Bienvenue ! S'inscrire Se connecter
Romans Agenda Publier Articles
Les Trois Rues Les Forums L'Equipe
Connexion
Interview d'auteur - Jamreo
Article rédigé par Sizel & publié le 03.02.2016 dans Allée des Conteurs
Interview de Jamreo
Bonjour Jamreo ! J'espère que tu es installée confortablement pour répondre à mes quelques questions ! Est-ce que tu pourrais parler un peu de toi pour (bien) commencer ?

Bonjour bonjour : oui c'est parfait !

Alors, un peu en vrac : Jamreo, connue (ou pas connue) sous au moins deux autres identités, étudiante de vingt-deux ans souffrant de désorganisation aiguë ainsi que de la maladie « je-veux-toucher-à-tout-donc-je-fais-des-choses-mais-sans-jamais-rien-finir-ou-presque ». J'ai un chat, une montre mécanique à gousset, zéro enfant, trois guitares, un piano et une horloge en forme de vache. Je suis droguée à la lecture, le plus souvent aux histoires qui fendent méchamment mon petit cœur, rafistolé ensuite à coups d'infusions réglisse-menthe ou orange-pain d'épices. Je suis adepte de dessin de temps en temps, sans avoir de réel talent, et de photographie sans avoir le temps d'en faire. Sinon, je suis amoureuse des vieux bâtiments chargés d'histoire et de l'Histoire elle-même, et passionnée par les gens et les trucs passionnants, particulièrement la musique (et donc pas mal de musiciens). J'écoute presque de tout mais ce que je préfère, ce sont les chansons à textes bien écrits et à tonalité sombre et/ou mystérieuse et/ou mélancolique. Je compose aussi, quand le temps est là. Ah, et j'écris aussi. Et ça fait plus de trois ans que je suis sur l'Allée. Incroyable.

Et je suis gentille !

... Je ne suis pas sûre que tes peros apprécient pleinement cette "gentillesse" ! Passons à un autre sujet : tu parles de l'Allée, qu'est-ce qui t'a conduit jusqu'au forum ?

Mes persos me pardonnent tout, ce sont de braves gens. Et je les aime (parce que je suis gentille : vous voyez, tout se recoupe).

J'ai découvert l'Allée fin 2012 donc, parce que je sévissais à l'époque (et toujours) sur Plume d'Argent qui est un site partenaire. C'est donc par ce biais que j'ai atterri ici. Pour être précise, l'Allée des Conteurs ne s'appelait pas encore comme ça : son petit nom c'était les Werewolf Studios, et les histoires publiées étaient appelées des « webséries » et non des « fictions » ou des « romans », même si la terminologie était déjà en train de changer quand je suis arrivée. Quand on y pense, beaucoup de choses ont changé en trois ans ! En tout cas, le fonctionnement était nouveau pour moi et je me suis inscrite sur le forum, curieuse d'en apprendre plus. Et voilà, me voilà. J'ai d'abord été petite nouvelle toute perdue, puis petite nouvelle moins perdue, puis animatrice pendant un temps, avant de rejoindre l'équipe d'auteurs en 2013.

2013... le début d'une belle aventure à n'en pas douter ! Tu nous parles un peu plus de ton rapport à l'écriture ?

Alors pas facile de répondre à cette question. J'ai écrit pendant mon enfance et mon adolescence, mais pas de manière régulière ni acharnée. J'aimais plus l'idée d'écrire que le processus d'écriture. Mais un jour, en terminale, je me suis dit : pourquoi ne pas écrire sur Murano et Venise ? Et cette idée d'abord en l'air m'a complètement dépassée. L'écriture m'a complètement dépassée, en fait. Les années suivantes j'ai sué sang et eau pour faire tenir un roman debout. Entre autres, un vrai travail d'artisanat et d'architecture. C'est drôle, parce que l'histoire était aussi moins autobiographique que ce dont j'avais l'habitude, pourtant c'est à partir de là que j'ai compris à quel point écrire, ça veut dire se rendre vulnérable. Mais c'est en prenant l'habitude de se rendre vulnérable qu'on apprend à rester aux commandes de ce qu'on dévoile ou pas, et qu'on se blinde. L'écriture a été très importante pendant cette période. Est-ce que ça veut dire qu'elle restera importante toute ma vie ? Aucune idée : dernièrement l'envie d'écrire s'était un peu évaporée et je me suis demandé si tout ça n'avait pas été passager, finalement. Mais non, il semblerait que ce ne soit pas totalement terminé.

