Bienvenue ! S'inscrire Connexion
Nos Romans L'Agenda Nos Articles
Les Trois Rues Les Forums L'Equipe

Inscrivez-vous ou connectez-vous

~ Bienvenue cher visiteur de l'Allée des Conteurs ~
Attention, tu n'as pas encore créé ton compte ADC, tu peux le faire en une minute chrono en cliquant ici !
Chers habitants ! Une importante mise à jour sera bientôt effectuée sur le site et le forum.
Pensez à sauvegarder ce que vous souhaitez conserver (sur les Parchemins et la Taverne des Défis notamment)

Le café littéraire
Vous êtes d'humeur philosophe ? Vous avez le besoin irrépressible de partager vos avis sur des thématiques littéraires ? Alors ne cherchez pas plus loin, car ici, nous aimons débattre sur la lecture, les livres, etc... ! !
Créer un sujet Répondre
15 messages  • 
Lire à l'école
Chef suprême de l'Allée
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 22 Mar 2006, 01:13
Messages: 7585
Localisation: Nouvelle Orléans
22 Juin 2019, 16:47Lire à l'école
Chers vous tous !
Reprenons un peu les discussions et pour le mois de juin, nous vous proposons un nouveau sujet de réflexion...

Lire à l'école, un tremplin ou un frein ?


~O~


De mon côté et par expérience, j'ai eu les deux situations.
J'ai eu un professeur, en quatrième, qui m'a fait découvrir le Tour d'écrou, de Henry James. J'avoue que ça a été un véritable coup de cœur et ça changeait des lectures classiques (Molière... je t'aime bien, gars, mais j'en ai soupé de toi).

L'expérience ne s'est jamais véritable renouvelé si ce n'est en 1ère (L) : je me souviens de cette prof de français, très artistique, très théâtrale et passionnée, qui m'a fait découvrir Amélie Nothomb et c'est avec elle que je m'y suis vraiment mis :
- Chaque mois, on allait au théâtre (je sais, rien à voir, mais si, quand même un peu)
- Elle proposait aussi des lectures libres de sa propre bibliothèque qui étaient bien plus stimulantes que ce que le programme imposait (Désolé, Princesse de Clèves, mais tu n'as pas été une révélation...)

En plus, j'étais interne donc pas forcément de distraction télévisuelle :P

C'est aussi à cette époque où j'ai découvert Harry Potter et où j'ai pu prendre plaisir sur des lectures plus stimulante même si considérée comme "n'étant pas de la littérature". Je regrette ce côté assez élitiste du côté scolaire (et qui ressort même en dehors) sur ce côté "lisons les classiques, y a que ça de vrai". Moi ça a eu tendance à m'ennuyé et m'agacé et s'il n'y avait pas eu ces a-côtés, j'aurai considéré ça comme un véritable frein.
https://www.alleedesconteurs.fr/images/equipe/chef.jpg https://www.alleedesconteurs.fr/images/equipe/conteur.jpg https://www.alleedesconteurs.fr/images/equipe/rue_ondenymphe.jpg https://www.alleedesconteurs.fr/images/equipe/rue_mafieux.jpg


Dame Conteuse "Ondenymphe"
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 02 Sep 2014, 12:30
Messages: 2463
Localisation: Isère
22 Juin 2019, 17:57Re: Lire à l'école
J'avoue que je n'ai pas tellement de souvenirs de ma scolarité, mais je sais que j'ai toujours lu, depuis toute petite, donc ça n'a pas du me traumatiser plus que ça ! Je me souviens quand même qu'en première, j'avais une prof de Français extraordinaire qui a su, bien qu'on soit en 1ère S, nous intéresser à la littérature et nous faire découvrir et aimer Baudelaire !

J'ai plus de souvenirs de la scolarité de mon fils, par contre ! C'est moins vieux, pardonnez ma mémoire défaillante. Lui, c'était différent. Petit, j'ai du me battre pour qu'il lise (c'était inconcevable qu'il ne lise pas, c'est simple). Ça a été un travail de longue haleine de l'intéresser à la lecture, de trouver des livres qui lui donnent envie et si j'avais dû compter sur les lectures scolaires pour ça, il n'en aurait jamais ouvert un ! Franchement, ce côté "la lecture doit servir à apprendre quelque chose sur la vie", c'est juste pas possible. La lecture doit servir à se faire plaisir, point. Ils ont bien le temps d'apprendre des tas de choses sur la vie !

