Bienvenue ! S'inscrire Se connecter
Romans Agenda Publier Articles
Les Trois Rues Les Forums L'Equipe
Connexion
Lecture d'un chapitre
Laisser un commentaire
  
« D'hier et d'aujourd'hui »
Prologue
Le jeune homme attendait depuis maintenant un peu plus de deux heures. Pourtant, il savait qu’elle ne viendrait plus. Il n’arrivait pas à se lever, paralysé par la douleur de l’avoir perdu. Lui qui avait passé son temps à vouloir sauver le monde, n’avait pas eu une seconde pour elle, l’amour de sa vie.
Assis, sous un marronnier majestueux, il continuait de fixer le jet d’eau habituellement éteint en cette époque de l’année. C’était la fin de l’automne et l’arbre, tout comme lui, était triste. La bise venant du nord annonçait un hiver rude. Le froid amènerait probablement le gel. L’eau se figerait dans des formes cristallines qu’elle aimait tant. Elle savait si bien voir le beau au milieu de l’ordinaire.
Peter écoutait, avant que la glace ne les fasse taire, les clapotis du lac Léman. Ces derniers répondaient doucement à ses larmes. Il se promettait, si le Temps lui donnait une seconde chance, de la saisir. Il lui dirait : “Je t’aime” et ne la laisserait jamais plus s’en aller. Les feuilles en tourbillonnant, emmenaient ses rêves de bonheur avant de retomber mollement sur la berge.
Bien sûr, elle avait pu avoir un empêchement. La route entre Lausanne et Genève était toujours encombrée à cette heure de la journée. Evidemment, son métier la retenait au-delà de l’imaginable. Mais, elle n’aurait pas dit qu’elle venait pour le laisser ainsi seul et désemparé. Elle l’aurait prévenu. Non, elle ne viendrait plus. Jamais.

Il serra un peu plus les pans de sa veste et se leva. Il avait un autre rendez-vous, ici à Genève. En ces temps de crise, mieux valait être ponctuel.

Lorsqu’il arriva, ils étaient là, tous les quatre. Ils attendaient, autour d’une bouteille de vieux malt. Il se joint à eux. Peter regarda tout d’abord son frère, ce jumeaux qui ne lui ressemblait pas. Puis passant de l’un à l’autre, détailla ses compagnons d’aventure. Il les appréciait. Une exception faite cependant, Franck. Il ne lui faisait pas confiance.
Ce fut Ming, l’astrophysicien, qui prit la parole le premier. Il annonça qu’il avait enfin trouvé un nom pour leur entreprise. Suite à sa découverte, le chinois avait eu besoin dans un premier temps des deux ingénieurs américains de la NASA : Tobias et Peter Patterson. Puis ils avaient recruté l’agronome suédois Alexander Lhasgard pour sa technique révolutionnaire de culture in vitro. Bien qu’il se soit imposé plus qu’autre chose, Franck Davier avait fini par être accepté au sein de ce groupe de l’élite scientifique grâce à ses travaux sur le liquide conservatif. Une fois les derniers détails du financement établis et les rôles répartis, Peter quitta ses confrères.

Il remonta dans sa voiture et roula sans vraiment savoir où il allait. C’était une nuit froide et humide comme la région en connaissait tant en Octobre. Il se retrouva à Lausanne, au bord du lac, non loin du centre Olympique.

Le jeune homme, assis sur un autre banc, toujours face au Léman, n’attendait plus. L’eau reflétait la lumière pâle des étoiles. Fixant une dernière fois le ciel avant de se lever, il se promit de venir ici tous les soirs. Sous ce marronnier, à la place préférée d’Elisabeth, l’amour de sa vie, il veillerait. Quelques soient les épreuves, il espérait en regardant les astres qu’un jour, ils seraient réunis au firmament de l’éternité.
  
Commenter ce chapitre
Pour commenter, veuillez vous connecter ou vous inscrire.
Licence Creative Commons
ALLEEDESCONTEURS.FR DECOUVRIR L'ALLEE L'ALLEE & CO STATISTIQUES
Les fictions publiées
L'agenda des publications
Les auteurs de l'Allée
Les Trois Rues | la compétition
Foire aux questions
Publier sur l'Allée
Nous contacter
Forums de discussion
LeConteur.Fr
Partenaires & Liens
31 fictions publiées
655 membres inscrits
Dernier inscrit: YannLMP
AlléeDesConteurs.fr ~ 2005-2017