Bienvenue ! S'inscrire Se connecter
Romans Agenda Publier Articles
Les Trois Rues Les Forums L'Equipe

Inscrivez-vous ou connectez-vous

Le blog de l'histoire

Je vous en avais déjà un peu parlé il y a presque deux ans de cela (ok, c’est loin... très loin... tellement loin Oo), il est plus que temps aujourd’hui d’approfondir les connaissances concernant mon recoin préféré des Sept-Royaumes. Sans entrer dans le spoiler (ou le moins possible), je vous propose un petit tour des Pointes en elle-même, du fonctionnement de son Armée, des traditions de son peuple. Le kit nécessaire pour pouvoir aborder sans soucis les mémoires d’Amethor puisque les tomes principaux ne sont plus accessibles ;)

 

Les Pointes s'étendent sur la bordure sud-ouest du continent et recouvrent toute la zone de désert rocheux qui s'étend là. La région tire son nom des nombreux pics qui s'élèvent dans le secteur, donnant un profil déchiré aux terres. C'est une mosaïque tout en rouges, ocres et jaunes qui charme autant qu'elle terrifie, un labyrinthe dont personne ne ressort vivant, le domaine de la terrible Armée d'Obsidienne. En vérité, non content d’être un méandre naturel de gorges et canyons, les flancs rocheux du désert ont été creusés au fil des générations pour créer cités, avant-postes et tout un réseau de passages dissimulés permettant à ses habitants de se déplacer en toute discrétion ou d’éliminer le moindre intrus sans être vu. À l’époque d’Amethor, ces passages sont d’autant plus utilisés qu’ils ont été remis en état puis étendus sous le règne de Talyä. Plus que jamais, les Pointes méritent leur réputation de terres maudites et inviolables.

Le peuple des Pointes vit à l’abri de forteresses troglodytes quasi-impossible à dénicher pour qui n’est pas né dans la région, voire dans la citadelle concernée. Leur histoire ayant toujours été centrée sur la survie et la guerre contre les autres peuplades, l’Armée a pris une importance capitale dans cette société. Si, en théorie, c’est bien le Seigneur des Pointes qui gouverne, en pratique, le pouvoir est la plupart du temps entre les mains de l’Armée, et surtout de ses dirigeants. L’art de la guerre étant réservé aux hommes, les Pointes reposent sur un patriarcat très appuyé qui a pas mal été mis à mal avec l’ascension fulgurante de Talyä. Malgré l’ouverture de l’école militaire aux femmes, elles restent peu nombreuses à porter le noir. Moins rare sont les esclaves tentés par la promesse d’une citoyenneté en échange de leur enrôlement.

Les différentes castes se partagent de manière très visuelle. Seuls les membres de l’Armée peuvent porter le noir, en l’honneur de leur Seigneur Asroth qu’ils servent ainsi de la force de leur lame autant que de leur vie. Les familles des hauts gradés arborent un bleu foncé qui s’éclaircit avec les grades inférieurs. Ainsi, plus les vêtements portés s’éloignent du noir, plus ils font de vous quelqu’un d’insignifiant. Sans surprise, le crème revêtu par les esclaves fait d’eux un simple élément de décor dans les tunnels de roche. Il en va de même pour les habitations : les hauts dignitaires vivent sur les hauteurs et à flan de falaise, profitant pleinement de la lumière du jour tandis que les esclaves évoluent dans des tunnels de service aveugles et vivent dans les niveaux les plus bas.

L’école militaire est, de fait, une véritable institution à travers tout le territoire et l’établissement de Laïna, la capitale, est le plus prestigieux de tous, formant notamment les futurs hauts gradés de la meilleure armée des Sept-Royaumes. À l’origine réservée aux jeunes garçons citadins (non esclaves), l’école militaire accueille, depuis les réformes de Talyä, tout esclave souhaitant gagner son statut de citadin ainsi que les jeunes filles préférant servir les Pointes par le fer. Les jeunes gens y reçoivent le noir à leur entrée à l’âge de 8 ans (contre 10 avant les réformes de Talyä). La formation s’étale sur cinq ans pour les soldats, sept pour les gradés.

Avec l’avènement de Talyä, un système oublié s’est vu restauré : les Chevaliers. Au nombre de quatorze, ils évoluent par paire : les sept premiers étant les « principaux » et les sept suivants leur « suppléants » et héritiers. Le Premier Chevalier d’Obsidienne, qui cumule également la fonction de Général, forme ainsi le Huitième à sa sortie de l’école (Huitième qui est, dans 99% des cas, son fils). À l’exception de l’hérédité du titre de ces deux Chevaliers, les autres sont nommés sans distinction de caste ou de sexe. Ils sont remarqués dès leur entrée à l’école pour leur capacité à entendre la voix d’Asroth (ce qui ferait donc d’eux des Aspirants, s’ils rejoignaient la Tour) et intègrent d’office la formation longue. Les Chevaliers sont les yeux et la voix de leurs Seigneurs à travers les Sept-Royaumes. Talyä ne pouvant être sur tous les fronts, ces hommes s’avèrent des plus utiles pour relayer les nouvelles de ses différents domaines et appliquer ses directives. Pour le commun des mortels, cette connexion entre ces hommes d’élite et Asroth en font des avatars de leurs Seigneurs.

