Bienvenue ! S'inscrire Se connecter
Nos Romans L'Agenda Parchemins
Les Trois Rues Les Forums L'Equipe

Inscrivez-vous ou connectez-vous

Webfeuilletonisme : tout savoir !
Article rédigé par Beatrice Aubeterre & publié le 20.11.2014 dans Ecriture
Pourquoi publier sur le web ?
Parmi tous ceux qui espèrent éditer leur œuvre, il y a beaucoup de postulants et peu d’élus. Reste la solution de l'autoédition, mais elle n'est pas si simple ; entre l'investissement de temps pour la préparer, le coût financier pour faire imprimer l'ouvrage et la diffusion qui constitue un métier à plein temps, distribuer ses œuvres est à la fois compliqué et chronophage. De plus, on n’a que peu de retours des lecteurs.

Ensuite, on ne peut publier sur papier que des œuvres finies ! Pour l’avoir vécu avant l’existence du web, je confirme qu'écrire dans son coin est difficile, surtout quand il n'y a personne dans l'entourage d'intéressé ou même désireux de vous encourager. C’est un exercice souvent solitaire, au cours duquel on ne peut se fier qu’à son seul jugement.

Publier sur le web – et par chapitre, c'est se donner la possibilité non seulement de faire lire son œuvre rapidement et aisément, mais aussi établir une communication avec les lecteurs tout au long de l'histoire, d'assister à leurs réactions à chaque étape du récit. Une véritable bouffée d’oxygène, qui écarte ce terrible sentiment de solitude !

Bien entendu, il n’y a pas de miracle : ce n’est pas parce qu’on affiche quelques chapitres qu’on va avoir des milliers de lecteurs et faire le buzz !


C'est donc une forme de publication numérique ?


Techniquement, oui ! C'est même la plus ancienne forme de publication numérique, qui remonte aux débuts de la démocratisation du web ! Encore beaucoup d'auteurs et de communautés proposent une lecture directement sur le site, avec parfois des protections pour éviter la copie, tandis que d'autres permettent un téléchargement sous des formats PDF ou Epub (le format standard des Ebooks), comme l'Allée des Conteurs ou le site de fanfiction Archives of our Own.

Et c'est gratuit ?

Dans l'immense majorité des cas, oui, puisqu'il s'agit de démarches d'amateurs.

Il existe cependant quelques exemples payants : il est arrivé que des auteurs célèbres s'y essayent, généralement sans beaucoup de suite. Actuellement, certains éditeurs numériques publient des récits par épisodes plus ou moins longs.

On assiste aussi à la réapparition dans le cadre de certaines éditions à des publications "sérialisées" sous forme numérique, comme Les Foulards Rouges de Cécile Duquenne ou Lady Falkenna d'Alizée Villemin. Même s'il s'agit plus de longues nouvelles qui se suivent que de chapitres individuels, le principe n'est pas très éloigné.

Les auteurs ne craignent pas de se faire voler leurs œuvres ?

Le risque existe toujours, mais la plupart des auteurs sont des gens modestes qui ne songent même pas que leur idée pourrait intéresser un éventuel plagiaire !

Pourquoi ne pas plutôt tenter l'édition classique ?

Il serait facile de penser que ces textes sont publiés sur le web parce qu’aucun éditeur n’en voudrait… Mais la réalité n’est pas aussi simple.

Dans leur grande majorité, les écrivains amateurs sont conscients de la difficulté de trouver un éditeur. Bien souvent, le monde de l’édition apparaît comme un univers fermé, aux exigences peu compréhensibles. Pour l'auteur qui recherche un lectorat, le web est une excellente alternative !

Très vite, partager ses écrits peut devenir un besoin et une évidence ! Le dialogue avec les lecteurs est à la fois motivant et passionnant ; il permet de connaître l’effet que ses mots ont sur les autres, mais aussi de progresser.

