Bienvenue ! S'inscrire Connexion
Nos Romans L'Agenda Nos Articles
Les Trois Rues Les Forums L'Equipe

Inscrivez-vous ou connectez-vous

~ Bienvenue cher visiteur de l'Allée des Conteurs ~
Attention, tu n'as pas encore créé ton compte ADC, tu peux le faire en une minute chrono en cliquant ici !
Chers habitants ! Une importante mise à jour sera bientôt effectuée sur le site et le forum.
Pensez à sauvegarder ce que vous souhaitez conserver (sur les Parchemins et la Taverne des Défis notamment)

La taverne aux défis
Demander un défi scriptural à réaliser !
Créer un sujet Répondre
86 messages  • Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5  Suivante
Les défis de Béa
Modératrice/Coordinatrice de l'Allée des Conteurs
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 10 Jan 2010, 21:22
Messages: 7202
Localisation: Val-de-Marne
29 Aoû 2014, 16:33Re: Les défis de Béa
Option "Standard" (jusqu'à 1.000 mots)

Objet « sacoche »
~¤~
Emotion « haine »
~¤~
Couleur « azur »


Univers : Le Masque Brisé
Personnage : Cindervale Kloze, madame Valkis
Nombre de mots : 928

« Défi 05 » (extrait)
A l’époque où il vivait avec sa mère, même après son mariage avec le sinistre Viktor Ash, Cinder ne s’était jamais demandé s’il était heureux : sa vie le satisfaisait pleinement. Après la mort d’Annet, quand sa situation s’était dégradée et qu’il avait souffert des mauvais traitements infligés par son beau-père, il s’était bien gardé de se poser cette question, abordant chaque jour après l’autre avec un étrange mélange de détermination et de résignation.

Quand il pensait à sa situation actuelle, le bonheur était une évidence : il n’aurait jamais pu rêver d’une situation aussi parfaite. Il n’avait plus à subir la moindre privation, il possédait une véritable situation et le respect qui allait avec, il bénéficiait de l’enseignement d’une maîtresse exigeante mais juste... Sans oublier les amis fidèles que le garçon avait découvert à ses côtés, que ce soit la jeune Elsebeth, la propre fille de la Matriarche de Svenne, ou madame Valkis, une puissante notable qui s’était prise d’affection pour lui. A ses yeux, la technocratie était devenue un véritable paradis.

Il arrivait souvent que cette dernière le prenne sous son aile pour lui faire découvrir tous les aspects du Matriarcat, invoquant le fait qu’il remplirait mieux ses futures responsabilités s'il avait une vision exacte du monde qui l’entourait. Aussi, quand arrivait son jour de repos, lui proposait-elle de l’accompagner dans l’une ou l’autre de ses expéditions.

Ce matin-là, elle avait fait grand mystère de leur programme du jour. Cinder savait qu’en dépit de ses interrogations insistantes, elle ne se laisserait pas fléchir ; il décida de profiter de l'effet de surprise.
La destination, en effet, n’était pas de celles auxquelles il aurait pu s’attendre. La voiture de madame Valkis les conduisit à une grande bâtisse cerclée d’un haut mur hérissé de pointes. Deux gardesses examinèrent attentivement les sauf-conduits de madame Valkis avant de la laisser pénétrer dans une cour hérissée de postes de surveillance, où il eurent le droit de se garer avant de pénétrer dans l'établissement.

C’est alors que Cinder comprit où ils se trouvaient : dans une prison qui, dans ses deux ailes puissamment fortifiées, accueillait des détenus autant masculins que féminins. Madame valkis, sous l’escorte de deux gardesses attentives, venait leur rendre visite et leur apporter des douceurs, des livres ou même des lettres de leurs proches, qu’elle leur tendait à travers le guichet de leur cellule.

Cinder vit défiler des dizaines de visages, certains ravagés par l’existence, d’autres aussi banals et innocents que ceux de n’importe quel passant de Svenne. Les prisonniers les accueillaient généralement comme de vieux amis, les remerciant avec chaleur ; mais quelques uns étaient gagnés par un tel sentiment de haine qu’ils les abreuvaient d’insultes ou tentaient même de leur cracher dessus, pour être aussitôt réprimés par les gardesses. Cinder s'enquit des raisons de leur détention.

« Certains sont là parce qu’ils étaient tombé dans une telle misère physique ou morale qu'ils n'ont trouvé d'autre solution que pour survivre que le vol ou crime. Même si vous n’êtes jamais tombé dans une telle extrémité, fort heureusement, vous auriez pu être l’un de ces malheureux. »

Cinder hocha la tête, pensif : ce n’était pas totalement faux. Sa seule et unique imposture était celle qui l’avait conduit à sa nouvelle vie. Mais les choses auraient pu être très différentes...