Un rapport à l'écriture qui a pas mal changé, donc, et risque de changer encore.

Euh, ça va, c'est pas trop hors-sujet ?

Non, non, on sent que c'est un sujet qui te fait réfléchir Et tes histoires dans tout ça ?

Alors je compte deux histoires courtes terminées, qui datent de plusieurs années et dont je ne vais pas nécessairement parler, une troisième appelée Cinq Lions de Cendres qui nécessitera encore une énième relecture et quelques menues modifications. Voilà pour le « club des terminées ». Dans le club des « non terminées », qu'elles soient en pause, en cours d'écriture ou tout juste à l'état d'idées, je compte… sept projets ! Oh… mais ça devient gravissime.

Cinq Lions de Cendres, c'est l'histoire dont je parlais plus haut et qui m'a fait faire ce plongeon imprévu dans les abysses de l'écriture. C'est un roman de fantastique/ horreur, découpé en quatre parties (qui sont devenues quatre tomes sur l'Allée), que j'ai mis quatre ans à écrire. L'idée première était donc d'écrire sur Murano, cette île qui est depuis le XIIIe siècle un haut lieu de l'artisanat du verre, et plus particulièrement sur un souffleur de verre qui au XVe siècle chercherait un moyen de s'en échapper. Mon imagination s'était déjà emparée de Murano et en avait fait un ghetto redoutable où les verriers étaient gardés prisonniers, aux côtés de criminels en tous genres et de créatures surnaturelles qui… qui… bon mais je vais en dire trop là. Donc, c'était là la première idée. Mais j'étais naïve en me lançant dans les premiers chapitres, et pendant l'écriture, des tonnes d'autres idées se sont greffées, qui m'ont forcée à tout arrêter, à désespérer un petit moment, et finalement à reprendre du début. C'est en particulier à cause d'un personnage nommé Leo. Il appartenait avant ça à un projet antérieur (et abandonné), avant de s'inviter presque de force dans celui-ci, sans doute parce que j'étais très réticente à l'idée de ne pas le faire exister. Donc, vu l'insistance de Leo et de nouvelles idées qui allaient tout chambouler, Murano et le souffleur de verre Luca ont dû partager le devant de l'affiche. Il est question de complots politiques, de trahisons, de mystères et de secrets, de contamination, de légendes...

La deuxième de mes histoires publiées sur l'Allée, c'est Bromios, qui est d'ailleurs issue du projet où une version de Leo a fait un bref passage. Ce projet d'origine, abandonné, s'appelait Deblampierre et se déroulait dans une Angleterre alternative. Là, si vous avez un peu lu Bromios, vous répondez « mais c'est impossible », et pourtant si si, c'est vrai. En été 2012 j'ai vu une pièce grecque antique, Les Bacchantes d'Euripide, et c'est comme ça que j'ai eu l'idée de transformer le vieux texte, ce qui a donné Bromios, roman de fantasy cette fois, et imprégné de mythologie et d'influences antiques (mais pas que). Plus grand-chose à voir, donc. Le premier tome se passe à Penthos, une cité relativement austère et pauvre, en des temps où les dieux ont abandonné la Terre depuis longtemps, déçus par la race humaine. Et justement, à Penthos, il commence à se passer de drôles de choses. Comme je le disais dans un billet de blog il n'y a as longtemps, quelques-uns des thèmes principaux, tels que je les vois du moins, sont la perte d'identité et la folie. Youpi ! Mais je prévois trois tomes, et l'histoire devrait passer par bien des choses : combats, magie, voyages… enfin, ça, c'est dans l'hypothèse où j'arriverai à reprendre sérieusement l'écriture.

Dans le reste nous trouvons Memoria, qui se déroule à Boston dans les années 2020. J'étais très enthousiaste à ses débuts il y a plus de trois ans, mais depuis, je rame et rame encore. Pourtant, il m'arrive encore régulièrement de penser aux personnages, particulièrement Sanne, l'héroïne, qui travaille pour cette entreprise nommée Memoria, dans un contexte de tensions politiques et religieuses fortes. Sinon, citons Les mangeurs de feu (bienvenue au XIXe siècle, dans le bayou louisianais) qui est en pause, un Projet de Best-seller SF (merci à mon frère qui m'a soufflé l'idée) lui aussi en pause pour le moment, un Projet de Best-seller Fantasy Comique (merci à mon frère idem) pas encore commencé, et quelques autres projets qui… mais chut, je suis pour l'instant tenue par le secret professionnel.

