Bienvenue ! S'inscrire Se connecter
Nos Romans L'Agenda Parchemins
Les Trois Rues Les Forums L'Equipe

Inscrivez-vous ou connectez-vous

Lecture d'un chapitre
Laisser un commentaire
  
2 « Cendrillon & Hansel et Gretel »
9 « Rêves de cendres »
Publié par Spilou, le mercredi 4 juin 2014

1er cadran Solaire de Démid, Système Bérylien, orbite Bivénusienne.

La Vénus rose sombrait, géante gazeuse aux teintes boréales dansant devant le dragon noir sous les rafales magnétiques du soleil ocre, dans la galaxie Bérylienne. La dernière connue. Non loin de là, en orbite stationnaire près de sa jumelle bleue à quelques poignées de kemes, le Cygne et ses occupants observaient la planète mourante sur le point de quitter le monde des vivants. Face au vaisseau d'exploration, le sombre dragon avalait la douce dame dans une lente délectation. Ce trou noir mobile, que les scientifiques du Cygne n'avaient détecté qu'une fois après avoir contourné les Vénus Béryliennes, mettrait encore une dizaine de cadrans pour absorber la déesse de l'Aurore avant de partir s'en prendre à sa sœur azurée. Depuis le vaisseau, ses occupants se demandaient quand viendrait leur tour. Piégé dans l'orbite bivénusienne dont l'une déclinait vers l'inconnu, le Cygne ne pouvait en effet que planer vers une fin certaine.

2ème cadran Solaire de Démid, Système Bérylien, Vaisseau du Cygne.

Nimbée de lueurs roses mourantes, Sin esquissait un mystérieux sourire. Son chignon lâche trahissait une masse de cheveux dorés couverts de cendres et son teint de porcelaine n'était que poudres et limailles. Pourtant, son regard d'un bleu violacé, lui, pétillait, surnaturel dans cette grisaille infâme. Elle faisait face à quelques dizaines d'ouvriers, nonchalante dans sa vieille salopette incolore d'usure; une foule si hétéroclite qu'il semblait qu'aucun des hommes présents n'était sorti d'un moule génétique semblable – ce qui pourtant était bien le cas.

— Mes amis, nous avons un cadran pour mener à bien notre propre sauvetage ! déclara-t-elle.

Un bourdonnement sceptique s'éleva de la foule d'ouvriers. Lorsqu'il se calma, Sin reprit la parole comme si de rien n'était, de sa voix claire, posée, affirmée.

— Le deal du Commandant Mara Tree est simple en ce qui concerne sa main-d'œuvre : six onces de cuivre et sept d'acier gris par tête pour pouvoir intégrer les navettes d'urgence. Nous sommes soixante-douze ouvriers sur le second pont. À leurs yeux, nous ne valons rien et sommes remplaçables à un pour mille, toujours plus performants ! De nos jours, personne ne fait dans l'humanitaire de seconde zone. La seule chose qui importe à la maîtresse de bord c'est de récupérer suffisamment d'éléments pour limiter ses dettes...

— Il est impossible de trouver autant de matière première à bord de ce vaisseau ! Comment comptes-tu t'y prendre ?

Sin tourna la tête vers l'homme qui l'avait interrompue. Une épaule plus basse que l'autre et une face tannée par le plasma-fusion, il ne pouvait s'agir que de Jags, préposé aux moteurs à nucléons.

— Moi ? Je ne ferai rien du tout. Mais le petit bijou que j'ai assemblé ce matin pendant le debriefing du maître d'oeuvre, lui... il se pourrait qu'il se montre conciliant si vous lui susurrez des mots doux à l'oreille, les gars !

La demoiselle sautilla d'un pied sur l'autre pour effectuer un savant demi-tour. Derrière elle se dressait un étrange robot fait de squelettes de machines obsolètes. Il ressemblait à un volatile pourvu d'une trompe à la place du bec.

— Je vous présente Picoti le Pigeon ! L'idée est simple : ramenez devant son siphon toutes les pièces détachées du cloaque. Il fera le tri de l'intérieur. Je l'ai programmé pour sectionner et séparer le cuivre et l'acier gris du reste. D'après mes calculs, il y a suffisamment de déchets dans le cloaque pour que nous ayons tous de quoi payer notre évacuation. Des questions ? Alors au boulot ! Un cadran, c'est vraiment court !