J'ai bataillé, j'ai passé des heures à chercher avant de réaliser que j'étais juste débile : il suffisait de lui coller les livres de sa mère dans les mains. A 10 ans, il lisait la saga Eragon et il se faisait plaisir ! Il fallait juste des dragons, c'était pas compliqué !!! Il a dévoré toute la saga de L'assasin royal en quelques semaines et a enchaîné avec des tas d'autres du même style. Sauf que dans les livres qu'on te propose à l'école, en primaire ou au collège, des dragons, y'en a pas ! J'attends d'avoir l'occasion de lui montrer certain dragon noir de la mort maintenant... :lol:
http://www.alleedesconteurs.fr/images/equipe/conteur.jpg http://www.alleedesconteurs.fr/images/equipe/rue_ondenymphe.jpg https://www.alleedesconteurs.fr/images/equipe/rue_mafia.jpg


Mon site d'auteur - Mes chroniques : eTemporel - Mon forum dédié imaginaire : L'Imag'In Café


Valet
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 17 Fév 2019, 20:17
Messages: 278
22 Juin 2019, 19:26Re: Lire à l'école
Je dois confesser que la lecture et moi avons toujours été de proches amies. D’une nature curieuse, mais solitaire, le monde de l’imaginaire est plus confortable pour moi que la vie quotidienne. Dès que j’ai appris à lire, je me suis intéressée à tout un tas de lectures : la BD à travers Tomi Ungerer ou les œuvres franco-belges (Gaston Lagaffe, les Schtroumph, Astérix le Gaulois, etc) ; la littérature jeunesse avec une grande passion pour les Chair de Poule, mais aussi la Comtesse de Ségur et Jules Verne ; ou même la collection Madame-Monsieur, qui me faisait marrer. Puis arrivée au lycée, je me suis attardée sur les manga (shôjô, shônen) avec mon amour éternel pour Kaori Yuki, CLAMP, Yû Watase, et Torû Fujisawa. J’ai aussi creusé dans des lectures plus internationales avec Shakespeare ou Eiji Yoshikawa.
Dans une autre mesure, je me suis très vite intéressée à d’autres formes de lectures. Par exemple, vers 7-8 ans, les chevaliers du zodiaque et Sailor Moon (en plus d’une visite au planétarium) m’ont poussé vers l’astronomie, peu de temps après ma mère m’achetait toute une collection de vulgarisation scientifique par Isaac Asimov. Par la suite, Hercules et Xéna m’ont fait découvrir avec intérêt la mythologie, j’ai donc lu, et même relu, tous les livres de la bibliothèque municipale (en plus de ceux que ma mère avait acheté), qui traitaient du sujet. Et il en est allé de même pour mes autres obsessions du moment (oui ! j’ai le sens de la demi-mesure).
Comme je lisais énormément, je me suis facilement lassée des « lectures de mon âge » et je me suis penchée sur des auteurs plus « classiques ». Par exemple, à 12 ans, j’ai découvert mes premières limites en lisant Peau de Chagrin de Balzac. Je ne l’ai jamais fini. Ça s’est d’ailleurs confirmé au lycée avec Une Vie de Maupassant qui a été une épreuve douloureuse, mais comme c’était un roman obligatoire, je n’ai pas eu le choix.

