Le blog de l'histoire

Avant toute étude des objets susdésignés, nous nous permettrons un petit rappel définitionnel : le terme « physique » vient du grec η φυσικη (ê physikê) adopté dans le monde gréco-romain, signifiant « connaissance de la nature ». Jusque fort récemment, seules ne sont distingués que trois branches, à l’exclusion de la gravité quantique, auquel nous nous permettrons de rajouter une cinquième, bien qu’elle puisse être qualifiée de chimérique, au pire de fantaisiste. Or donc mes collègues humains distinguent ce qu’il est convenu de nommer, deux points, ouvrons les guillemets :

— La physique classique, des phénomènes pépères, où la vitesse de la lumière ne nous illumine pas de son embarras et les courbes d’énergie sont d’une linéarité morne.

— La relativité générale, théorie où l’espace et le temps ne sont qu’une seule et même entité, où cependant les notions de matière et d’énergie demeure celles de la physique dite classique.

— La mécanique quantique, lieu de bizarrerie où matière et énergie perdent tout sens de la mesure, alors même que temps et espace demeure deux entités séparées.

— La physique onirique ou le mariage de la carpe et du lapin, ou comment le comportement des onirons bouscule les conventions.

À présent, plutôt que de vous assommer avec de savants calculs et des équations à faire changer d’avis un troupeau de mules

 

Nous vous proposons plutôt, mon alter ego, et moi-même, de nous promener dans les aventures de ce cher ami et d’en expliquer à mesure les subtilités.

Commençons donc par un retour en arrière, dans un récit pour le moins inquiétant : Le Voyageur sans Âme. Si nous passons, le titre, pour le moins, déroutant ; il s’agit là de la première mention d’une substance aux propriétés pour le moins extraordinaires :

 

L’oniron ou particule onirique

 

Particule élémentaire, il peut interagir avec la matière ordinaire etbse déplace à la fois dans les quatre dimensions de l’Onirie et dans les dimensions de notre univers. Ainsi un oniron ou un groupe d’onirons peut-il se matérialiser dans notre réalité, tout en demeurant dans l’Onirie. Prenons un exemple.

Dans Le Voyageur sans Âme, l’un des fantasmes d’Issam se matérialise dans la salle du réacteur et arrache à son cœur le régulateur ; chose impossible, car la machine était en fonctionnement et un épais blindage le protège.

D’autre part, l’Onirie possédant sa propre dimension temporelle, placée orthogonalement à la nôtre, le champ onirique ralentit l’écoulement du temps, presque au point de l’annuler. Ne remarque-t-on pas que le temps s’écoule différemment dans un rêve ou lorsqu’un sujet est en proie à une vision.

 

L’éther fluctuant ou condensat onirique.

 

Alors que mes chers paires invoquaient la présence d’un éther mystérieux comme support de la propagation de la lumière, je me suis permis de le faire passer à la trappe, au contraire de l’éther fluctuant, dont la véracité de l’existence n’est plus à prouver.

Cette substance est extraite par distillation des songes d’un rêveur en sommeil profond ; de plus grandes quantités sont obtenues lorsque ce dernier est sous l’emprise de l’opium ou de la valériane. Cependant, les trop nombreux accidents ont conduit à un abandon de ces méthodes.

De par sa nature, elle permet, généralement par imprégnation de la matière, une sensibilisation des matériaux aux ondes oniriques, ceux-ci se trouvant alors sous l’influence de la psyché. C’est ainsi que de nombreux artistes s’en sont emparés pour rendre vivants leurs œuvres. Toutefois, ce serait là un moindre mal, si d’autres applications, moins pacifiques n’avait été découverte, eut égard à ses autres propriétés. En effet, l’éther fluctuant est un condensat d’onirons ; particules capables de se mouvoir tout à la fois dans les quatre dimensions de notre univers, mais également dans les quatre de l’Onirie. Ainsi deux objets microscopiques qui n’auraient pas le temps d’interagir le sont, par un étirement de la dimension temporelle réelle, par la dimension temporelle onirique. Mais prenons quelques exemples pour mieux illustrer notre propos :

Dans le récit du Voyageur sans Âme fonctionne un réacteur à fusion nucléaire froide. Baignés dans l’éther fluctuant, les atomes d’hydrogène sont si ralentis qu’ils ont toute possibilité pour se heurter et ne plus se séparer, pour se transmuter en hélium.