Un forgeron grand et massif leva un bras gros comme un axe de train d'atterrissage pour prendre la parole d'un ton bourru.

— Euh... Sin ? Par où on récupère euh...

— Que font les pigeons, Kerk ?

— Ils lâchent leur merde sur les passants ?

— Exactement ! Et les antiques pigeons organiques faisaient déjà ça quand leurs boyaux étaient à l'état naturel. C'est une loi multi-universelle garantie infinie. Et parfois, ils pondent des oeufs aussi, même si c'est inutile depuis l'invention du clonage des espèces disparues. Une pièce fait six onces si elle est en cuivre, et sept si elle est en acier gris. Un oeuf de chaque par personne ! Amenez votre matos à trier et faites la queue pour ramasser le produit fini. Ensuite, ne traînez pas, allez directement aux navettes !

La foule se rua vers la décharge du Cygne, située à l'arrière du vaisseau, sous les pistes d'atterrissage des navettes. Sin s'écarta de Picoti. Jags n'avait pas bougé d'un pouce. Juché sur le carter d'un triple moteur à nucléons en réparation, il fumait sa clope sans détacher son regard de charbon fondu de la gamine. Quand plus un seul ouvrier ne fut à porté d'oreilles, il expira sa fumée bleutée.

— Qu'est-ce que tu feras quand les quarante restants se retrouveront comme des cons à regarder les dernières navettes leur filer sous le nez, avec chacun des coquilles d’œufs dans les poches et la rage au ventre ? lâcha-t-il, plein d'ironie.

— J'aurai un autre plan, répondit-elle calmement. Sois gentil, quand ils voudront m'étriper, dis-leur que je bosse dans les cendres du Fourneau.

Sin lui dédia un clin d'oeil malicieux couleur lavande avant de se détourner pour prendre la direction du Trou.

3ème cadran Solaire de Démid, Système Bérylien, Fourneau du Cygne.

Ils étaient trente-huit à tambouriner au sas du Fourneau. Quinze d'entre eux s'étalèrent dans les cendres lorsque la porte s'ouvrit. Jags, hilare, se fraya un chemin parmi les ouvriers tombés pêle-mêle. Il ne mit pas longtemps à repérer Sin. Harnachée à deux courroies usées, un chalumeau en main, elle fixait ce qui ressemblait à de larges bandes cuivrées sur une paroi de fonte brune maculée de suie.

— Mais qu'est-ce qu'elle fabrique encore ? se demanda-t-il à voix basse.

— Je parierai sur un terminal clandestin. Peut-être même un accès direct à l'Irminsul...

— De quoi ?

Jags tourna la tête. Il connaissait celui qui causait à sa gauche. Dum. Il se tourna vers lui, en quête de réponse. L'albinos aux yeux mauves, dont la peau transparente luisait dans la pénombre, était droit comme un i, bras croisés sur sa poitrine. Sa combinaison orange tranchait avec sa pâleur générale. Ses cheveux blancs flottaient autour de son visage, rasés courts à l'arrière de son crâne, mais laissés longs autour de ses joues. Dum était unique à bord. Il n'y avait pas moins humain que ce lapin russe dont même la gravité semblait se jouer des règles à son égard. Lors des contrôles épidémiologiques, Jags ne manquait jamais de se foutre de sa gueule. Surtout quand le massmètre indiquait 33 grammes terrestres. C'était à se demander en quoi Dum était constitué sous ce derme luminescent.

Jags se souvenait que ce drôle de lapin blanc lui avait donné une explication, peu après la constitution de l'équipage du second pont, quelques dizaines d’années auparavant. Il était question de dégradation de sa constitution organique suite à une expérience de cybermind qui avait mal fini dans l'Inside ; autre nom donné aux canaux de l'Arbre Réseau. Dum avait été répertorié comme un dangereux cyberhacker d'Irmensul avant d'être condamné à travailler comme ouvrier à bord du Cygne. Le bruit courait que le reste de ses constituants errait toujours dans certains capaciteurs de l'Arbre-monde, stockés au sein des cimes électromagnétiques de diverses galaxies, au hasard de l'Inside.

— Tu crois qu'elle peut se brancher à l'Irminsul avec ça ? Contacter l'Arbre Réseau ?