Pour ce qui est de l’école. Si mes souvenirs sont bons, les lectures obligatoires se trouvent surtout au collège-lycée. J’ai fait cette partie de ma scolarité dans une ZEP ; je crois donc le rapport y était différent, parce que les professeurs avaient à faire avec des « élèves difficiles ». Ils traitaient le problème autrement. J’ai, pour cette raison, très peu de souvenirs de lectures obligatoires du collège.
Pour le lycée, en dehors de mon expérience « traumatique », les lectures obligatoires m’ont fait découvrir des genres que j’aime encore énormément. Avant ça, Voltaire était un de mes auteurs préférés et je n’avais que peu d’intérêt pour la littérature moderne et contemporaine. En seconde, j’ai rencontré Barjavel avec La Nuit des Temps, qui est devenu un de mes auteurs favoris, mais aussi la littérature d’après-guerre avec Ionesco, Kafka, Sartre, etc.
J’avais beaucoup de chance, je pense, parce que la plupart des professeurs essayaient de rendre la lecture vivante avec des extraits de Molière à voix haute (il m’a toujours fait marrer celui-là!), ou en diffusant des extraits (par exemple, L’Avare, avec De Funès).

Encore aujourd’hui, j’ai un rapport amoureux suivi avec la lecture. Peu de choses me font plus plaisir qu’un livre en cadeau. Je lis une bonne vingtaine de livres par an (en dehors de mes autres lectures). Même si je confesse une baisse de rythme au collège-lycée, lorsque j’ai commencé à sociabiliser avec mes pairs.

Voilà, mon expérience (et en fait, mon CV de lectrice, je constate même! xD) ! J’ignore si ça donne un éclairage par rapport à la lecture à l’école. J'ignore également si mon parcours est un parcours « normal » pour un passionné de lecture. Mais pour moi, les deux ont toujours évolué de concert, donc il m’est difficile de séparer l’un de l’autre.


Citoyen
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 16 Jan 2017, 19:01
Messages: 466
Localisation: Nantes
23 Juin 2019, 00:43Re: Lire à l'école
Pour moi, c'est une question de choix, en fait.

Dans mon école primaire, en fin d'année, on nous offrait un petit livre à lire en récompense (j'étais en CP/CE1/CE2 donc c'était des petits livres faciles à lire) donc je pense que ça a beaucoup aidé à voir les livres lus à l'école comme une bonne chose.

Pour les lectures de collèges/lycée, j'ai eu affaire comme tout le monde à des classiques et des livres plus contemporains mais pour certains livres, on nous laissait le choix entre deux livres ce qui permettait de prendre ce qui nous plaisait le plus. J'ai lu de très bons livres que j'ai adorés (Pagnol, de la poésie, Victor (Hugo)), et d'autres que j'ai dû lire à marche forcée (mais ils sont rares, coucou L'assommoir de Zola; oui, il m'a traumatisée ou Bérénice de Racine dont je n'ai rien compris/retenu de l'histoire à la première lecture; ça allait mieux à la deuxième lecture en me référant régulièrement au résumé de l'histoire). Pour moi, ces livres n'ont pas été un frein, bien au contraire. Sur le moment, ça l'a été, j'ai classé Zola dans la liste des auteurs impossibles à lire mais honnêtement, si je n'avais pas lu L'assommoir, je ne pense pas que j'aurais lu Les Rougon-Macquart dix ans plus tard. Parce que malgré tout, j'admirais l'idée derrière tout ça, le concept de l'hérédité et le fait qu'il avait pris le temps de traiter un peu toutes les couches de la société de l'époque. Et Bérénice de Racine fait partie de mes livres préférés parce qu'en décortiquant 5 passages pour le bac de français, je me suis rendu compte du travail derrière et je l'ai vu d'un oeil neuf.

Et moi qui adore les classiques, l'école m'a montré que les auteurs contemporains pouvaient aussi avoir leur charme et leur intérêt. Pendant longtemps, je me tournais instinctivement vers les classiques qui en quelque sorte avaient fait leurs preuves et je ne me suis dirigée que tardivement vers les rayons des auteurs contemporains (je m'arrêtais à la fin du XIXème siècle sans chercher plus loin). Et puis, j'ai dû relire des livres restés chez mes parents un jour (donc des livres lus à l'école qui ne m'appartenaient pas en propre) qui étaient pour la plupart des contemporains et me dire qu'en fait, il y avait des choses pas si mal que ça.