Vous voyez, c'est le bazar dans ma tête…

Hum, hum ! Voilà bien des mystères ! Et je ne parle pas que de ceux présents dans tes histoires ! Tu évoques beaucoup tes inspirations, est-ce que tu peux nous parler un peu plus de ce qui t'influence ?

Ca peut être tout et rien.

Il y a des auteurs qui me donnent envie d'écrire : par exemple Robin Hobb, pour sa trilogie de l'Assassin Royal mais particulièrement le premier tome (tant de détails, tant d'images, ça en met plein les yeux), Umberto Eco dont j'ai récemment lu Le Nom de la Rose, dans une traduction de Jean-Noël Schifano (ça donne l'impression féroce d'être propulsé au coeur du Moyen-Age et des philosophies religieuses de l'époque), James Forrester, qui a écrit une trilogie se déroulant au XVIe siècle, à l'époque de tensions entre protestants et catholiques en Angleterre (les tomes s'appellent Sacred Treason, The Roots of Betrayal et The Final Sacrament, il me manque le dernier !). J'ai aussi chez moi The Time Traveller's Guide To Medieval England, du même auteur qui cette fois signe de son vrai nom Ian Mortimer. Je l'ai simplement feuilleté pour le moment, mais le principe est de faire voyager le lecteur au Moyen-Age, en donnant des indications pratiques sur la vie de tous les jours en Angleterre au XIVe siècle. Vous avez un chapitre sur les habits, un sur la nourriture, des fiches sur le prix des choses, sur la population des villes... C'est une démarche que je trouve absolument géniale. Ah, et un autre exemple : William Faulkner aussi, ou The Sound and the Fury, le seul que j'aie lu de lui. C'est quelque chose. On peut ne pas aimer, je n'ai pas tout aimé d'ailleurs, mais la force évocatrice de ses mots et la portée tragique de cette histoire est incroyable.

Ah, il est beaucoup question d'Histoire ! Et oui c'est un sujet passionnant. On est prisonnier de sa propre époque, et tenter d'en sortir en s'intéressant aux époques passées, tenter de comprendre le contexte politique, les courants de mentalité, les rapports de pouvoir et d'influence, la façon de vivre, se représenter des choses à jamais perdues... il y a un côté romantique là-dedans, non ?

C'est peut-être lié à tout ça, et aussi à mon intérêt pour la photo, je suis fascinée par la lumière. Par la lumière dans tous les contextes, mais surtout la lumière du jour quand elle entre à l'intérieur d'une pièce, et c'est encore mieux si la pièce est vieille et a des murs de pierre (non ce n'est pas précis du tout). Regarder la couleur des rayons, la manière dont ils tombent sur une table ou un sol ou un mur, le contraste qu'ils créent avec l'obscurité... ça recharge ma créativité, et ça doit sans doute influencer mes descriptions.

La musique aussi joue un grand rôle. Pour citer quelques artistes : Imogen Heap, White Lies, Ladytron, IAMX, Half Moon Run, Evanescence... et d'autres. Comme je le disais, j'aime les beaux textes et les ambiances sombres, mélancoliques, qui peuvent vite devenir poignants et eux aussi poussent à créer. Dans ma tête les sons ont des couleurs, ou des luminosités particulières, c'est un peu comme un paysage nébuleux et changeant.
Il y a tout ça, entre autres... et puis simplement ce que je vis, sans que ça m'amène forcément à faire des écrits très autobiographiques. J'ai l'impression que c'est une succession d'expériences qui ne s'éclairent et ne prennent forme qu'avec le temps. Là aussi c'est un paysage en constante évolution, qui n'a pas nécessairement de cohérence ou de but, qui se contente d'être, et c'est une bien drôle de chose.

Tes sources de créativité sont variées et effectivement, l'Histoire avec un grand H semble y avoir une bonne place ! Et à part des périodes historiques, est-ce qu'il y a des choses que tu recherches tout particulièrement dans ce que tu lis, des détails qui font systématiquement palpiter ton petit cœur de lectrice ?

