Bienvenue ! S'inscrire Se connecter
Romans Agenda Publier Articles
Les Trois Rues Les Forums L'Equipe
Connexion
Interview d'auteur - Jean-François Dubeau
Article rédigé par Sizel & publié le 29.08.2015 dans Ecriture
Jean-François Dubeau - Auteur indépendant


Jean-François Dubeau, écrivain de science-fiction québécois nous raconte son parcours de l’autopublication jusqu’à une plateforme d’édition novatrice.

Salut Jeff ! Pour commencer, je souhaiterais savoir quand t’es venue l’envie d’écrire et pourquoi? Je sais que tu as aussi d’autres passions comme le modélisme et les web comics
Comme beaucoup de gens, j’ai toujours voulu écrire un livre. Ce n’est pas un but très original mais c’est quelque chose que je voulais accomplir. En 2010, si je me souviens, je suis tombé sur NaNoWriMo et le challenge d’écrire 50 000 mots en un mois. Je me suis dit que c’était exactement le genre d’encadrement qu’il me fallait pour finalement écrire un livre et passer à autre chose.

Après la moitié du challenge par contre, je savais que je n’arrêterais jamais d’écrire. Qu’on me lise ou pas n’a pas d’importance. C’est l’activité d’écrire qui m’attire. C’est comme une drogue pour moi. Quand je n’écris pas, je pense à écrire ou à ma prochaine histoire ou à de nouveaux personnages. C’est une passion qui m’apporte de la paix et de la joie. Quand j’y pense, j’ai toujours raconté des histoires. Tu mentionnes le modélisme et les web comics, mais même ces hobbies n’étaient que des manières de raconter des histoires. Mon seul regret est d’avoir découvert cette passion si tard dans la vie.

Oui, les histoires comme une drogue, je connais ça. Dis-moi, quelles sont tes sources d’inspiration pour tes histoires?
Mes sources d’inspiration? C’est difficile à dire car ça dépend beaucoup sur quoi je travaille. Par exemple, « The Life Engineered » est issu d’une longue introspection sur la nature de l’utopie et sur ce que le futur prépare pour l’humanité. Il y a quelques théories dans le premier livre mais l’univers contient beaucoup d’autres idées qui ne sont que brièvement suggérées. Par exemple, dans le prologue, les humains parlent d’une ‘Ascension’ et utilisent la phrase “The universe creates God.” (C’est l’univers qui crée Dieu). Ce sont deux thèmes qui ne sont explorés que plus tard dans d’autres livres.

S’il y avait une source plus générale d’inspiration par contre, quelque chose qui guide l’atmosphère de mes histoires, je dirais que c’est la musique. Je vais souvent faire de longues marches avec de la musique que j’écoute et je laisse les images me venir à l’esprit au gré de la musique. Ce n’est pas parce que je suis audiophile. Au contraire. Je ne connais rien à la musique. Ça pourrait aussi bien être de la porcherie pour moi et j’ai l’intention de rester ignorant en la matière. J’ai peur que si j’en savais trop, je ne pourrais plus écouter sans analyser et ainsi je perdrais ma meilleure source d’inspiration.

Qu’est-ce qui t’as incité à franchir le pas vers la publication de tes écris?
Les commentaires de mes lecteurs test. C’est sûr que le but final, le rêve ultime, est de pouvoir vivre de mes histoires. Pas parce que je cherche des richesses et fortunes (pas que je les refuserais) mais bien parce que la meilleure façon d’écrire plus est de pouvoir écrire à temps plein. Donc la publication est le destin sur lequel je travaille. Par contre, je ne pouvais pas vraiment me lancer de l’avant avec mon premier livre. J’avais deux histoires qui me semblaient avoir du potentiel. Une que j’ai envoyée à des agents et des éditeurs et « The Life Engineered » que j’ai décidé de publier moi-même. L’élément déclencheur a été les commentaires de mes lecteurs test.