Pour moi, je pense que c'est une bonne chose de lire des classiques à l'école pour sa culture personnelle et pour se rendre compte qu'il y a des choses intéressantes parmi les classiques (ça a longtemps été la base de mes lectures, j'empruntais les livres achetés pour mon frère et ma soeur; mes parents en ont quelques-uns qui ont dû être achetés pour l'école dans leur jeunesse (je pense à La grive d'Henri Troyat qui est un tome solitaire et j'ai été très triste en le finissant car il était le tome unique d'une série qui reste toujours sur ma liste de lecture d'ailleurs). Et d'acquérir une culture générale sans délaisser des contemporains ou des lectures plus récréatives (Les dix petits nègres que j'adore ou les livres de trois auteurs qu'on allait rencontrer lors d'un festival de littérature).

Et étudier les textes et les décortiquer, ça aide à écrire. Je souris lorsque lors d'une lecture, je repère une figure de style.

Comme disait un de mes profs "on n'aime que ce que l'on connaît" et je crois qu'il y a de ça. Je sais très bien que si je n'avais pas traduit des tas de passages de l'Histoire romaine de Tite Live en latin, je ne l'aurais jamais lue (ça m'a aidé que plein de choses me soient familières même si la traduction était vraiment très facile à lire) et je serais vraiment passée à côté d'un enrichissement personnel formidable. Et c'est pareil pour les Rougon-Macquart, Molière que j'adore même si des fois le langage vieillot n'est pas évident, la poésie.
Et c'est vrai que le regard de beaucoup de gens qui me demandent pourquoi je lis ces livres (notamment quand je lisais les Rougon-Macquart ou Histoire romaine) m'a interpellée: ça leur semblait inconcevable qu'on puisse les lire pour le plaisir (même si ça n'a pas été évident); limite, je m'infligeais une torture. Je pense qu'à un moment, j'ai aussi fait le choix d'y voir une chance d'enrichissement culturel et personnel, et non une corvée (même si parfois, j'ai râlé). Et je me dis que ça peut être le cas pour les personnes qui n'ont pas un entourage qui lit des classiques ou qui lit tout court. Et la culture personnelle n'est jamais perdue (je pense à la musique, Dieu sait que ça a été dur à supporter à l'école (flûte à bec en plastique bonjour) mais le jour où j'ai voulu m'y mettre, une fois adulte, j'avais des bases qui m'ont permis de le faire. Et je pense que c'est pareil pour la lecture, on apprend à lire de la poésie, du théâtre; c'est peut-être moins vrai pour des romans mais ne serait-ce que savoir qu'on est capable de lire un livre de 300 pages qu'on n'aime pas, ça peut inciter certaines personnes à prendre en rayon celui de 400 ou 500 pages qui suscite leur curiosité.
http://www.alleedesconteurs.fr/images/equipe/rue_ondenymphe.jpg http://www.alleedesconteurs.fr/images/equipe/plume.jpg


Chef suprême de l'Allée
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 22 Mar 2006, 01:13
Messages: 7585
Localisation: Nouvelle Orléans
23 Juin 2019, 12:37Re: Lire à l'école
Je pense que la question de la culture personnelle est une tout autre question, c'est vaste à vrai dire ^^ Je suis d'accord sur l'intérêt d'étudier ces romans : cependant, travaillant dans le milieu, je vois à quel point ça peut bloquer des jeunes qui ont du mal à lire et qui ne s'y épanouissent pas. C'est difficile, à ce moment là, de leur parler de culture je crois.

Par une chance, une prof de français a créé un atelier lecture et même des réfractaires à la lecture ont fini par s'y inscrire parce qu'ils étaient libre de pouvoir découvrir autre chose que les classiques imposés et qu'on ne les stigmatisaient pas à pouvoir lire une BD, un manga ou un roman jeunesse de fantasy. Il y en a même qui refusaient, au final, de s'inscrire à un atelier théâtre parce que "on en a marre d'étudier toujours le classique (Molière), on veut du neuf". Et je les comprends à 100% !

