Bienvenue ! S'inscrire Se connecter
Romans Agenda Publier Articles
Les Trois Rues Les Forums L'Equipe
Connexion
Le blog de l'histoire
Hello tout le monde ^^. J'écris cet article qui n'était pas prévu, mais qui a fini par s'imposer.
J'avais dit que j'updaterai la nouvelle version du Tisseur de mondes au courant de cette semaine. Je n'ai pas commencé, pour la simple et bonne raison qu'il me reste une décision à prendre. Avant, j'ai une question toute bête à vous poser :


Pour vous, les mots inventés pour les besoins de l'histoire (orus, siura...) ont-ils leur place, ou revenir aux noms usuels serait plus logique ?



Je sais que certains ne sont pas dérangés par cela, mais voilà : une simple petite maladresse peut ficher en l'air une histoire. Je ne souhaite pas que mes mots soient juste "exotiques". Si j'avais choisi d'inventer ces mots, c'était pour une meilleure immersion dans le monde d'Erret. Lorsqu'il y a un changement de monde/de civilisation, la barrière de la langue s'impose. Comme pour "Le Tisseur de mondes" il était hors de question que j'invente une langue (je ne m'appelle pas Tolkien oO !), mais que faire comme si la langue de la région d'Erret où Ambre se retrouve était identique au français de France sur Terre était maladroit et peu crédible (selon moi), je me suis dit "Prenons juste quelques mots pour montrer qu'il y a des variances". Sauf que l'impression que j'ai (et qu'une des bêtas qui bosse sur l'histoire a aussi), c'est que ces mots inventés c'est "surfait" et en même temps illogique. Pourquoi juste quelques mots ?

Bref, je suis complètement perdue...
Aislune Séidirey   jeudi 2 mars 2017 à 16h4202.03.2017 à 16h42   10
Les Commentaires (Commenter)
Diogene
vendredi 3 mars 2017 à 19h23
Coucou Aislune,

Comme tu dis faire une copie exacte d'une langue n'est pas l'idéal, cependant introduire des subtilités oui. Je pense au système de comptage en particulier puisque les durées peuvent varier, ou les couleurs, etc... Donc, oui cela permet, sans forcément alourdir le texte ou inventer une langue de toute pièce, de donner un trait d'authenticité à l'histoire.
Aislune Séidirey | vendredi 3 mars 2017 à 19h46
Après avoir beaucoup réfléchi, je pense y aller au cas par cas : si le mot désigne quelque chose d'identique sur Terre, il vaut peut-être mieux reprendre le mot terrien (comme "frère", "sœur", "heure"...). Par contre, si cela désigne quelque chose qui n'existe pas sur Terre, bah là, je garde (bovan, par exemple...)
Diogene | vendredi 3 mars 2017 à 19h51
C'est vrai que c'est plus simple ainsi (mais je complique souvent les choses pour pas grand chose )
Jérôme M. Keller
dimanche 5 mars 2017 à 11h38
Je pense que des spécificités peuvent exister oui, si ça reste cohérent et bien amené. Dans notre propre langue, il y a des variations selon les régions et certains mélanges parfois le patois avec le français, donc il n'y a pas de raison que ça soit différent ailleurs. Par contre, donner une logique au fait que le personnage comprenne une autre langue me paraît plus important :)
Aislune Séidirey | dimanche 5 mars 2017 à 12h15
Là est tout le problème : comment bien amener la chose. Je pense peut-être partir sur du "je ne change pas les mots qui désignent quelque chose qui existe déjà sur Terre", mais Ambre peut très bien "entendre" ces variances quand les personnages d'Erret parlent sans pour autant que je le retranscrive pour ne pas alourdir. Elle peut leur demander de répéter parce qu'elle n'a pas compris, par exemple... Je sens que ça va être folklorique x_x.
Sizel
mardi 7 mars 2017 à 10h49
"Après avoir beaucoup réfléchi, je pense y aller au cas par cas : si le mot désigne quelque chose d'identique sur Terre, il vaut peut-être mieux reprendre le mot terrien (comme "frère", "sœur", "heure"...). Par contre, si cela désigne quelque chose qui n'existe pas sur Terre, bah là, je garde (bovan, par exemple...)"
Je trouve l'approche assez cohérente ainsi les mots inventés permet de pallier au manque. Par petite touche, cela peut permettre de mieux s'immerger donc y renoncer serait dommage je pense.
Aislune Séidirey | mardi 7 mars 2017 à 17h36
Oui, c'est ce que je pense aussi. J'ai effectué la plupart des changements, mais il m'en reste encore à faire.
Sizel | mardi 7 mars 2017 à 17h49
Bon courage !
Nascana
mardi 21 mars 2017 à 22h53
Tant qu'il n'en a pas trop. Sinon on a du mal à suivre. Par contre, les termes qui désignent la famille ça ne me dérange pas. Par exemple, j'ai lu un livre où le héros appelle sa mère "Mamig", une fois qu'on a comprit c'est bon. En plus, c'est facile de resituer le mot dans son contexte donc ça ne pose pas de problème.

Aislune Séidirey | jeudi 23 mars 2017 à 17h19
Quand c'est le personnage qui parle et désigne son père et sa mère, j'ai laissé (il me semble). Après, comme tu dis, je ne dois pas employer trop de mots "exotiques"...
Commenter ce billet
Pour commenter les billets postés, merci de vous identifier !
Dernière publication

Bribes alternatives, 5
« La professeure de littérature (défi créatorium) »
Les derniers commentaires
Beatrice Aubeterre a laissé un commentaire.
vendredi 6 octobre 2017 à 22h05
Beatrice Aubeterre a laissé un commentaire.
vendredi 6 octobre 2017 à 22h00
Beatrice Aubeterre a laissé un commentaire.
mardi 3 octobre 2017 à 15h22
FFMONRISE a laissé un commentaire.
dimanche 24 septembre 2017 à 22h51
Sizel a laissé un commentaire.
dimanche 24 septembre 2017 à 07h28
Licence Creative Commons
ALLEEDESCONTEURS.FR DECOUVRIR L'ALLEE L'ALLEE & CO STATISTIQUES
Les fictions publiées
L'agenda des publications
Les auteurs de l'Allée
Les Trois Rues | la compétition
Foire aux questions
Publier sur l'Allée
Nous contacter
Forums de discussion
LeConteur.Fr
Partenaires & Liens
31 fictions publiées
655 membres inscrits
Dernier inscrit: YannLMP
AlléeDesConteurs.fr ~ 2005-2017