« D’autres sont d’authentiques criminels, qui ont volés ou tué... certains par leur avidité et leur noirceur de cœur, d’autre parce qu’ils ont laissé leurs sentiments les emporter au-delà du raisonnable. »

La rencontre le marqua le plus fut celle d'un jeune homme pas beaucoup plus âgé que lui, qui avait tenté de passer les frontières du Matriarcat avec des plans dont la technocratie avait l’exclusivité, cachés dans le double-fond de sa sacoche. Il était manifestement éduqué et se montra parfaitement aimable avec ses visiteurs, même si son regard était sombre et hanté. Cinder fut profondément affecté en apprenant qu’il serait exécuté pour trahison envers la technocratie.

« C’est hélas l'une des conséquences de notre choix de société, qui n’offre que peu de perspectives aux garçons, expliqua gravement madame Valkis sur le chemin du retour.

- Est-ce une raison pour le tuer ?

- C'est hélas une question d'exemplarité. La Matriarche vous expliquerait sans doute que dans le long terme, un crime tel que le sien est plus grave qu’un meurtre, car il pourrait conduire à la ruine du Matriarcat.

- Mais que peut-on y faire ?

- Dans l'état actuel des choses, combattre le mal à sa racine, faire évoluer les choses pour que personne ne se sente obligé de recourir à de telles extrémités... même si on ne peut pas sauver tout le monde. Votre rôle sera déterminant.

- En tant que Grand Horloger ? s’étonna Cinder.

- Je pensais à une position plus officieuse, mais tout aussi importante, répliqua malicieusement madame Valkis. Les matriaches n’ont pas forcément le temps ni la possibilité d’approcher les réalités de Svenne... Et les fonctionnaires, dans leurs rapports, sont toujours tentés de chausser des lunettes teintée d’azur pour flatter leur maîtresse. Il vous reviendra d’aider notre prochaine gouvernante à voir le monde tel qu’il est. »

Elle esquissa un sourire entendu :

« Mademoiselle Elsebeth vous tient en haute estime. Il ne fait aucun doute qu’elle saura vous écouter si besoin.»
Cinder la regarda un moment sans comprendre, avant de réaliser où elle voulait en venir. Ses joues se mirent à rosir.

«Oh... Je vois.»

Satisfaite, la notable hocha la tête :

« Vous saurez agir pour le mieux, Cindervale, comme vous l'avez toujours fait », déclara-t-elle avec un sourire confiant.


Valet
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 06 Aoû 2014, 16:27
Messages: 276
Localisation: Marseille
30 Aoû 2014, 18:47Re: Les défis de Béa
Béa, tu prends un truc pour pondre autant de défi et ne jamais perdre en qualité ? Je suis impressionné Oo
http://www.alleedesconteurs.fr/images/equipe/rue_sombresaile.jpg


Modératrice/Coordinatrice de l'Allée des Conteurs
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 10 Jan 2010, 21:22
Messages: 7202
Localisation: Val-de-Marne
30 Aoû 2014, 23:51Re: Les défis de Béa
Merci beaucoup Tiphereth ! :calin:
En fait, c'est surtout pour moi un moyen unique d'approfondir les personnages et l'univers. :)


Académicien
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Déc 2013, 16:13
Messages: 955
31 Aoû 2014, 08:47Re: Les défis de Béa
Je ne peux que renchérir sur le commentaire de Tiphereth :)
Encore un très bon défi où on en apprend un peu plus sur le Matriarcat. Cela ouvre de belles perspectives pour Cinder et sur son futur rôle aux côtés d' Eslebeth !

J'ai juste noté une petite répétition accidentelle, que je te fais suivre : " accueillait autant des détenus autant masculins de féminins"


Modératrice/Coordinatrice de l'Allée des Conteurs
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 10 Jan 2010, 21:22
Messages: 7202
Localisation: Val-de-Marne
31 Aoû 2014, 09:36Re: Les défis de Béa
Merci Louise ! Je vais tout de suite corriger ! ^^


Modératrice/Coordinatrice de l'Allée des Conteurs
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 17 Mai 2013, 07:32
Messages: 5598
02 Sep 2014, 17:18Re: Les défis de Béa
Il prend du galon Cindervale !

J'aime toujours autant cette société matriarcal que tu as mis en place et les limite que tu lui donnes. C'est vraiment intéressant à découvrir et plus particulièrement par petites touches !
http://www.alleedesconteurs.fr/images/equipe/responsable.jpg http://www.alleedesconteurs.fr/images/equipe/conteur.jpg http://www.alleedesconteurs.fr/images/equipe/rue_ondenymphe.jpg
https://www.zupimages.net/up/18/34/gzg5.png


Modératrice/Coordinatrice de l'Allée des Conteurs
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 10 Jan 2010, 21:22
Messages: 7202
Localisation: Val-de-Marne
05 Sep 2014, 13:47Re: Les défis de Béa
Merci Sizel !
Aucune société n'est idyllique, et le matriarcat a bien sûr ses propres travers et ses propres préjugés.