Bonne question ! Ce n'est pas surprenant mais, quand je lis, j'aime retrouver les thèmes qui me sont chers en écriture. Horreur, folie, mysticisme aussi, ambiances glauques... quand c'est bien fait, j'adore. J'adore avoir peur, ressentir de l'effroi, du dégoût, de la fascination, explorer les recoins sombres de l'esprit humain et ses faiblesses aussi, j'adore suivre les trahisons, les destins inéluctables, les histoires d'amour malheureux, les dilemmes, décortiquer la souffrance sous toutes ses formes... ohlala. De mon point de vue, la lecture permet de vivre une infinité de choses, avec cet avantage qu'on en ressort généralement indemne. Physiquement, du moins. Mais même si on peut être psychologiquement ébranlé, on s'en remettra. J'ai croisé une citation il n'y a pas longtemps, d'un certain Pierre Dumayet - je ne le connais pas mais voilà ce qu'il dit : "Lire est le seul moyen de vivre plusieurs fois". Chaque histoire lue est une collection de nouvelles choses vécues, avec la sécurité relative de la distance (même si ça peut parfois faire écho à notre situation réelle). Du coup les expériences, les sensations profondément négatives sont tout aussi importantes et enrichissantes que le reste quand je lis. Car j'aime aussi d'autres choses moins tourmentées, je vous rassure. Par exemple : une bonne dose de surnaturel, de mythes et de légendes. De magie et de rêve, aussi. J'aime les ambiances oniriques et "baroques" en un sens, les mondes improbables et qui tiennent pourtant debout.

J'apprécie également quand l'auteur prend le temps de décrire des relations humaines complexes : familiales, amoureuses, amicales, toutes. Mais, en fait, je peux lire de tout.

Il y a un large panel ! Et une ambiance a autant de chance de te séduire qu'un genre en fait ! Allez, avant dernière question : est-ce qu'il y a une ou plusieurs scènes dans les histoires des Conteurs qui t'ont particulièrement marquée ?

Oui, c'est ça ! Et les détails font souvent toute la différence.

Et bien sûr, il y a des scènes qui m'ont marquée dans les histoires des Conteurs. Je ne vais pas toutes les citer, surtout parce que certaines risquent de révéler trop de choses et gâcher la surprise aux futurs lecteurs. Par exemple, il y a le premier chapitre de Sublimation (par Beatrice Aubeterre), quand un détenu est sur le point de subir une expérience très étrange, et apparemment en secret. L'atmosphère victorienne, le mystère, l'attitude froide et détachée du docteur et la détresse du prisonnier, les machines au fonctionnement bizarre, tout ça formait un tableau génial.

D'ailleurs, ça me fait penser à une autre scène mémorable, dans Mummia (par Spacym) cette fois. Le premier chapitre se passe dans un hospice et... et se termine de manière très, très inattendue, en partie parce que des créatures bizarres font irruption dans le décor, mais je n'en dis pas plus. Je vous assure que ça surprend.
Oh, il y a aussi l'arrivée de Henri à Paris-Gare de Lyon dans Les Ombres de Jack (par Diogène), le monde décrit est à la fois familier et... différent, à cause de ces fameux petits détails qui peuvent transformer quelque chose de fond en comble.

Dans un autre registre, la démonstration des Aviateurs de l'Académie dans Kingdoms of Fates (par Oménassaï), au tout début de l'été et de la Fête du Feu qui anime toute la ville, est assez spectaculaire avec son ambiance de fête et d'ébullition, propres aux grands événements.

Je pense aussi aux souvenirs de Mad dans le premier chapitre de Lizzie (par Quetzy), qui... sont ma foi ragoûtants, dans le genre brutal. On apprend ce qui est arrivé à sa famille et à sa ville, et le fait qu'on ne connaisse pas encore bien le personnage, ce n'est que le début après tout, confère un côté encore plus soudain à ce qu'il nous raconte sur son passé.

Et il y en a bien d'autres !

On y retrouve dans la majorité ton goût prononcé pour le sombre et le sinistre Pour finir cette interview, comme l'année vient de commencer, je voulais savoir si tu t'étais fixée des objectifs particuliers en 2016 ?