Cela ne veut pas dire non plus qu’ils font une croix sur une édition future de leurs œuvres : il arrive de plus en plus fréquemment qu'une œuvre publiée ait connu une première vie sur le web. Certains livres à succès de ces dernières années on d'abord été écrits sous formes de fanfictions (des récits écrits dans l'univers d'une œuvre préexistante : livre, film, animé, série, jeu vidéo…) avant d'être transposés dans un univers original (comme la série des Mortal Instruments de Cassandra Clare).

Ensuite, il y a les œuvres qui par leur nature même ne peuvent pas faire l'objet d'une publication officielle, comme la fanfiction justement.

Même les auteurs de textes originaux ne visent pas tous l'édition. Certains préfèrent partager gratuitement leurs textes avec les lecteurs, par plaisir ou même par conviction. La webpublication est pour eux le moyen d'inviter les autres à découvrir leur imaginaire et, pourquoi pas, d'y participer ?

La fanfiction ? Ça en fait partie ?

En effet, la plupart des longs récits de fanfiction sont publiés sous forme de webfeuilletons.

Pour beaucoup d’écrivains débutants, c’est une première approche plus facile à appréhender avant de se lancer dans leur propre univers. Si au tout début, les fanfictions étaient partagées par l’intermédiaire de fanzines touchant les milieux d’initiés, le web est vite devenu leur terrain privilégié d'expression et de diffusion, d'autant que pour des questions de droits d'auteurs, elles ne peuvent faire l’objet de publications officielles.

Il existe une multitude des sites et de communautés autour de la fanfiction : la plus connue est FanFiction.net, un site à vocation internationale qui regroupe des milliers de fictions.

Il n'est d'ailleurs pas rare que les mêmes auteurs écrivent aussi bien des récits de fanfiction que des romans originaux.

Et ce ne sont donc pas que des œuvres médiocres ?

Les webfeuilletons souffrent à peu près des mêmes préjugés que leurs illustres prédécesseurs du « rez-de-chaussée » (quand leur existence est connue) : la plupart des gens pensent d'emblée que c'est une sorte de sous-littérature, du fait que ce n’est pas vraiment "édité" et qu'elle emprunte très souvent à la littérature dite de genre : fantastique, science-fiction, policier, fantasy, romance...

Pourtant, il y a de tout ! Du premier jet maladroit de débutant au pur chef d’œuvre, qui dépasse de loin la plupart des ouvrages qu'on trouve en librairie !

Et si les éditeurs se lançaient à faire un peu de prospection, ils trouveraient très certainement de véritables bijoux...
Page 2 sur 3 / 1 2 3
Commenter & Partager
Pour commenter vous devez vous identifier (et avoir créer un compte sur notre forum)
Beatrice Aubeterre
samedi 12 septembre 2015 à 17h12

En pourtant, beaucoup ne la connaissent pas ! oO
Merci de ton passage Isa ! :)
Isabelle
jeudi 10 septembre 2015 à 10h04

Merci Béa pour cet article, j'aime beaucoup le fait que tu relève que cette pratique n'est pas morte. Au contraire , elle est même tellement vivante.
Beatrice Aubeterre
vendredi 20 mars 2015 à 22h59

Merci Summer, contente que ça te soit utile !
Beatrice Aubeterre
vendredi 20 mars 2015 à 20h44

Merci Summer, contente que ça te soit utile !

Fatal error: Uncaught exception 'PDOException' with message 'SQLSTATE[28000] [1045] ProxySQL Error: Access denied for user 'werewolfoforum'@'10.20.104.254' (using password: YES)' in /home/werewolfo/www/_fonctions.php:238 Stack trace: #0 /home/werewolfo/www/_fonctions.php(238): PDO->__construct('mysql:host=mysq...', 'werewolfoforum', 'XQL5mXKV') #1 /home/werewolfo/www/articles/articles_pages.php(68): affAvatar('199', 30, 30, 'profil-avatar') #2 /home/werewolfo/www/articles.php(10): include('/home/werewolfo...') #3 /home/werewolfo/www/index.php(236): include('/home/werewolfo...') #4 {main} thrown in /home/werewolfo/www/_fonctions.php on line 238