Modératrice/Coordinatrice de l'Allée des Conteurs
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 10 Jan 2010, 21:22
Messages: 7202
Localisation: Val-de-Marne
17 Sep 2014, 20:09Re: Les défis de Béa
Option taille 500 mots

Objet « ciboulette »
~¤~
Emotion « peur »
~¤~
Couleur « bleu »


Univers : Le Masque Brisé
Personnage : Cindervale Kloze, Elsebeth
Nombre de mots : 539

« Défi 06 » (extrait)
Depuis que Cindervale avait rencontré Elsebeth, il se sentait responsable de la jeune fille, au point de vouloir la protéger en toutes circonstances. Il demeurait à ses côtés autant que le lui permettait son apprentissage, veillant sur elle plus férocement encore que l’armada de Gardesses chargées de sa sécurité.

Ce matin-là, la fille de la matriarche avait décidé de s'initier à la cuisine. Cinder la suivit avec enthousiasme : même au temps de son beau-père, il avait pris plaisir à préparer les repas. Ce fut avec un sourire ravi qu’il pénétra dans le vaste entresol éclairé par des ouvertures en demi-lunes tout en haut des murs, dans le ronflement de la batterie de fours et l’activité incessante des marmitons.

Maîtresse Childa, la créature impériale qui régnait sur ce petit domaine plus efficacement encore que la matriarche sur Svenne, prit immédiatement Elsebeth sous son aile, la sanglant dans un tablier et lui montrant les gestes à effectuer. Cinder demeura un peu en arrière, gardant un œil attentif sur la jeune fille.

Il ne put s’empêcher de frémir en la voyant saisir un gros couteau.

« Qu’est-ce que vous comptez faire avec ça ? demanda-t-il nerveusement.

- Couper de la ciboulette, pourquoi ?

- C’est juste que... vous risquez de vous faire du mal !»

Elle reposa l’ustensile et le regarda avec surprise.

« C’est cela qui vous fait peur ? Vous maniez des outils bien plus dangereux tous les jours.

- C’est différent ! s’exclama-t-il. Vous êtes la fille de la Matriarche ! Et si vous vous coupez ?

- Eh bien, j’aurais quelques cicatrices sur les doigts. »

Il fronça les sourcils :

« Il est hors de questions que vous preniez des risques...»

Elsebeth croisa les bras et le toisa gravement :

« A vous entendre, je ne devrais rien faire du tout ! »

Elle prit les mains de Cinder dans les siennes et de les examina. Du bout du doigt, elle suivit quelques marques de coupures et de brûlures :

« Voyez, vous portez sur votre peau les traces de votre dur labeur ! Chacune d’elle est le témoin de votre expérience et de vos réalisations ! Quand ma mère était jeune, elle a mené les troupes pendant la guerre contre Weiherst, à la tête des Dragonnes Bleues ! Elle a même été blessée deux fois. Je voudrais être aussi brave qu’elle, aussi industrieuse que vous. Il y a un an, je n’en aurais même pas rêvé. A présent, rien ne me semble impossible. »

Elle serra un peu plus fort ses doigts entre les siens :

«V ous m’avez rendu ma vie, Cindervale... Alors laissez moi la vivre ! »

Il hocha la tête, comprenant ce qu’elle voulait dire. Il ramassa le couteau à côté de la planche et le lui tendit :
« Vous pouvez terminer votre plat, mais à une condition : que je sois le premier à y goûter !

- C’est d’accord, mais je ne suis pas certaine que ce soit un cadeau !»

Les deux jeunes gens éclatèrent de rire, sous le regard vigilant et amusé de Maîtresse Childa.


Modératrice/Coordinatrice de l'Allée des Conteurs
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 10 Jan 2010, 21:22
Messages: 7202
Localisation: Val-de-Marne
26 Sep 2014, 15:17Re: Les défis de Béa
Option taille : 750 mots

Objet « jupe »
~¤~
Emotion « amnésie »
~¤~
Couleur « rose »