— Les cimes de l'Arbre Monde s'étendent à travers de nombreux lieux, répondit Dum d'un ton mystérieux. Avec toute cette ferraille et ces circuits géants, elle pourrait même investir l'Inside si elle en avait la faculté. Le Réseau Intergalactique n'aurait qu'à bien se tenir...

— Mais il n'y a plus aucune IA à bord. Même la Voix a été transférée, nos machines sont devenues stupides...

Jags secoua la tête. Sin avait beau être sacrément intelligente, elle ne valait pas un ordinateur-mère coordonnant toutes les commandes d'un vaisseau tel que le Cygne.

Autour des deux ouvriers, la colère grondait toujours. Quelqu'un avait ramassé une barre de fer pour frapper une des parois du Fourneau à grand renfort de cris enragés. Quand les étincelles du chalumeau se tarirent finalement, Sin jeta son casque protecteur à leurs pieds, interrompant net une révolte légitime.

— Je vois que vous avez encore de l'énergie à revendre, bien ! s'exclama-t-elle gaiement. Qui est partant pour une séance de piratage de plateforme à téléportation ? Toi ? Le gars à la matraque ?

Avant que quiconque ait pu réagir, la jolie blonde décrocha son harnais de fortune pour donner un coup de pied sec dans la paroi qu'elle bricolait une poignée de secondes avant. Son corps flotta à travers le couloir vertical pour se stabiliser au centre du Fourneau. Du sol montait une vibration sourde.

— Mar'N, j'aurais besoin de ton assistance ! dit-elle le plus calmement du monde.

Les grandes pales du système d'aération du Fourneau se mirent en mouvement. Autour de Jags et de ses compagnons, la limaille et les cendres voltigèrent, tourbillonnant du sol au plafond circulaire où elles formèrent la silhouette d'une IA particulièrement dense, imposante; une femme rondelette grise pourvue d'ailes ainsi qu'une ample robe faite de particules fines et dorées. Des éclairs bleutés coururent le long des chemins cuivrés. Un rire malicieux, velouté, résonna en échos autour de l'ouvrier à la matraque. Jags cligna les yeux. Quand il les rouvrit, une forte odeur d'ozone flottait dans l'air. La matraque roulait sur le sol, là où son propriétaire d'infortune s'était volatilisé.

— Trois Transgalaxiens sillonnent la Voie Bérylienne. Chacun déclare un déficit d'ouvriers de dix à dix-sept unités parmi six cents. J'ai transchargé les matricules pour vous assigner d'authentiques nouvelles identités afin de pouvoir vous téléporter là-bas. Vous possédez tous les qualifications géniques pour donner le change une fois à bord de ces vaisseaux usines. Qui veut tenter sa chance ?

4ème cadran Solaire de Démid, Système Bérylien, Fourneau du Cygne.

Vingt-neuf ouvriers se rematérialisèrent sans encombre, incognito, à bord de trois transgalaxiens. Une poignée de clous noyés au milieu de milliers d'unités à visser, agrafer et souder. Sin en souriait encore alors que la Mar'N lui faisait regagner le sol ferme sous les regards ébahis des deux dernières personnes laissées pour compte à bord du vaisseau.

— Une Mar'N ?! s'exclama Dum, éberlué. Depuis tout ce temps, tu étais en possession d'une des sept légendes de toute l'histoire des IA et tu ne nous avais rien dit !

Jags n'en menait pas plus large à côté du Lapin Blanc. Les Mar'N constituaient les Ultimes Intelligences créées, plus puissantes que n'importe quel ordinateur ou intelligence artificielle, plus rares et anciennes que tout ce qui voguait à travers les galaxies. On disait des Mar'N qu'elles possédaient une connaissance infinie du connu depuis la nuit des temps précédant le grand Exode Spatial jusqu'à ce jour. On racontait aussi qu'elles pouvaient utiliser n'importe quelle technologie à leur disposition pour exaucer les souhaits les plus invraisemblables de leurs propriétaires. Seules les plus illustres Familles d'une poignée de galaxies en possédaient. Il fallait une grande richesse et de solides défenses pour les accueillir, ainsi que d'immenses capacités de stockage. La mâchoire de Dum était en train de se décrocher quand Jags posa la question qui lui grillait littéralement le cerveau.