En tout cas, Kahlan, je te rejoins : la lecture doit servir à se faire plaisir :D
https://www.alleedesconteurs.fr/images/equipe/chef.jpg https://www.alleedesconteurs.fr/images/equipe/conteur.jpg https://www.alleedesconteurs.fr/images/equipe/rue_ondenymphe.jpg https://www.alleedesconteurs.fr/images/equipe/rue_mafieux.jpg


Maître d'art
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 13 Fév 2016, 16:57
Messages: 820
Localisation: Orléans
23 Juin 2019, 16:50Re: Lire à l'école
C'est dingue mais j'ai le même avis sur la lecture en scolarité. Surtout arrivé au collège.

En primaire, les professeurs nous ont toujours fait lire ce que nous voulions et on faisait juste des fiche de lecture après (ma méthode préféré ^^)

Au collège tout ça était fini et au lycée alors là il m'est même arrivée de ne pas lire un bouquin qu'on nous imposais (pour vous dire à quel point il était difficile et impossible à lire pour moi qui aime l'action et le rythme dans l'intrigue (Le Père Gorliot de Balzac ^^). Je ne l'ai jamais fini.

Je vous rejoins sur le fait qu'ils devraient un peu diversifié leurs étude de lecture qu'ils font.
Franchement, il y a des série ou des livres dans les autres style tels que la fantasy, la SF et autre qui pour moi mériterais d'être étudier.
Par exemple, ils pourraient expliqué un peu les rouages de certains univers qui se rapproche pour la plupart à des faits réels.
http://www.alleedesconteurs.fr/images/equipe/rue_ondenymphe.jpg


Valet
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 15 Sep 2018, 11:07
Messages: 206
Localisation: Bretagne
23 Juin 2019, 22:22Re: Lire à l'école
J'ai toujours détesté les livres de l'école, quels qu'ils soient, au moins depuis la primaire. J'adorais lire par ailleurs, de tout, et j'aurais adoré les bouquins proposés à l'école s'ils m'étaient tombés entre les mains dans un autre contexte.
Par contre en 5e le prof de français avait mis des feuilles au fond de la classe, où on devait inscrire nos lectures, on pouvait mettre ce qu'on voulait. J'essayais d'avoir la plus longue liste possible, on faisait la course avec d'autres potes :p
Il est fort possible, comme dit Bleuenn, que le travail fait sur les textes pendant toutes ces années aide à mieux comprendre les structures etc. et à écrire soi-même. Je détestais pourtant tellement ça que j'ai fait S. Malgré aussi des discussions avec mon père qui pensait au lycée que les profs trouvaient dans les textes des choses qui n'y étaient pas, et qui avait fini par se dire que si, les poètes travaillaient effectivement leurs textes pour y mettre tout ça... (il est grand fan des poètes maudits).

Cela dit, je me suis retrouvée AVS en lycée (pro) il y a 2-3 ans et les bouquins ou extraits que mes gamins devaient étudier m'ont carrément intéressés cette fois. Il y avait notamment en 2de un cycle sur les nouvelles SF :D
https://www.alleedesconteurs.fr/images/equipe/rue_sombresaile.jpg


Dame Conteuse "Ondenymphe"
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 02 Sep 2014, 12:30
Messages: 2463
Localisation: Isère
24 Juin 2019, 07:58Re: Lire à l'école
Poser la question à des auteurs fausse un peu le truc, généralement ils aiment lire... Mais effectivement, être en contact avec des gamins qui n'aiment pas ça au départ et se retrouvent forcer à lire des trucs tellement éloignés de ce qu'ils aiment, c'est là qu'on se rend compte à quel point tout cela est absurde et peut être "traumatisant".
http://www.alleedesconteurs.fr/images/equipe/conteur.jpg http://www.alleedesconteurs.fr/images/equipe/rue_ondenymphe.jpg https://www.alleedesconteurs.fr/images/equipe/rue_mafia.jpg


Mon site d'auteur - Mes chroniques : eTemporel - Mon forum dédié imaginaire : L'Imag'In Café


Chef suprême de l'Allée
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 22 Mar 2006, 01:13
Messages: 7585
Localisation: Nouvelle Orléans
24 Juin 2019, 08:53Re: Lire à l'école
C'est vrai Kahlan :)
Je me souviens que mes parents m'avaient abonné à une série de roman quand j'étais au primaire, avec des romans légers, abordables et qui donnaient envie de lire. Ça manque quand tu montes de niveau.