Univers : Le Masque Brisé
Personnages : Cidervale, Elsebeth
Nombre de mots : 747

« Défi 07 » (extrait)
Cinder observait Elsebeth tandis qu’elle évoluait dans le dépôt où les automates de la maison «Kloze et Volk» avaient été transportés après la fermeture de l’atelier. Le garçon s'amusait de son expression surprise et ravie ; pourtant, en tant que fille de la matriarche, elle avait dû voir beaucoup de créations plus prestigieuses que celles de sa mère.
Elle s’arrêta auprès de Lola, la danseuse, dont la jupe de fer blanc brillait doucement dans les rayons cascadant de la toiture vitrée. Elle effleura du doigt les délicates ciselures qui couvraient les lames métalliques.
« Comment le métal de son visage et de ses bras peut-il imiter si bien la peau ?
— C’est du cuivre rose qui a été dépoli...»
Elsebeth acquiesça, un peu machinalement, comme si elle n’avait pas vraiment écouté sa réponse. Elle continuait de fixer l’automate, les sourcils légèrement froncés.
«Quelque chose ne va pas ?
— C’est juste que... j’ai l’impression de l’avoir déjà vue.
— Lola était souvent louée pour des anniversaires de petite filles. Peut-être que...
— Non, répliqua Elsebeth en secouant fermement la tête. Mes anniversaires ont toujours été... très solennels. »
Elle esquissa une petite grimace.
« Je pense l’avoir vue dans un atelier, plutôt.
- Vous êtes sûre que c’était bien Lola ? demanda le garçon avec un scepticisme dont il se sentit aussitôt coupable.
— Oh, oui, c’était bien elle ! J'en suis sûre ! »
Cinder fixa pensivement le bout de ses bottes ; il se serait souvenu d’un visite aussi prestigieuse. A sa connaissance, il n’avait jamais été atteint d’amnésie.
Maintenant qu'il y pensait, il se rappelait qu'un homme mince aux cheveux sombre, le nez chevauché d’une paire de lorgnons, était venu un jour avec sa fille. Une petite brune qui devait avoir un an de moins que lui - à sept ans, c’était une différence d'âge considérable.
D’habitude, Cinder aimait aller au-devant des visiteurs et montrer tout son savoir : la présence de la fillette l’avait curieusement intimidé. Quand sa mère avait lancé Lola pour faire plaisir à leur jeune visiteuse, celle-ci avait éclaté de rire, battant des mains avec bonheur, tandis qu'il restait caché derrière les jupes d'Annet.
L’homme lui avait paru extrêmement doux de caractère ; il posait des questions intelligentes qui témoignaient de son intérêt réel pour les créations de sa mère. Il s'était même penché vers lui pour ébouriffer ses boucles de la main, tandis qu’Annet faisait l’éloge de son enfant serviable, gentil et travailleur. Il avait déclaré qu’il serait un jour un grand artisan qui servirait comme sa mère les intérêts du Matriarcat.
«Je m’en souviens à présent, murmura-t-il. Vous étiez si différente...»
Il se mordit la lèvre, mais la jeune fille lui sourit :
« Vous de même. Il est amusant de songer que nous nous sommes déjà croisés.
- L’homme était... votre père ?»
Elle hocha la tête :
«Oui... en effet. C’était le plus jeune fils du frère du roi d’Albion. Il était de santé fragile et s’intéressait plus aux livres qu’à la politique ou la guerre. Dans les autres pays, où ce sont les hommes qui gouvernent, ce n’est pas bien vu... Son père s'est débarrassé de lui par cette alliance matrimoniale. »
Elle baissa la tête :
« Sa situation ici lui convenait. Il s’occupait beaucoup de moi. Mais sa santé était fragile... il est mort peu après.»
Il perçut le sanglot dans sa voix et compris combien elle avait dû se sentir seule quand elle avait perdu son père. Avec hésitation, il posa une main sur son épaule, en espérant que ce geste ne sera pas perçu comme inconvenant :
«Vous savez... Je vous ai enviée d’avoir un père tel que le vôtre. Je n’ai jamais connu le mien.»
Elle tourna vers lui un regard surpris :
«Vraiment ? Pour ma part, c'est votre mère que je vous ai enviée. Elle paraissait si enjouée et souriante, et si fière de vous... La mienne n’avait jamais de temps pour moi, et tout ce que je faisais semblait la décevoir, même quand elle ne me le disait pas. Je... je suis désolée qu’elle soit... partie.
— Moi de même, mademoiselle Elsebeth, répondit-il avec un doux sourire. Mais dites-vous qu'à travers nous, ils se sont efforcer de laisser derrière le meilleur d'eux même. Nous devons faire en sorte de ne pas les décevoir. »


Académicien
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 13 Avr 2014, 22:25
Messages: 1879
Localisation: Au fond d'un aquarium
26 Sep 2014, 15:40Re: Les défis de Béa
Encore un petit texte bien sympa. Je trouve ce duo très chouette, et leurs échanges sont toujours mignons, je trouve :love:
Ils vont vraiment bien ensemble, et chaque petit passage qui les évoque donne envie d'en découvrir un peu plus à leur sujet. Par contre, il y a un petit souci dans cette phrase :
"c'est votre mère que je vous ai enviée/ je vous ai envié votre mère. Elle paressait" <- tu hésitais entre deux formulations ? (et je pense que "paraissait" sonnerait mieux que "paressait" :wink: )
J'ai aussi trouvé que "amnésie" passait un peu bizarrement dans la phrase, mais ça ne m'a pas choquée non plus !


Modératrice/Coordinatrice de l'Allée des Conteurs
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 10 Jan 2010, 21:22
Messages: 7202
Localisation: Val-de-Marne
26 Sep 2014, 16:00Re: Les défis de Béa
Merci, j'ai corrigé les petites coquilles ! :)


Modératrice/Coordinatrice de l'Allée des Conteurs
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 10 Jan 2010, 21:22
Messages: 7202
Localisation: Val-de-Marne
29 Sep 2014, 17:09Re: Les défis de Béa
Voilà, je suis encore tombé sur "amnésie" : du coup, j'y suis allée franchement.
Je m'excuse d'avance d'avoir fait du mal à Cindervale, mais tout s'arrange après, je vous le promets... :01:

Option taille 1000 mots

Objet « sceau »
~¤~
Emotion « amnésie »
~¤~
Couleur « crème »


Univers : Le Masque Brisé
Personnages : Cindervale, Elsebeth, Madame Valkis
Nombre de mots : 1006

« Défi 08 » (extrait)
Tout s’était passé très vite. Un monstrueux fracas métallique, une chute vertigineuse... c’était tout ce dont il se rappelait. A présent, il était allongé dans la pénombre, incapable de bouger, la tête douloureuse et l’esprit encombré de pensées qui voltigeaient dans un chaos d’ombre et lumière.

