Bienvenue ! S'inscrire Se connecter
Romans Agenda Publier Articles
Les Trois Rues Les Forums L'Equipe
Connexion
Lecture d'un chapitre
Laisser un commentaire
  
« Memories »
Chapitre 1 « Deux frères et un verre de malt »
Paul était blême. Mon frère n’était jamais blême, pâle certains jours de grande fatigue, mais jamais livide comme ce soir.
Il était passé, était entré et sans même me dire un mot s’était servi un double whisky. J’avais pris place en face de lui et j’attendais.

Il alla fouiller dans le studio et revint s’asseoir avec une seringue d’analgésiques de base et un gobelet. Je savais que la couleur verte du contenu du verre indiquait qu’il s’agissait d’une ration complète, ce dont mon frère avait horreur. Le repas ne servait qu’à limiter les effets secondaires des antidouleurs. Il s’injecta le médicament et mangea d’une traite son aliment à base d’algue.
Il ne semblait pas blessé : pas suffisamment pour avaler quoi que ce soit. D’ailleurs, en temps normal, il ne prenait jamais rien, préférant supporter la souffrance afin de ne pas oublier pourquoi il avait mal. Il endurait les conséquences de ses choix tactiques, s’en servant pour être plus attentif et plus performant lors de l’entraînement ou de la mission suivants.
Ce soir, il voulait s’épargner les douleurs d’estomac que provoquait une telle dose de drogue, mais il espérait surtout éprouver cette sensation de léger engourdissement qui laisserait son esprit divaguer.

J’étais inquiet, non seulement mon frère était blême, mais en plus il était prêt à tout afin de ne plus penser. Il était intelligent, rationnel et pourtant il n’autorisait que rarement ses sentiments à s’exprimer. Mais là, ses émotions devaient être tellement fortes qu’il voulait les oublier.

C’était la première fois que je le voyais ainsi. J’avais besoin de savoir. Levant mon menton vers lui, je l’interrogeai en silence. Il haussa les épaules dans un premier temps avant de poser les coudes sur ses genoux. Il prit sa tête entre ses mains et se massa les tempes.
S’il était rare qu’il montre des signes d’épuisement, il était encore plus incroyable qu’il laisse voir sa lassitude, même à moi. Nous étions jumeaux, faux, mais jumeaux tout de même. Nous n’avions pas forcément besoin de nous parler pour nous comprendre.

Mon frère était un jeune homme imbu de lui-même et prétentieux. Aux yeux de tous, il était misogyne, séducteur et volage. J’avais toujours admiré cette façon qu’il avait de pouvoir se jouer des autres en leur laissant croire qu’il était cette image qu’il donnait de lui.

Mais la réalité était différente. Paul était fidèle, travailleur, généreux et surtout extrêmement intelligent. Nous avions ça et un physique avantageux en commun. Les Veilleurs nous avaient d’ailleurs recrutés pour cela : notre capacité à réfléchir vite et aussi parce que notre père était l’un d’entre eux.

Il se laissa tomber vers l’arrière brusquement. Il avait les yeux pleins de larmes.

⁃ J’en ai raz-le-bol, tu sais !
⁃ Apparemment. Que se passe-t-il ?
⁃ Je viens de faire passer son épreuve de Lieutenant à Beth.
⁃ Beth, dis-moi, vous êtes devenus intimes soudainement ?
⁃ Me fais pas chier !
⁃ OK. Alors cette épreuve ?

Il se cala simplement plus droit sur l’assise du fauteuil, serra les poings et me montra ses phalanges. Elles étaient teintées de bleu et de violet. À l’évidence, le combat avait été brutal.

⁃ T’as dû la défendre ? lui dis-je, essayant de détendre l’atmosphère.
⁃ Merde, tu le fais exprès, ou quoi ?
⁃ Désolé...
⁃ Je l’ai… je l’ai frappée comme un sauvage pendant des semaines et là les gars ne l’ont pas épargnée davantage.

Une larme se mit à couler le long de sa joue. Il ne prit même pas la peine ni de l’essuyer ni de me la cacher. J’allai nous servir un autre double malt. Je lui tendis le verre et m’assis à côté de lui. Je lui passai le bras autour de l’épaule en signe de réconfort.

⁃ Tu... tu lui as fait mal ?
⁃ Je ne lui ai sûrement pas fait du bien. En plus, tu me connais pour que Fabianni ne se doute de rien, j’avais recruté les pires raclures pour valider la séance de corps à corps à mains nues.
⁃ Elle est à l’hôpital ?
⁃ Même pas, cette fille a des réflexes de tigresse et un corps de déesse.
⁃ Hum, t’as remarqué.
⁃ Évidemment j’ai remarqué. Tu m’en parles tous les jours depuis que tu l’as croisée.
⁃ Pas tous les jours.
⁃ Si, tous les jours ! Et t’as vu ses formes par-ci, ou t’as vu comment ses lèvres sont pulpeuses par-là. T’arrêtes jamais !
⁃ C’est sûr, mais moi au moi je ne me voile pas la face !
⁃ Tu m’emmerdes !
⁃ Toi aussi.