Le Général cumule en sus le poste privilégié et très convoité de bras droit des Seigneurs des Pointes. Qu’il soit guide, conseiller, garde-fou, intendant, le Général est le lien entre les Seigneurs et les Pointes. Il se doit de veiller sur le domaine entre deux Mues d’Asroth et transmet autant que faire se peut les valeurs du précédent Seigneur et des Pointes au nouveau successeur.

Une autre tradition importante à connaître : les funérailles. L’espace de vie n’étant pas étirable à l’infini, la question de la gestion des corps s’est rapidement posée. Là encore, la caste du défunt entre grandement en considération. Pour la plupart des citadins, ainsi que les esclaves, le corps est simplement incinéré et les cendres dispersées aux vents du désert (avec bien sûr un cérémonial minimum pour les citadins auquel n’ont pas le droit les esclaves). Pour les hauts dignitaires, le traitement varie quelque peu. Les cendres du défunt sont chauffées, avec notamment du sable du désert, puis coulées en une plaque de verre sur laquelle est gravé le nom et la fonction de l’individu. Les plaques sont ensuite empilées par lignée dans la Salle des Hommages où de nombreuses bougies brûlent à la mémoire de ces illustres défunts. Se retrouver au sommet de la pile de sa lignée est donc l’ultime honneur auquel aspire tout digne représentant des Pointes.

Si les Pointes en elles-mêmes se limitent au désert, les terres de l’empire de Talyä s’étendent à tout le continent, exception faite d’Asälya, le domaine de la Tour, à l’ouverture des mémoires d’Amethor.

 

Voilà pour ce tour d’horizon des mystérieuses Pointes Maudites. Je pense avoir rien oublié d’important mais je n’hésiterai pas à étoffer cet article si d’aventure il s’avérait, au fil des publi, que certains points sont manquants. En attendant, je vous remercie pour votre lecture et je vous donne rendez-vous lundi 5 pour la publication du premier souvenir ! :D

Serenya   dimanche 4 novembre 2018 à 08h4304.11.2018 à 08h43   3
Les Commentaires (Commenter)
Jérôme M. Keller
lundi 12 novembre 2018 à 08h38
Très intéressant et vraiment immergeant. J'aime beaucoup cette organisation et le "décor" de ces fameuses Pointes. Je n'ai juste pas compris la totalité de ce qui est dit au niveau des chevaliers et notamment à propos du Huitième. De ce que j'ai compris. Le général des armées, qui est aussi chevalier, est le Huitième ? (par rapport au nombre de sept chevaliers titulaires ? il n'a pas de suppléant ?) et son fils (s'il a un fils) deviendra lui aussi général-chevalier-donc-huitième ?
Serenya | lundi 12 novembre 2018 à 08h43
Ah pardon, en fait il manque une bête majuscule qui change complètement le sens de la phrase Oo Je vais corriger ça tout de suite ! Le Général, c'est le Premier Chevalier et son suppléant, justement, c'est le Huitième ^^ La particularité du poste de Premier/Général (et donc du Huitième) c'est qu'il est héréditaire (dans la mesure où un des héritiers du Général est capable d'entendre Asroth, sinon cela mettrait fin à la lignée ^^)
Jérôme M. Keller | lundi 12 novembre 2018 à 08h51
Aaaaaaaaaaah ok, je comprends mieux !
Commenter ce billet
Pour commenter les billets postés, merci de vous identifier !
Dernière publication

Amethor : souvenirs d'un Général, 1
« Ce terrible silence... »
Les derniers commentaires
Jérôme M. Keller a laissé un commentaire.
dimanche 11 novembre 2018 à 16h08
Athena17 a laissé un commentaire.
lundi 5 novembre 2018 à 20h45
Lunar Eclipse a laissé un commentaire.
vendredi 3 août 2018 à 21h51
Lunar Eclipse a laissé un commentaire.
mardi 31 juillet 2018 à 21h56
Lunar Eclipse a laissé un commentaire.
lundi 30 juillet 2018 à 21h58
Licence Creative Commons
ALLEEDESCONTEURS.FR DECOUVRIR L'ALLEE L'ALLEE & CO STATISTIQUES
Les fictions publiées
L'agenda des publications
Les auteurs de l'Allée
Les Trois Rues | la compétition
Foire aux questions
Publier sur l'Allée
Nous contacter
Forums de discussion
LeConteur.Fr
Partenaires & Liens
26 fictions publiées
729 membres inscrits
Dernier inscrit: Gorgos
AlléeDesConteurs.fr ~ 2005-2018