Ton roman a donc d’abord été autoédité, pourquoi avoir choisi cette voie?
J’ai essayé les deux voies les mieux connus : l’autoédition et envoyer des soumissions a des agents et maisons d’édition. Le problème avec les maisons d’édition, c’est qu’elles reçoivent des centaines sinon des milliers de soumissions chaque année. La première chose qu’elles regardent est le CV et la lettre de présentation de chaque auteur. Si ces dernières ne sont pas immédiatement super intéressantes, elles passent à la prochaine. Je suis designer graphique d’expérience et je n’ai vraiment rien à offrir à une maison d’édition pour les convaincre de lire mon synopsis, etc. C’est pourquoi j’ai opté pour l’autoédition en parallèle. Si mon CV est trop vide, c’est ma responsabilité de l’enrichir. Si je peux ajouter à mon expérience que j’ai déjà publié et y attacher des chiffres de ventes, des accolades, etc. alors les maisons d’édition et les agents seront plus faciles à convaincre de ma crédibilité en tant qu’auteur.

Pourquoi t’es-tu ensuite lancé sur la plateforme Inkshares?
Le plus gros problème avec l’autoédition est que c’est un job en soi-même. J’ai déjà mon boulot de designer et le travail de vouloir devenir écrivain, alors y ajouter tout ce qui va avec la publication d’un livre est trop lourd pour pouvoir y mettre l’effort que ça mérite. Mon livre voyait déjà de bons commentaires mais ma distribution et mon marketing étaient limités au temps et à l’effort que je pouvais y accorder. Inkshares me permet de premièrement améliorer la qualité de mon livre en travaillant avec des professionnelles qui sont payés pour ce travail. Les gens qui m’ont aidé pour la première édition de The Life Engineered sont tous des professionnels mais n’étant pas rémunérés pour leur travail, je ne pouvais pas raisonnablement leur en demander trop. Ce qui m’a surtout attiré avec Inkshares, c’est que le podcast Sword & Laser tenait un concours pour choisir les premiers livres à inclure dans leur collection. Je suis un spectateur de Sword & Laser et ils ont une plateforme que j’aime bien avec une audience qui représente bien ma démographie cible. Je suis aussi familier avec leur communauté alors j’ai décidé de m’essayer avec Inkshares dans l’espoir de peut-être gagner le concours et ainsi me procurer une meilleur distribution, plus de visibilité, etc.

Quand tu regardes en arrière, es-tu satisfait de ton parcours d’auteur, changerais-tu certains choix?
Ça dépend jusqu’où en arrière on est prêt à regarder. J’aimerais dire que si on se permet de reculer suffisamment, je regrette de ne pas avoir étudié en littérature pour commencer ma carrière d’écrivain beaucoup plus tôt. Par contre, je ne suis pas sûr que c’est vraiment le champ d’étude qui m’aurait été le plus utile pour ce que je veux écrire. En fait, quand je réfléchis à qui j’étais à cet âge, je ne crois pas que j’étais prêt à devenir écrivain. Je regrette quand même de ne pas m’y être pris plus tôt, je serais bien plus avancé si j’avais découvert cette passion dans ma mi-vingtaine ou début trentaine. Ceci étant dit, à part de gagner la loterie des éditeurs, c’est-à-dire tomber sur un contrat d’édition par chance qui catapulterait ma carrière de l’avant, je ne crois pas que je changerais grand-chose pour l’instant. J’apprends beaucoup à chaque étape du cheminement et pour l’instant que capitalise bien sur les opportunités que je trouve ou que je me fabrique. J’aime pouvoir dire que ce que j’ai, je l’ai mérité avec le travail et les études que j’y ai mis. J’espère que ça va continuer dans ce sens et que je vais pouvoir me déclarer écrivain professionnel un jour, bientôt.

