/files/9/d/6/dn26966-3_1200-4c3e776.jpg[/img]

Historiquement le développement de l’idée d’un astre noir, autrement dit un corps céleste capable de retenir jusqu’à la lumière elle-même, remonte à la seconde moitié du XVIIIème siècle3. La question de leur existence prend ses racines dans le débat qui agite la société savate de l’époque sur la nature de la lumière : corpuscule comme le défend Newton ou onde comme le pense Huygens. Basés sur la connaissance de la finitude de la vitesse de la lumière et les équations de Newton sur les vitesses d’éjection, deux personnages vont formuler cette idée4 :

Révérend John Mitchell. Il écrit le 26 mai 1783, une lettre à Cavendish, où il lui expose ses idées et lui demande de les soumettre à la Royal Society de Cambridge, ce qui sera fait le 27 novembre de la même année.

« Si le demi-grand axe d’une sphère de même densité que le Soleil dépassait le rayon de celui-ci dans une proportion entre 1 et 500, alors un corps, tombant d’une hauteur infinie vers lui, aurait acquis à sa surface une plus grande vitesse que celle de la lumière, et, par conséquent, en supposant que la lumière soit attirée par la même force en proportion de sa force d’inertie, comme d’autres corps, toute la lumière émise par un tel corps y retournerait, par sa propre gravité ».

Marquis Pierre-Simon de Laplace. Il redécouvre l’idée de Mitchell, en 1796, qui fut, elle, abandonnée, car jugée trop abstraite, et la publie dans son ouvrage Exposition du Système Monde.

« Un astre lumineux, de la même densité que la Terre, et dont le diamètre serait 250 fois plus grand que le Soleil, ne permettrait, en vertu de son attraction, à aucun de ses rayons de parvenir jusqu’à nous. Il est dès lors possible que les plus grands corps lumineux de l’univers puissent, par cette cause, être invisibles »

Sources :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Historique_des_trous_noirs

https://fr.wikipedia.org/wiki/Karl_Schwarzschild

http://www.astrosurf.com/luxorion/trounoir1.htm

http://perso.ensta-paristech.fr/~perez/conferences/Histoire%20des%20trous%20noirs.pdf

  
Commenter ce chapitre
Pour commenter, veuillez vous connecter ou vous inscrire.
Licence Creative Commons
AlléeDesConteurs.fr Découvrir l'Allée L'Allée & Co Statistiques
Les fictions publiées
L'agenda des publications
Les auteurs de l'Allée
Les Trois Rues | la compétition
Foire aux questions
Nous contacter
Forums de discussion
LeConteur.Fr
Partenaires & Liens
16 fictions publiées
755 membres inscrits
Dernier inscrit: sylvain1981
AlléeDesConteurs.fr ~ 2005-2019