« Monsieur Kloze ?»

« Cindervale ?»

Il ouvrit les yeux d’une fraction : personne ne l’appelait ainsi. Jamais. Il était Cinder. Juste Cinder. Petit à petit, ses sensations revinrent : ce n’était pas seulement sa tête qui était douloureuse, mais tout son corps.

« Restez tranquille, Monsieur Kloze, fit une voix féminine. Prenez votre temps... Tout ira bien. »

Malgré ce ton calme et rassurant, il sentit l'angoisse le saisir : que s'était-il passé, avant cette chute dans les abysses ? Était-il dans sa carriole tirée par Clopin, en train de livrer les automates que l’atelier louait aux clients ? Sur une échelle, à régler le Jaquemart ? Ou perché dans les poutres de l’entrepôt, cherchant le calme dans son refuge habituel mais périlleux ? C'était comme si son cerveau ne lui offrait que des lambeaux épars et rien pour les recoudre. Mais Cinder était certain d'une chose : son beau-père devait être en train de le chercher et si cet homme impitoyable ne le trouvait pas au travail, il serait sévèrement puni.

Il se força à ouvrir les yeux pour de bon et vit un visage penché sur lui : celui d’une femme rondelette aux yeux vifs et amicaux, vêtue d’un uniforme crême :

« Vous vous sentez mieux ?

- Je... je crois, balbutia-t-il. Que s'est-il passé ?

- Vous avez eu un accident, Cindervale », expliqua une nouvelle voix. Tournant péniblement la tête, il aperçut une femme âgée dont les traits exprimaient une inquiétude teintée d’affection.

« Vous nous avez fait très peur. Heureusement, vos blessures ne sont pas trop grave, vous vous remettrez rapidement. »

Il avait le sentiment de l'avoir déjà vue, mais il ne savait plus en quelles circonstances. Derrière elle, le visage pâle et les yeux brillants d’anxiété, se tenait une jeune fille de son âge, dont la physionomie était emprunte d’une grande douceur. A leurs vêtements, toutes deux devaient appartenir à la bonne société de Svenne.

Malgré la sympathie que lui inspiraient ces personnes, il n’avait aucune idée de la raison de leur présence à ses côtés, dans le cabinet d’un médecin ou l’une des chambres de l’hôpital de Svenne.

« Excusez-moi, fit-il en reportait son attention sur l’infirmière, mais j’ai des choses à faire... Je dois rentrer à l’atelier... chez monsieur Victor Ash... »

Les deux inconnues échangèrent un regard surpris et paniqué. Cinder ne comprenait pas leur alarme. Peut être avaient-elles croisé Victor : ce dernier devait être fou de rage. Le garçon serra les dents : blessé ou pas, il devait rentrer chez Kloze et Ash, avant que les choses ne tournent trop mal. Et si par vengeance, Victor vendait ses automates préférés, comme Loustic, ou Platon, ou Lola ? Cinder était prêt à tout subir : être privé de repas, travailler jour et nuit, faire le ménage de toute l’atelier et la maison plusieurs fois d'affilée, et même recevoir les occasionnels coups de badine, si cela gardait à l'abri les créations de sa mère.

Bravant son mal de tête et la nausée qui menaçait, il s’apprêtait à se lever quand il réalisa qu'il n'était vêtu que d'une chemise blanche. Son bras droit reposait dans une gouttière suspendue à un montant métallique sur le côté du lit : il ne lui serait pas aisé de bouger dans ces conditions. Il chercha des yeux l'infirmière :

« S'il vous plaît... Pouvez-vous m'aider à me lever ? Et me donner mes vêtements ? »

Il léger sanglot attira son attention vers la jeune fille : elle avait dissimulé son visage entre ses mains fines ; la dame âgée tenta de la consoler par des paroles rassurantes :

« Ne vous tourmentez pas, Elsebeth, ce n'est qu'une amnésie passagère due au choc...

- Madame Valkis a raison, mademoiselle Elsebeth, renchérit l’infirmière. Tout lui reviendra en temps voulu. »

Mademoiselle Elsebeth... madame Valkis...

Maintenant qu'il y pensait, ces noms lui étaient familiers.

La jeune fille s'approcha de lui et saisit sa main valide entre les siennes :

« Ne vous inquiétez pas, Cindervale, fit-elle d'une voix encore mal assurée, tout va bien. Vous n'avez plus besoin de revenir chez cet homme horrible. Vous vivez ici, au palais matriarcal, depuis presque un an. »

Il écarquilla les yeux, incrédule. Mais les paroles d'Elsebeth étaient marquées du sceau de la sincérité ; il avait envie de la croire.