Je l'espère aussi ! ^^ Si tu n’avais qu’un seul conseil à donner à des auteurs qui se lancent, ce serait ?
Assurez-vous que vous voulez écrire. Il est facile de dire qu’on veut être auteur ou écrivain, mais si le processus, l’activité d’écrire n’est pas votre passion, n’est pas ce qui vous attire dans cette carrière, vous seriez mieux de trouver autre chose. Avant d’être publié, vous allez devoir écrire six, sept, DIX livres. Les livres que vous allez un jour publier devront être écrits et ré-écrits une demi-douzaine de fois. Vous allez devoir écrire des synopsis, des articles, des commentaires. Écrire, écrire, écrire. Si vous avez soif de raconter des histoires, lire, signer des autographes, être une célébrité, etc. mais que vous ne trouvez pas un plaisir primal pour l’écriture, vous n’aimerez pas être écrivain.

Souhaites-tu partager avec nous une actualité ou évoquer un sujet qui te tient à cœur?
Tout simplement; allez pré-commander The Life Engineered sur Inkshares. C’est mon premier livre et c’est le premier d’une série. Donnez-moi la chance d’écrire d’autres livres, d’écrire la suite à celui-ci. Encouragez les artistes indépendants pas juste avec des mots mais avec des actes. Merci !

Quelles sont les prochaines étapes pour toi ?
Mes prochaines étapes sont de la supervision et de l’approbation jusqu’à ce que l’on remette la machine promotionnelle en marche. D’ici là, je travaille sur le livre qui suit; un autre livre dans le même univers que j’intitule, pour l’instant, ‘The Arch-Android’. Je travaille aussi sur The God in the shed. C’est un autre livre dans un autre genre complètement. C’est du ‘urban fantasy’ avec un brin d’horreur. Ça fait trois fois que je ré-écris ce livre et cette fois sera la bonne. :)

Merci Jeff d’avoir partagé ton expérience d’outre-atlantique avec nous !


Interview réalisée par Ghaan Ima !

Pour en savoir plus sur :

Site web : site
Sur twitter : @jfdubeau
Sur Facebook : jfdubeau.writer

Publication :

«The Life Engineered » (« La vie retravaillée » est uniquement disponible en anglais pour le moment)


«The Life Engineered », « La vie retravaillée » est l’histoire d’une race de robots doués de sensations appelés les ‘Capeks’. Ce sont les descendants de l’humanité autant au niveau physique que philosophique. Avant que les êtres humains disparaissent de la galaxie, ils ont laissé leurs enfants avec les outils nécessaires pour construire une utopie. Ce paradis est brisé quand un important Capek est assassiné. Dagir, un robot récemment créé doit enquêter sur cet acte terrible avant que la race Capek tombe dans la spirale de la guerre civile qui risque de réduire la voie lactée en cendres.
Précommander sur Inkshares
Page 1 sur 1 / 1
Commenter & Partager
Pour commenter vous devez vous identifier (et avoir créer un compte sur notre forum)
Ghaan
lundi 31 août 2015 à 15h14

ahah! j'attends une traduction en français dans un futur proche ^-^ merci jef!!
Chimere
dimanche 30 août 2015 à 14h25

Tres intéressant résumé en effet. Et je me retrouve bien dans les regrets d'avoir découvert sur le tard l'écriture. Bonne chance Jean-François !
Nascana
dimanche 30 août 2015 à 04h33

L'histoire me tente bien. Dommage que ce ne soit pas en français. En tout cas, merci à l'auteur de nous présenter son travail.
Licence Creative Commons
ALLEEDESCONTEURS.FR DECOUVRIR L'ALLEE L'ALLEE & CO STATISTIQUES
Les fictions publiées
L'agenda des publications
Les auteurs de l'Allée
Les Trois Rues | la compétition
Foire aux questions
Publier sur l'Allée
Nous contacter
Forums de discussion
LeConteur.Fr
Partenaires & Liens
31 fictions publiées
654 membres inscrits
Dernier inscrit: diesel
AlléeDesConteurs.fr ~ 2005-2017