D'un point de vue professionnel, c'est sur ça que je travaille dans la réhabilitation du CDI dans mon collège : donner envie, créer des événements, etc ... :)
https://www.alleedesconteurs.fr/images/equipe/chef.jpg https://www.alleedesconteurs.fr/images/equipe/conteur.jpg https://www.alleedesconteurs.fr/images/equipe/rue_ondenymphe.jpg https://www.alleedesconteurs.fr/images/equipe/rue_mafieux.jpg


Dame Conteuse "Ondenymphe"
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 02 Sep 2014, 12:30
Messages: 2463
Localisation: Isère
24 Juin 2019, 13:16Re: Lire à l'école
C'est un très chouette projet ! :)
http://www.alleedesconteurs.fr/images/equipe/conteur.jpg http://www.alleedesconteurs.fr/images/equipe/rue_ondenymphe.jpg https://www.alleedesconteurs.fr/images/equipe/rue_mafia.jpg


Mon site d'auteur - Mes chroniques : eTemporel - Mon forum dédié imaginaire : L'Imag'In Café


Ambassadrice des Ondenymphes
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 11 Jan 2016, 02:26
Messages: 3077
Localisation: Bordeaux
26 Juin 2019, 13:03Re: Lire à l'école
La lecture à l'école, j'en garde un souvenir assez mitigé.

Au primaire, on allait une ou deux fois par mois (j'ai un doute, ça date), à la bibliothèque municipale, du CE1 au CM2. Dans l'idée c'était cool. Sauf que si tu avais le malheur de prendre un livre jugé "trop grand" pour toi, tu te faisais enguirlander et tu étais prié de prendre les mêmes livres pour les petits que tous les autres... Au final, je prenais les livres que les instits voulaient mais je lisais les vieux bouquins de SF de mon père. Pas très utile la bibliothèque au final...

Au collège, j'ai vaguement tenté le CDI à la rentrée en sixième, je me suis heurtée au scandale de vouloir lire Notre Dame et les Misérables en sixième, j'ai laissé tomber le CDI... Les lectures imposées étaient bof bof mais j'ai eu les bons profs en Français, du coup j'ai quasiment eu à chaque fois les fiches de lecture bonus qu'on pouvait faire pendant les vacances avec les livres qu'on voulait pour avoir des points en plus. Là c'était cool.

Le lycée, c'était la grosse blague. En seconde, sur les périodes de cours, on lisait les titres du programme (enfin ceux qui n'avaient pas déjà été lus en troisième et que j'ai dû rattraper pendant les vacances d'été du coup) et pendant les vacances on avait les listes de lecture du bac, puis des prépa à ingurgiter. Mais j'avais une prof de Français ultra cool qui a passé l'année à me dénicher des bouquins super à chaque trimestre pour mon prix. Bon la cerise sur le gâteau, ça a été l'Assassin Royal pour le prix de fin d'année, hein. Rien que pour ça, elle mérite la palme d'or du meilleur prof de l'univers ! Bon, par contre, comme j'ai fait S, la lecture ça s'est arrêté en seconde au niveau scolaire. Dans mon lycée, une fois que tu passes en première S, tu n'as plus le temps pour les "distractions". Je choquais tout le monde avec mes bouquins à l'interclasse, genre c'était impensable en S de préférer lire que réviser -_-

Du coup le bilan de tout ça ? hmmmm bof. Le tremplin lecture, il s'est bien plus fait avec la vieille bibliothèque de mon père et les quelques profs qui sont sortis des sentiers battus qu'avec l'école en elle-même.
https://www.alleedesconteurs.fr/images/equipe/conteur.jpg https://www.alleedesconteurs.fr/images/equipe/fee_marraineo.jpg https://www.alleedesconteurs.fr/images/equipe/rue_ondenymphe.jpg

Radis Cucurbiconteur Polymorphe


Dame Conteuse "Sombresaile"
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 12 Nov 2015, 17:35
Messages: 2822
Localisation: Territoire de Belfort
29 Juin 2019, 16:03Re: Lire à l'école
J'ai eu dans l'ensemble un bon rapport à la lecture à l'école. Je n'ai pas connu les déboires de Serenya (on ne m'a jamais embêtée sur mes choix de lecture, y compris au lycée), et dans l'ensemble les lectures imposées m'ont plu. Sauf UNE, qui me traumatise à bien des niveaux aujourd'hui.