« Vous étiez en train de réparer la grande horloge du hall quand votre échelle a cassé, expliqua madame Valkis. Vous avez eu de la chance, vous auriez pu vous rompre le cou ! Vous vous trouvez à l’infirmerie du Palais. Vous avez des plaies, des bosses et quelques os brisés, mais d'ici quelques semaines, il n'y paraîtra plus. Ne nous faites plus peur ainsi ! ajouta-t-elle d'un ton faussement sévère.

- C'est promis », bredouilla-t-il.

Elle se pencha pour tapoter doucement son épaule :

« Dormez à présent, vous en avez besoin. Madame Engel va vous donner une des potions dont elle a le secret et quand vous vous réveillerez, je suis sûre que tout vous sera revenu en mémoire. »

Cinder se sentit sourire malgré lui : même tout ceci était un rêve, ou même une farce cruelle, il était agréable de faire l'objet d'une telle sollicitude. Depuis la mort de sa mère, personne ne s'était inquiété pour lui. Il n'avait pas envie d'être lucide, surtout si cela impliquait de revenir à la sinistre réalité de sa vie. Il avait envie de croire que son existence s'était transformée en une sorte de conte merveilleux.

Après tout, peu importait la réalité, si même pour un bref moment d'illusion, il avait des bonnes fées à ses côtés.


Modératrice/Coordinatrice de l'Allée des Conteurs
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 10 Jan 2010, 21:22
Messages: 7202
Localisation: Val-de-Marne
15 Oct 2014, 19:42Re: Les défis de Béa
VOTRE DEFI

Standard (jusqu'à 1.000 mots)

Objet « constellation »
~¤~
Emotion « rancune »
~¤~
Couleur « azur »


Univers : Le Masque Brisé
Personnages : Cindervale, madame Calculus
Nombre de mots : 987


« défi 9 » (extrait)
Les deux semaines passées avaient été les plus longues de la vie de Cinder. Durant les premiers jours, il avait dormi l'essentiel du temps, aidé par les potions de madame Engel. Mais il avait rapidement repris des forces ; rester bloqué au lit lui était devenu insupportable, malgré les fréquentes visites d’Elsebeth et de madame Valkis et l’énorme pile de livres à son chevet. Quand il avait enfin eu le droit de se lever, il s'était senti profondément libéré, même si ses côtes l’élançaient dès qu’il respirait trop fort, que sa cheville gauche peinait à le supporter et que son bras droit demeurait immobilisé de l’épaule jusqu’aux doigts dans un lourd appareil de bandages plâtrés.

Aussi Cinder avait-il été surpris d’être convoqué le lendemain matin à l’atelier. Il ne pourrait certainement pas effectuer ses tâches habituelle d'une seule main, mais il ne se voyait pas désobéir à sa maîtresse : elle se montrait parfois dure, mais toujours juste et il avait énormément appris sous sa tutelle.

Quand il arriva dans la salle éclairée de larges verrière et meublée de longs établis, deux jeunes gens de son âge, un garçon et une fille, se tenaient à côté de la grande Horlogère.

« Voici Peter et Joanna. Ils sont étudiants à l’académie de technologie de Svenne et vous aideront jusqu’à ce que vous puissiez reprendre vos activités », annonça-t-elle.

Des assistants ? Il n’avait jamais envisagé de travailler avec quiconque ; il ne savait même pas comment faire. Il ouvrit la bouche pour protester mais madame Calculus le précéda :

« C’est vous qui avez été chargé du globe stellaire que la Matriache compte offrit à son beau-frère, le roi d’Albion. Vous comprendrez que ce projet ne peut prendre de retard. je compte sur vous pour le terminer.»

Cinder comprit qu’il était inutile de discuter. Il se dirigea vers le coin de l'atelier qui lui était réservé, où l'attendait la magnifique réalisation des orfèvres du palais : un planétarium qui reproduisait le mouvement des astres et des constellations, rehaussé d’or, d’argent, d’émaux couleur d’azur, et qu'il avait été chargé n'animer.

«Pas quoi commençons-nous, monsieur Kloze ?» demanda Peter.

Il saisit le plan, le déploya maladroitement et tenta de se remémorer où il s’était arrêté.

« J’ai déjà regardé le mécanisme, offrit Johanna. Je peux vous aider…

- Non merci, grommela le garçon. Je l'ai monté jusque là, je vais m'y retrouver. »

L’heure qui suivit fut un vrai calvaire : son esprit demeurait désespérément confus. Il fit de son mieux pour dissimuler sa honte aux deux assistants, qui demeuraient les bras ballants derrière lui. Au bout d’un moment, angoissé à l’idée d’être pris en faute, il finit par se tourner vers eux et désigna un ensemble de rouages et de tiges métalliques :

«Vous pouvez commencer par la Grande Ourse...»

