Bienvenue ! S'inscrire Se connecter
Romans Agenda Publier Articles
Les Trois Rues Les Forums L'Equipe

Inscrivez-vous ou connectez-vous

Le blog de l'histoire

L'automne marque souvent le commencement de la fin, le début du repos, lorsque les jours s'étirent et que les ombres grandissent et endorment nos esprits, avant l'hiver où l'âme se terre et se repose. Certains s'épanouissent au printemps et grandissent pendant l'été, alors les Mystères seront à l'inverse, gestation depuis le printemps, ils ont végété tout un été durant et c'est à l'automne naissant qu'ils prennent leur envol. Enfin, je me sens en mesure de reprendre la plume et d'achever ma trilogie ouverte avec l'Ombre du Néant, poursuivie avec la Marque d'Ombre, achevé par L'Ombre marchait dans les rues, titre en hommage posthumme à un grand de la SF.

[URL=http://img110.xooimage.com/views/8/6/8/tome-3-5527321.jpeg/][IMG]http://img110.xooimage.com/files/8/6/8/tome-3-5527321.jpeg[/IMG][/URL]

Le ton sera sombre, très sombre même, sans doute amer également, peut-être y a-t-il un rien de vengeance dans ce futur roman, vegeance ou revanche, je ne pourrai trancher. Mais il est l'heure et les masques doivent tomber, les mystères doivent s'éclaicir pour mieux écrire le futur : Les Ombres de Paris. L'ombre marche dans les rues et la mort est son pendant, car personne ne ressort indemne d'une renconrtre avec elle, tous portent la marque. Tu ignores qui tu es Achronos ! s'exclama un personnage, mais savait-il qu'il ne s'adressait qu'à son écho ?

Pour patienter quelques extraits.

Prologue

Las, je suis las, ou plutôt devrais-je l’être ; en fait chaque jour me surprend un peu plus. Le monde tourne sur lui-même, indifférent à chacun de nos mouvements. Quel étrange manège ! Tu ne penses pas ? lI tourne sur lui-même et pourtant lorsque tu te retournes plus rien n’est pareil. Regarde autour de toi, ce coucher de soleil, cet éveil lunaire, une condamnation ; la damnation. Chacun d’entre nous n’ignore plus rien du rôle qu’il a joué. Deux d’entre nous en son conscient, comme une marque sans cesse renouvelée par un fer porté au rouge. Qu’y a-t-il de drôle. ? Il n’y a rien de drôle et tu le sais aussi bien que moi.

Toi ? Toi, tu t’es exclu du cercle des possibles. Et le troisième, le troisième, il porte aussi la marque, même s’il en ignore encore le sens, encore. Mais cela ne saurait tarder, il le sait ; la vérité hurle jusque dans le fond de ses tripes et le nuit le lui rappelle d’une manière fort cruelle. Cependant… cependant, je ne lui jette aucune pierre. ; le miroir est une maîtresse bien trop cruelle. Nous sommes des joueurs, des joueurs qui, chaque jour, tranchent les fils qui nous relient.

Chapitre 1 - Une heure au matin calme

Ce matin, le brouillard a une odeur de mort lorsque nous sortons et que nous nous engageons dans la rue en direction de la gare. Timide, Mathilde n’ose regarder la route, sans doute de peur de croiser son ombre. Beaucoup de questions sont demeurées sans réponse ; elles le resteront, telle est ma conviction. Enfoncés ainsi dans la brume nous ressemblons à deux fantoches dont les pas d’automates les porteraient en une direction dont ils ne sont pas maîtres. Nous n’avons aucun motif de nous réjouir ; dans le lointain j’aperçois son inquiétante silhouette ainsi que sa lame qui brille en renvoyant les éclats de la lune, mais ce n’est qu’une illusion et je le sais. Pendant deux ans, nous nous sommes tenus à l’écart et nous avons refusé tout engagement tant que son procès ne serait pas achevé. Avons-nous eu tort ? Célébrer un mariage dans le sang, n’est-ce point ironique ? Mais Mathilde l’a voulu ainsi et je me suis incliné ; je ne pouvais le lui refuser. Aurai-je dû lui refuser ? Encore je me souviens de son regard lorsque je lui ai tendu la bague, le soulagement et la peur ; je voyais le trou dans son coeur, le trou qui m’a englouti un jour et d’où je ne suis ressorti que par la grâce d’une colère divine ; un trou qui, tapi dans le coeur d’un homme étrange, failli me coûter la vie ; monsieur Verdoux.

 

Diogene   vendredi 28 septembre 2018 à 22h4128.09.2018 à 22h41   1
Les Commentaires (Commenter)
Nascana
Aujourd'hui à 01h42
Bon courage pour ce dernier tome.
Commenter ce billet
Pour commenter les billets postés, merci de vous identifier !
Dernière publication

3, Prologue
Les derniers commentaires
Aislune S. a laissé un commentaire.
mardi 11 juillet 2017 à 20h08
Aislune S. a laissé un commentaire.
mardi 11 juillet 2017 à 20h04
Aislune S. a laissé un commentaire.
mardi 11 juillet 2017 à 20h03
Aislune S. a laissé un commentaire.
dimanche 9 juillet 2017 à 12h04
Aislune S. a laissé un commentaire.
dimanche 9 juillet 2017 à 12h02
Licence Creative Commons
ALLEEDESCONTEURS.FR DECOUVRIR L'ALLEE L'ALLEE & CO STATISTIQUES
Les fictions publiées
L'agenda des publications
Les auteurs de l'Allée
Les Trois Rues | la compétition
Foire aux questions
Publier sur l'Allée
Nous contacter
Forums de discussion
LeConteur.Fr
Partenaires & Liens
28 fictions publiées
719 membres inscrits
Dernier inscrit: Shnever
AlléeDesConteurs.fr ~ 2005-2018