Non seulement il s'agit d'un livre sur lequel on a passé 6 mois (oui, oui, vous avez bien lu) en troisième, dont on a vu aussi l'adaptation en film, mais en plus c'était le sujet du bac blanc de français T_T. Ce livre me laissait au début indifférente, mais j'ai fini par le haïr profondément, au point qu'encore aujourd'hui, je ne veux pas le relire. Il ne m'a pas empêchée de décrocher la meilleure note sur la partie sujet d'invention au bac blanc de français (14/15) - nous devions écrire une lettre de tel personnage -, et attention, ne rigolez pas trop fort s'il vous plaît : les thèmes qu'il aborde ont forgé en partie ma plume. L'onirisme, le fantastique, la poésie... Ce livre n'est autre que Le Grand Meaulnes. Non, s'il vous plaît, ne vous moquez pas du paradoxe sur pattes que je suis...
http://www.alleedesconteurs.fr/images/equipe/conteur.jpg http://www.alleedesconteurs.fr/images/equipe/fee_marraines.jpg http://www.alleedesconteurs.fr/images/equipe/rue_sombresaile.jpg https://www.alleedesconteurs.fr/images/equipe/rue_mafia.jpg

https://sd-1.archive-host.com/membres/up/1727906884/sign_sombre.png

On ne choisit pas son destin, on ne le voit pas. On le façonne.


Dame Conteuse "Ondenymphe"
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 09 Oct 2017, 20:18
Messages: 1692
01 Juil 2019, 21:17Re: Lire à l'école
Personnellement, je pense que la lecture à l'école est un tremplin MAIS (il y a toujours un mais) sous certaines conditions. On n'aime pas tous les styles et nous imposer des lectures qu'on déteste ne va pas nous inciter à lire davantage.
Personnellement, pour le BAC, j'ai du lire les Mémoires de Guerre de Charles de Gaulle en littérature. Autant j'adore lire, autant là, NON. C'était un frein. J'ai eu de magnifiques découvertes mais rarement à l'école en fait.
J'aimerais mieux un système de fiche de lecture, ou de partage de romans préférés ou d'analyse de textes pour lesquels on aurait voté ? Quelque chose de plus intime et personnel finalement que dans un bouquin formaté pour la moitié des lycéens...
http://www.alleedesconteurs.fr/images/equipe/rue_ondenymphe.jpghttps://zupimages.net/up/19/16/i60g.jpghttps://www.alleedesconteurs.fr/images/equipe/rue_mafia.jpg
https://zupimages.net/up/18/34/gzg5.png


Dame Conteuse "Sombresaile"
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 12 Juil 2017, 23:51
Messages: 1239
Localisation: Nantes
02 Juil 2019, 20:16Re: Lire à l'école
Alors, je sais pas si mon expérience n'est pas un peu clichée mais, passé la 6e, j'ai vraiment mal vécu les lectures obligatoires. Et c'est bachi-bouzouk hein, c'est vraiment le côté « obligatoire » de la chose. Plein de ces livres, je les ai relus après, et il y en a beaucoup que j'ai aimés. Mais ce côté « à lire en tant de temps avec un examen à la clef ». Brrr, nope, nope. Pour autant, j'appréciais les cours qu'on passait dessus (en général), et comme c'était souvent sur des extraits et que le prof résumait l'histoire, j'arrivais à suivre sans problème.
L'escroc que je suis a réussi à me taper un 17, comme ça, sur un contrôle de lecture d'un livre que je n'avais pas lu. Parce que j'avais suivi les cours et lu un ou deux résumés détaillés.
Arrivé à l'université, y avait aussi le problème du budget a alloué aux livres, et je chopais surtout des epubs. Pas facile pour suivre en cours ensuite, mais j'me débrouillais.