Johanna haussa un sourcil perplexe :

« Est-ce qu’Orion ne serait pas plus judicieux ? »

Mortifié, Cinder la fusilla du regard :

« Faites comme je vous dis ! »

Quelque chose lui soufflait que la jeune fille avait raison, mais il ne pouvait pas l'admettre, au risque de perdre toute crédibilité. Quand Peter commença à manipuler les pièces, il se précipita vers lui, réveillant les douleurs dont il était encore harassé :

« Attention, ça se manipule délicatement ! »

L'assistant le fixa avec perplexité, puis haussa les épaules et reprit sa tâche avec des précautions exagérées. Bien entendu, la remarque de Johannna s’avéra juste ; les jeunes gens furent obligés de tout démonter, tandis que Cinder leur répétait nerveusement de ne rien abîmer. Il fallut trois heures harassantes pour que soit menée à bien une opération qui ne lui aurait pris qu’une vingtaine de minutes. A ce rythme, rien ne serait terminé à temps ! Exaspéré, il saisit une pince pour tenter lui même les manœuvres. Mais de la main gauche, il n’avait pas l’aisance nécessaire, et il ne parvint qu’à fausser le fragile engrenage.

Quand le garçon réalisa les dégâts, il sentit son visage devenir brûlant. Il fut saisi d'un long étourdissement et serait tombé si Peter ne l’avait pas retenu. Il reprit conscience dans la couche d’appoint installée dans un coin de l’atelier, sous le regard inquiet des deux jeunes gens et celui, attentif mais réprobateur, de madame Calculus. Il se sentait faible, nauséeux... et surtout honteux.

« Vous allez mieux ? lui demanda sa maîtresse avec brusquerie.

- Oui, un peu, avoua le garçon d’une petite voix.

- Bien . Si je vous ai attribué des assistants, c’était pour que vous supervisiez sans vous surmener. »

Il détourna la tête, mortifié.

« Cela dit, poursuivit-elle, travailler avec les autres n’est jamais aisé et déléguer encore moins. J’aurais dû mieux vous y préparer. »

Cinder se tourna vers les deux jeunes gens et esquissa un faible sourire :

«Je suis désolé. J’espère que vous ne m’en voulez pas trop.

- Oh, non, répondit Peter. Madame Calculus nous a expliqué que vous aviez toujours travaillé seul.
- Vous devez penser que je suis incompétent.

- Pas du tout ! déclara Joanna. Le plan que vous avez établi est vraiment bien fait, nous aurions été incapable d'en faire autant.

- Nous avons tout réparé, ajouta Peter. Ça tourne à merveille. »

Le sourire de Cinder s’élargit : il se sentait surtout soulagé de constater que les deux jeunes gens ne lui gardaient aucune rancune.

« Reposez-vous le reste de la journée, lui ordonna madame Calculus, d’un ton plus doux. Demain, je veux vous voir en forme à votre poste. C’est compris ?

- Oui, madame », répondit-il, un peu penaud.

Elle posa une main sur son épaule :

« Restez- allongé le temps qu’il faudra. Ensuite, Peter vous accompagnera à vos appartements. »

Il hocha la tête puis ferma les yeux, soulagé. Malgré le tour désastreux des événements, il avait appris de ses erreurs et ferait au mieux pour être à la hauteur de ses responsabilités.


Académicien
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 02 Sep 2013, 11:15
Messages: 1912
Localisation: LE LIT !
15 Oct 2014, 20:02Re: Les défis de Béa
J'ai validé ton dernier défi Béa ! D'ailleurs, je l'ai trouvé super cool ; j'ai trouvé les réactions de Cinder très humaines et je peux parfaitement comprendre sa honte et son embarras ! Par contre, j'ai repéré plusieurs coquilles, mais rien de grave. :)
Avatar de kyuudos !


Modératrice/Coordinatrice de l'Allée des Conteurs
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 10 Jan 2010, 21:22
Messages: 7202
Localisation: Val-de-Marne
15 Oct 2014, 20:23Re: Les défis de Béa
Merci Omé ! :)


Académicien
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 19 Mai 2011, 12:44
Messages: 1355
Localisation: Paris
16 Oct 2014, 13:53Re: Les défis de Béa
Coucou Béa ! :wink:

Un joli petit texte que voilà ! ^^
On sent bien la confusion et le désarroi de Cinder, un peu perdu dans son travail malgré l'aide des assistants... j'espère qu'il se remettra vite !

Bravo en tout cas !


Modératrice/Coordinatrice de l'Allée des Conteurs
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 10 Jan 2010, 21:22
Messages: 7202
Localisation: Val-de-Marne
16 Oct 2014, 15:14Re: Les défis de Béa
Merci Jewel ! :)
C'est sûr que ce n'est pas facile de reprendre les choses après avoir été malade / blessé, mais c'est encore plus dur, je pense, de l'admettre et de déléguer ! ^^

(Je pense que si ça continue, je vais pouvoir faire un véritable livre de ces histoires ! XD)


Dame Conteuse "Ondenymphe"
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 02 Sep 2014, 12:30
Messages: 2458
Localisation: Isère
18 Oct 2014, 12:56Re: Les défis de Béa
Oui, il va devoir apprendre à faire confiance, ce cher homme, et ce n'est pas aisé quand les choses nous tiennent terriblement à coeur comme ça a l'air d'être le cas.
http://www.alleedesconteurs.fr/images/equipe/conteur.jpg http://www.alleedesconteurs.fr/images/equipe/rue_ondenymphe.jpg https://www.alleedesconteurs.fr/images/equipe/rue_mafia.jpg