De la même manière, une réaction similaire, mais non contrôlée, était en œuvre lors de l’explosion de la toute première bombe nucléoéthérique de l’histoire en 1814, à la bataille de Waterloo, ainsi que le rapporte l’un des derniers survivants dans ses mémoires : La Bombe Éthérique.

Fort heureusement, ce ne sont pas là les seuls instruments envisageables, ainsi Gabriel Delanne, dans Le Voyageur sans Âme, a-t-il inventé un appareil qui porte son nom : Le Delannotype, daguerréotype modifié de manière à le rendre sensible aux ondes oniriques. Ainsi faites, les photographies permettent une exploration psychique de l’objet étudié.

 

Effet Tunnel

 

Comme nous vous le décrivions, l’oniron, voyageant sur deux dimensions de temps, rend possible des phénomènes jamais observés à l’échelle macroscopique.

L’effet tunnel est une propriété que possède un objet quantique de franchir une barrière de potentiel même si son énergie est inférieure à l’énergie minimale requise pour franchir cette barrière ; un cheval qui serait capable de sauter par-dessus la Tour Eiffel, ou un ballon traversant un mur.

Toutefois, ces objets possèdent un si grand nombre de particules qu’il serait nécessaire d’attendre plusieurs fois l’âge de l’univers pour voir ce phénomène se produire. Cependant, le temps des onirons étant étiré, la chose devient possible ; c’est ainsi que les fantômes, esprits et autres émanations psychiques peuvent traverser la matière, vie l’effet tunnel, comme il se produit dans Le Voyageur sans Âme, lorsque l’ombre plonge sa main dans le réacteur blindé.

 

Voyage onirique ou l’effet chat du Cheshire

 

Dans la première de ses aventures, L’Ombre du Néant, Alvaro est chargé de retrouver un rêve matérialisé sous la forme d’un masque noir et blanc. Lors de l’une de ses tentatives, il absorbe une dose d’éther fluctuant (chose non recommandée aux non-initiés) qui le sépare en deux entités, l’une « terrestre, son corps qui demeure dans le monde réel, l’autre spirituelle qui lui permet de voyager dans l’Onirie. Un tel phénomène porte le nom de chat du Cheshire quantique, lorsqu’un objet est séparé de son état.

 

Trou noir onirique

 

*Tousse. Tousse*

À peine nées que, déjà, mes équations enfantaient des monstres. Non, mais imaginez-vous donc un objet, bien sûr invisible, qui dévorerait tout et d’où rien ne pourrait sortir. Toutefois, il existe des différences majeures. La première et non des moindres est le fait qu’un trou noir onirique n’est sensible qu’à des longueurs d’onde de matière ou psychique qu’en proportion de sa taille, comme le découvrira, à ses dépens, Alavro dans La Marque d’Ombre

Une dame l’enjoint de retrouver sa sœur disparue. Se rendant à sa dernière adresse connue, il se retrouve piégé dans un trou noir. Ainsi un témoin rapportera, des années durant, la présence au seuil de la porte qui n’aura de cesse, au fil du temps, de progresser vers le pavillon. Ce phénomène s’explique à cause du temps que met la lumière à sortir de l’horizon du trou noir ; ce que ce brave homme aura observé n’a été en réalité que l’écho d’un fait qui se sera produit des années auparavant.

Autre différence, piégé par le trou noir, Alvaro est propulsé via un trou de ver onirique jusque dans l’Onirie comme il l’apprendra par la suite dans L’Ombre Marchait dans les Rues.

Cependant, si nous parlons des différences, c’est qu’ils ont des propriétés communes, à commencer par leur formation.

Recette pour fabriquer un trou noir physique :

De la matière, tout ce qu’il y a de plus ordinaire et la comprimer au-delà de son rayon critique, après quoi elle s’effondre sur elle-même et devient un objet noir d’où rien ne peut s’échapper.

Recette pour fabriquer un trou noir onirique :

Des onirons, ou des onirons et de la matière, comprimez au-delà du rayon critique et admirez le résultat.

Cependant, il est notablement plus facile de rassembler une masse critique d’onirons que de matière ordinaire, comme le prouve la présence d’un trou noir onirique dans le corps de Monsieur Verdoux, ainsi que nous pouvons le découvrir dans La Marque d’Ombre et L’Ombre Marchait dans les Rues. En effet, il est tout à fait possible à un esprit bien disposé d’accroître sa masse onirique, bien qu’elle s’évaporât dans le même temps, en plus du comportement collectif des onirons qui tendent à se regrouper. Mais si la vitesse d’accumulation dépasse la vitesse d’évaporation, alors nous assistons à la naissance d’un trou noir onirique. Le même phénomène peut se produire avec un objet, pourvu qu’il accapare assez d’attention et de dévotion.