Du coup, ma mauvaise image des classiques ne vient pas tant du fait que ça me gave que beaucoup de gens les élèvent au rang de « à lire sinon t'as rien lu dans ta vie et t'es pas vraiment un fan de littérature oO » mais plutôt de cette obligation scolaire. Même si je pense que finalement, s'il n'y avait que ça au programme (maintenant, je ne sais pas), c'est aussi pour ce supposé fait que littérature classique > all.


Modératrice/Coordinatrice de l'Allée des Conteurs
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 10 Jan 2010, 21:22
Messages: 7211
Localisation: Val-de-Marne
03 Juil 2019, 12:04Re: Lire à l'école
Même si cela peut paraitre un peu étrange, vis à vis des lectures imposée, j'ai toujours été un bon petit soldat et même si, je m'ennuyais un peu parfois, je mettais en balance le fait que cela me faisait découvrir des choses que je n'avais jamais lues par moi-même. Beaucoup ont été agréable comme les récits d'enfance de Marcel Pagnol, les pièces de Molière (je me suis beaucoup plus ennuyée à voir avec le classe le film du Tartuffe avec Depardieu qu'à lire la pièce !) ou de Beaumarchais, Ravage de Barjavel (une super découverte), Le Rouge et le Noir de Stendhal, ou Les Fleurs du mal de Baudelaire (j'ai franchement adoré) ou Le Tête d' homme de Simenon.

Même si certaines œuvres m'ont moins plu (Racine n'est pas ma tasse de thé, Flaubert non plus - à part Salambo ! - et je suis vaccinée pour toujours contre Doris Lessing) l'analyse des ouvrages me donnait au moins un angle d'appréciation ou tout au moins de culture générale. Avec du recul, ces lectures ont été très variées et parfois originales. Et je n'oublierai jamais que je me suis plongée dans Tolkien parce que le Seigneur des anneaux figurait sur une liste d'ouvrage proposée dans le cadre d'une étude de thèmes (en occurrence "Boire et manger", mon groupe avait choisi le Simenon mais cela ne m'a pas empêcher de partir à la découverte de cette saga qui me faisait de l’œil).

Finalement, je me suis sentie bien plus flouée quand, en primaire, on m'a imposé d'emprunter tel ou tel livre dans la mini-bibliothèque au fond de la classe que quand on m'a fait plonger dans l'étude d'un ouvrage en particulier, parce que c'était censé être de la lecture libre.

Donc j'ai aimé certains auteurs, d'autres non, j'ai pu détester quelques œuvres mais elles ne m'ont dégoûtée de rien. Il fait dire que l’école a eu finalement peu de poids dans ma formation de lectrice, j'ai été lectrice avant d'intégrer l'école (à l'âge tardif de 5 ans, ce qui était courant à l'époque) même si c’était des bibliothèques rose et verte et des classiques enfantins. C'est dans ma famille que j'ai développé mon attrait pour la lecture, avec une maman qui m'a appris à lire et très tôt proposé des ouvrages plus intéressants que ce qui se faisait pour ma tranche d'âge. L'école n'a pas été un tremplin mais elle m'a permis de m'ouvrir à des ouvrages que je n'aurais pas lus par moi-même ou que j'aurais vite lâchés sans obligation de les lire.

Par contre, pour mes fils, je ne pense pas que l'école les ai incités à lire (ni dégoûtés d'ailleurs). Je l'ai ressenti pour eux comme une corvée scolaire comme une autre. L’aîné n'est pas un grand lecteur de livres, d'autant qu'il a des gros soucis de dyslexie, et le plus jeune l'est par intermittence, essentiellement pendant les vacances chez ses grands-parents, mais ils ont toujours dissocié lectures scolaires et lectures loisirs et l'école a eu, je pense, peu d'impact sur la situation.


Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Créer un sujet Répondre
15 messages  • 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Licence Creative Commons
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Les fictions publiées
L'agenda des publications
Les auteurs de l'Allée
Les Trois Rues | la compétition
Foire aux questions
Nous contacter
Forums de discussion
LeConteur.Fr
Partenaires & Liens
17 fictions publiées

AlléeDesConteurs.fr ~ 2005-2019