Mon frère se tourna vers moi. Nous nous bagarrâmes gentiment. Au vu des éclats de rire que cet exercice nous procura, je dirais que c’était plutôt des chatouilles que des coups que nous échangions. De toute manière, je n’aurais jamais gagné dans un combat aux corps à corps contre lui. Ses sens étaient beaucoup trop aiguisés et sa capacité d’anticipation bien trop importante pour que j’aie la moindre chance.

Il se leva une fois de plus et amena la bouteille d’alcool brun doré sur la table du salon. Il en but une grande rasade, directement au goulot, avant de me la tendre Je fis de même et il continua :

⁃ C’est quand même con qu’on ait les mêmes goûts en matière de femmes.
⁃ Mouais, c’est con. Ce qui l’est encore plus c’est que ce soit la pupille d’un Vice-Amiral. T’avoueras qu’on aurait pu trouver moins compliqué !
⁃ Ouais.
⁃ Je dois bien dire qu’elle me plaît bien, mais toi tu m’as l’air...
⁃ Ta gueule !
⁃ Si t’es pas intéressé moi je suis blonde avec des gros seins.

Paul pouffa.

Je lui donnai un léger coup de poing dans l’épaule avant de reprendre notre conversation :

⁃ C’est vrai que j’aime bien ses formes, surtout la courbe de ses reins, continuai-je.
⁃ Nous y revoilà ! Mais t’en as pas marre à la fin !
⁃ Non, je ne me lasse pas de la regarder. Ce n’est pas parce que je dois jouer les gentils garçons que je suis aveugle !
⁃ Hum… je te comprends.
⁃ Et toi, c’est quoi que tu préfères chez elle ?
⁃ En dehors du fait qu’elle m’énerve au-delà du supportable avec son caractère impossible, tu veux dire ? Son sourire. J’adore aussi comment elle bouge le bout de son nez lorsqu’elle a un service à demander.
⁃ Waouh ! t’es sacrément accroc !
⁃ Tu m’emmerdes, je te l’ai déjà dit ?
⁃ Yep, il n’empêche que toi, tu ne me parles que rarement de son physique. Alors, excuse-moi de me poser des questions ?

Paul haussa les épaules. Il se servit un nouveau verre, et me montra la bouteille. Je lui fit non de la tête. Il regarda combien il restait de vieux malt et le finit en faisant presque déborder son godet.
Je dois dire que jusqu’alors, j’avais des doutes, mais ce soir-là, je compris. Il voulait avoir avec mademoiselle Davier un lien qui allait bien au-delà d’un simple jeu de séduction.


Il avait déjà bu la moitié de son dernier verre et faisait tourner le liquide brun et visqueux dans un mouvement régulier.
Il fixait le balancement de l’alcool contre la paroi. Il ne releva pas sa tête et se confia de la façon la plus surprenante qui soit. Même moi qui le connaissait bien, je n’aurais jamais cru Paul Patterson capable de sentiment aussi profond.

⁃ La vérité, c’est que lorsque je l’ai vue la première fois, je me suis noyé dans son regard. J’aime tout chez elle, ses cheveux de feu, la douceur de sa peau et même son caractère de cochon. J’ai eu l’impression de mourir à me battre contre elle aujourd’hui. Je… j’ai encore l’odeur de son corps sur moi. Je…
⁃ Ça doit être dur. Non ?
⁃ Oui... Non, j’ai tellement l’habitude d’être un autre.
⁃ Pourtant ce soir...
⁃ Oublie ce soir...
⁃ Et les Veilleurs ?
⁃ Ils passent avant tout, je ferai ce que mon devoir me dicte.

Paul regarda une dernière fois son verre et le but cul sec. Il le reposa dans un geste brusque.

Mon frère ferma les yeux et se laissa aller sur le petit sofa. Débarrassant la table, je me fis la réflexion que la vérité se tient toujours au fond d’un verre de malt. Je ne pouvais pas faire grand-chose pour lui, pourtant une idée me vint.


  
Commenter ce chapitre
Pour commenter, veuillez vous connecter ou vous inscrire.
Licence Creative Commons
ALLEEDESCONTEURS.FR DECOUVRIR L'ALLEE L'ALLEE & CO STATISTIQUES
Les fictions publiées
L'agenda des publications
Les auteurs de l'Allée
Les Trois Rues | la compétition
Foire aux questions
Publier sur l'Allée
Nous contacter
Forums de discussion
LeConteur.Fr
Partenaires & Liens
32 fictions publiées
647 membres inscrits
Dernier inscrit: Kalypso Caldin
AlléeDesConteurs.fr ~ 2005-2017