Mon site d'auteur - Mes chroniques : eTemporel - Mon forum dédié imaginaire : L'Imag'In Café


Modératrice/Coordinatrice de l'Allée des Conteurs
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 10 Jan 2010, 21:22
Messages: 7202
Localisation: Val-de-Marne
28 Oct 2014, 23:15Re: Les défis de Béa
Non, c'est le moins qu'on puisse dire, d’autant que Cinder est encore adolescent, et d'autant plus sensible ! :)

Allez, zou pour le prochain :

Option taille 500 mots

Objet « orange (fruit) »
~¤~
Emotion « rancune »
~¤~
Couleur « doré »


Univers : Le Masque Brisé
Personnages : Cindervale, la Matriache de Svenne
Nombre de mots : 522

« Défi 10 » (extrait)
«Vous êtes mandé immédiatement devant la Matriarche !» annonça la gardesse, sans ménagement.
Cinder, qui venait d’arriver à l’atelier, échangea un regard avec madame Calculus. La Grande Horlogère hocha la tête pour l’inviter à obéir. Le garçon emboîta le pas à la femme, aussi rapidement que le lui permettait son corps encore souffrant.

La maîtresse de Svenne était assise à son bureau, entourée de boiseries ouvragées, de livres somptueux et de bibelots rares. Elle lui parut plus impressionnante que jamais dans un uniforme bleu couvert de galons dorés.

«Veuillez vous asseoir, monsieur Klose », demanda-t-elle d'emblée au jeune apprenti.

Avec soulagement, le garçon se laissa tomber dans le siège confortablement rembourré.

« Ce que je vais vous dire n’a rien d'agréable.»

Le garçon sentit son estomac sombrer : avait-elle eu vent de ses déboires avec ses deux assistants ?

« Nous avons fait examiner ce les débris de l’escabeau qui a causé votre accident. Nous pensons... qu’il a été saboté.

- Saboté ?»

Cinder sentit sa mâchoire tomber de stupéfaction :

« Mais comment... qui... ? balbutia-t-il.

- C’est ce que nous cherchons.»

La matriarche soupira :

« Votre position ne plaît pas à tout le monde. Votre nomination a brisé bien des ambitions et suscité de graves rancunes... Sans compter votre proximité avec Elsebeth. »

Cinder baissa la tête : il avait l’impression que tout son univers se brisait autour de lui. Il avait cru vivre dans un véritable conte de fée, et voici qu'il se découvrait cerné par la malveillance.

« Vous ne devez jamais rester seul. Une gardesse vous suivra en tout lieu. Madame Calculus veillera à ce que tout votre matériel soit supervisé avant emploi...
»
Il sursauta légèrement à ces mots :

« Actuellement, ce n’est pas moi qui l’utilise, mais mes assistants, Peter et Joanna ! Ils ne faudrait pas qu’ils soient blessés...

- Nous ferons le nécessaire.

- Mer… Merci », balbutia-t-il.

La matriarche lui donna congé, avec quelques mots d’encouragement. Il sortit la tête haute, se retenant de s'effondrer en pleurant devant la gardesse. Il se sentait si seul, si vulnérable. D'autant que ses blessures ne lui laissait aucune chance de se défendre contre une action malveillante.

«Cindervale ?»

Il se tourna pour trouver Elsebeth à côté de lui. la jeune fille le couvrait d’un regard grave :

« Je revenais juste de l’orangerie quand j’ai entendu la nouvelle », dit-elle.

Il hocha la tête, incapable de répondre.

« Tout ira bien, déclara la jeune fille avec détermination. Regardez !»

Elle lui montra, au creux de ses jupes relevées, quatre belles oranges

«Cela vous dirai de venir avec moi les déguster dans le parc ? Je les pèlerai pour vous ! ajouta-t-elle en baissant les yeux sur son bras toujours immobilisé.

- Ou… Oui, parvint-il à répondre malgré sa gorge serrée.

- Et puis, ajouta-t-elle fermement, personne n’oserait s’attaquer à vous en présence de la fille de la matriarche !»

En dépit de la situation, il ne put retenir un petit sourire : décidément, Elsebeth semblait être devenu son ange gardien.

Et il ne pouvait pas dire que cet aspect de la situation lui déplaisait.


Valet
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 03 Oct 2014, 21:58
Messages: 200
Localisation: Nord
28 Oct 2014, 23:30Re: Les défis de Béa
J'adore le prénom Elsebeth :coeuur: !

Pauvre Cindervale, il a l'air de porter toute la misère du monde sur ses pauvres épaules ; seul au milieu d'un panier de crabe :craby: .
Bon, au moins il ne manquera pas de vitamine C ! :sors:
© Skia


Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Créer un sujet Répondre
86 messages  • Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5  Suivante


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Licence Creative Commons
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Les fictions publiées
L'agenda des publications
Les auteurs de l'Allée
Les Trois Rues | la compétition
Foire aux questions
Nous contacter
Forums de discussion
LeConteur.Fr
Partenaires & Liens
17 fictions publiées

AlléeDesConteurs.fr ~ 2005-2019