Il est à noter que la personne ainsi pourvue, ou en possession d’un objet renfermant un trou noir onirique souffre de graves troubles d’ordre psychiques, qui ne sont que le reflet de sa vie en retrait de la réalité, puisque son esprit habite l’Onirie, son corps demeurant dans notre monde physique.

La seconde propriété commune est l’évaporation. Bien que rien, pas même la lumière ne puisse s’échapper d’un trou noir, ce dernier émet néanmoins un rayonnement aussi faible que sa taille est immense. Ainsi Alvaro, dans La Marque d’Ombre est-il témoin de ce phénomène lorsqu’une lettre qui lui était destinée, explose au milieu d’une route et creuse un petit cratère ; on rapportera également qu’un dépôt d’archives aura pris feu de manière inexpliquée après qu’un feu d’arc-en-ciel y fut aperçu.

 

Enchevêtrement onirique

 

L’enchevêtrement onirique est l’analogue de l’intrication quantique, phénomène dans lequel deux particules, ou un groupe de particules forment un système lié dont les états sont corrélés ensemble, quel que soit la distance ou le temps qui les sépare, comme si un élastique géant et infini les reliait ensemble. Comme deux cœurs qui se sont rencontrés dans le passé, on ne peut plus les voir comme deux entités séparées ; marqués à jamais, ils sont un tout inséparable (E. Klein)

Donc, si l’intrication quantique concerne des objets physiques micro ou macroscopiques, l’enchevêtrement onirique peut se produire au sein d’un rêve lorsqu’il se dédouble ; ce qui se produit dans le premier se répercute dans le second. Toutefois, en aucune manière l’un ne peut informer le second de ce qu’il lui arrive, tous deux demeurent étrangers l’un à l’autre. Seule l’observation des deux permet de mettre en évidence la corrélation ; aucune information n’est transmise entre les deux.

Or comme nous l’avons précédemment vu, les onirons peuvent se mêler de tout, surtout de ce qui ne les concerne pas. De ce point de vue (l’expérience le confirme) rêve et rêveur sont considérés comme un système intriqué, puisque le rêveur peut influencer le rêve et réciproquement. Que se passe-t-il alors si le rêve est arraché au rêveur ?

Dans un trou noir « classique », le phénomène d’évaporation conduit à l’éjection de particules. I en va de même dans son homologue onirique.

Prenons t un sujet S piégé et son rêve R, comme il en est dans La Marque d’Ombre, mais aussi dans Le Château de l’Errance. Dans le trou noir, le sujet ou le rêve peut être éjecté hors du trou. Hors de là, aucun ne peut avoir connaissance de sa nature et tout ce que l’un sait l’autre l’ignore. Réciproquement, ce que l’un apprend, l’autre ne peut en prendre connaissance, à moins qu’ils ne se rencontrent, comme l’expliquera Alvaro à son ombre dans L’Ombre Marchait dans les Rues.

 

Diogene   dimanche 9 août 2020 à 20h0109.08.2020 à 20h01   1
Les Commentaires (Commenter)
Vous devez être identifié pour participer aux blogs.
Dernière publication

3, 23
« Chapitre 12 - Voyage au Bout du Temps »
Les derniers commentaires
Beatrice Aubeterre a laissé un commentaire.
mercredi 20 mai 2020 à 01h22
Ploum a laissé un commentaire.
dimanche 12 janvier 2020 à 11h14
Beatrice Aubeterre a laissé un commentaire.
mardi 31 décembre 2019 à 02h08
Aislune S. a laissé un commentaire.
mardi 11 juillet 2017 à 20h08
Aislune S. a laissé un commentaire.
mardi 11 juillet 2017 à 20h04
L'AlléeDesConteurs.fr © 2005-2020
AlléeDesConteurs.fr Découvrir l'Allée L'Allée & Co Statistiques
Les fictions publiées
L'agenda des publications
Les auteurs de l'Allée
Les Trois Rues | la compétition
Foire aux questions
Nous contacter
Forums de discussion
LeConteur.Fr
Partenaires & Liens
13 fictions publiées
803 membres inscrits
Dernier inscrit: Melsuien
AlléeDesConteurs.fr ~ 2005-2020