Aha ! J'aime bien les résolutions de début d'année. C'est l'occasion d'un nouveau départ, presque. Des objectifs précis ? Oui, il y en a quelques-uns : reprendre l'écriture qui m'avait fait faux bond, et me remettre à Bromios tout particulièrement. Pourquoi pas terminer le tome 1 ? Lire aussi, lire de tout, que ce soit sur l'Allée, sur Internet ou non. Continuer à avoir des projets de toutes sortes (mais ne pas considérer que c'est l'apocalypse s'ils ne se concrétisent ou n'aboutissent pas tous), et en même temps, si possible, ne pas sombrer sous l'éparpillement chronique (dont je souffre au douzième degré) ! Et d'autres choses, mais de moins en moins précises. C'est plus un grand tout

Et bien de mon côté, je me conterais de te souhaiter que tu te fasses plaisir durant cette année ! Merci à toi de t'être prêtée au jeu de l'interview et pour récompenser tes efforts, je te laisse le mot de la fin

Merci à toi d'avoir pris le temps de me poser toutes ces questions Sizel ! Je crains d 'avoir été plutôt bavarde
Pour conclure, vive le bouillon de légumes. Non, en vrai : puisse 2016 vous être à tous et à toutes favorable, et à bientôt au détour d'un paragraphe !

Pour en savoir plus sur Jamreo :

- Sa page facebook
- Son blog
- Ses fictions sur l'Allée
Page 1 sur 1 / 1
Commenter & Partager
Pour commenter vous devez vous identifier (et avoir créer un compte sur notre forum)
Nascana
samedi 13 février 2016 à 17h10

Merci pour l'interview. Je trouve aussi que l'histoire et une bonne source d'inspiration même si j'avoue que je n'arriverais pas à en écrire de peur de ne réussir à rendre le tout cohérent.

Nascana
Jamreo
jeudi 11 février 2016 à 12h06

Et merci pour votre lecture ^^
Non ça va, la grille était juste comme il faut
Serenya
mercredi 10 février 2016 à 10h24

Très sympa cette interview ! C'est super de découvrir "l'envers du décor".
Clyfia Shana
dimanche 7 février 2016 à 11h36

Bravo pour cette interview, c'est vrai que l'on se fait une meilleure idée, il me semble, de l'auteur, Jamreo donc. Et c'est toujours intéressant de voir la personnalité qui se cache derrière ses écrits.
Diogene
samedi 6 février 2016 à 21h02

Chouette interview Jam,

On sent que vous vous êtes bien amusées toutes les deux. (La grille n'était pas trop chaude ?)
FFMONRISE
samedi 6 février 2016 à 13h02

Bien intéressant, la discussion pas à bâton rompu, mais presque :)
Vive l'écriture !
Jamreo
vendredi 5 février 2016 à 17h39

Merci à vous !
Oui, c'était très sympa de passer sur le barbecue de Sizel \o/
Sizel
vendredi 5 février 2016 à 12h11

Merci à vous trois ! Personnellement, ça m'a bien amusé de passer Jam' au grill et je crois qu'elle n'a pas passé un trop mauvais moment
Jewel
vendredi 5 février 2016 à 08h40

Bravo pour cette interview les filles, et ravie d'en savoir plus sur Jam'. Tes inspirations sont très intéressantes, bon courage pour l'écriture et pour tous tes autres projets ! :)
Pixie
jeudi 4 février 2016 à 21h08

Très sympa cette interview, les filles !
C'est rigolo de connaître les petites manies d'un auteur, les origines de certaines histoires, etc. En tout cas, vous avez dû bien vous amuser toutes les deux. ^^ Bravo !
coeursolitaire
jeudi 4 février 2016 à 12h03

Et bien chouette interviews
Ça permet d'en connaître davantage sur Jamreo, qui ma foi a un très bel univers. Et surtout sur ses projets, que j'avais déjà légèrement survolé, qui me paraissent plutôt intéressant. J'essaierai de prendre le temps d'y faire un petit tour.
Licence Creative Commons
ALLEEDESCONTEURS.FR DECOUVRIR L'ALLEE L'ALLEE & CO STATISTIQUES
Les fictions publiées
L'agenda des publications
Les auteurs de l'Allée
Les Trois Rues | la compétition
Foire aux questions
Publier sur l'Allée
Nous contacter
Forums de discussion
LeConteur.Fr
Partenaires & Liens
32 fictions publiées
646 membres inscrits
Dernier inscrit: Renarde de Brume
AlléeDesConteurs.fr ~ 2005-2017