— Mais qui es-tu, Sin ?

Ils l'avaient vue débarquer cinq ans plus tôt en costume d'exploratrice, juste après l'annonce de la mort du Commandant Arkworld lors d'un accident pendant une mission d'exploration. Alors que sa seconde épouse, Mara Tree, avait pris en charge le vaisseau, la belle blonde aux joues roses, au regard azuré, teinté de lavande et aux mains douces s'était fait jeter en pâture sur le second pont du Cygne. Personne ne savait qui elle était ni ce qu'elle avait fait pour mériter le déshonneur des ponts supérieurs. Sin était alors une superbe jeune fille aux courbes de rêve, digne des nanogravures à trente-mille bool'n que les gradés faisaient poser en holo sous les plafonds de leurs cellules cryogéniques pour adoucir les réveils à bord de longs courriers... cette jeunette de haute naissance, rétrogradée au rang d'ouvrière par les ARNistes de bord, sous les ordres de Mara Tree, s'était ensuite métamorphosée. Combien de temps allait-elle tenir avant de clamser ? Tous les ouvriers se l'étaient demandé à l'époque. Jags avouait sans honte avoir posé un mois de solde sur le billard de la Trieuse Aluacier. Dum, lui, s'était permis d'en miser deux.

Leur maître d'oeuvre avait collé la gosse au Fourneau pour six mois. Jags se souvenait encore du choc qu'il avait ressenti en la voyant émerger du Trou, passée cette période. Les cendres lui recouvraient les cils des yeux, ses mains étaient noires et elle avait le fond de l'oeil complètement gris. Mais elle s'était acquittée de son devoir, comme n'importe lequel d'entre eux. C'est ce qui avait finalement convaincu les Nuls de l'accepter parmi eux, de la respecter comme n'importe quel homme d'en bas.

Sin avait toujours refusé d'évoquer les raisons de sa recodification d'ARNid. La rumeur disait même qu'elle était la fille de feu Sir Arkworld en personne, chose qu'elle refusait d'affirmer ou de contredire. Mais voilà, tous les ouvriers savaient qu'elle avait fait partie des nantis avant d'atterrir au milieu d'eux. Il était de notoriété publique qu'une fois votre ARNid réécrit, c'était pour la vie. Pas de retour en arrière possible. Les Seuils et les Portes Civiles de Téléportation se refermaient devant votre nez. Pas de transfert de pont autorisé, sauf avec l'obtention d'un matricule signé du commandant. En cas d'accident, vous étiez laissés pour compte. Votre vie ne pesait plus rien, à peine la matière première que vous trimbaliez avec vous ; elle était sans gravité.

— Je suis comme vous, répondit Sin, regardant Jags droit dans les yeux, je suis Nulle !

5ème cadran Solaire de Démid, Système Bérylien, Fourneau du Cygne.

Jags avait vécu ça toute sa vie. Etre Nul. De l'éprouvette aux entrailles de moteurs à nucléons. Haut d'une taille moyenne, trapu à force de ramper dans les tuyauteries et les conduits d'évacuations du Cygne, il ne mesurait guère plus d'un mètre soixante-dix pour quatre-vingts kagé de masse musculaire. Les travaux de manutention qu'exigeait son poste à bord l'avaient rendu asymétrique. L'un de ses bras se retrouvait deux fois plus musclé que l'autre. Ses mains, elles, épaisses comme des battoirs à viande reconstruite, demeuraient de tailles équivalentes. Outre ses transformations anatomiques, il bénéficiait d'un solide sens pratique et d'un goût certain pour l'ironie. Son visage taillé à la serpe et ses yeux noirs charbon restèrent fixés sur la silhouette gracieuse de Sin. Il se gratta la tignasse, plus noire que le pétrole des réservoirs. Devait-il lui parler ou pas ? Pour lui dire quoi ? Il se tourna vers Dum, en quête de réponse. L'albinos aux yeux mauves la fixait pensivement.

— Tu nous sauveras tous les deux ? s'enquit-il, un demi-sourire médusé aux lèvres.

— Oui, murmura-t-elle, dussé-je vous transformer en princes et vous coller le cul sur des trônes. Rien n'est impossible quand on possède le soutien d'une Mar'N...

— Que fait-on si aucun autre transgalaxien ne se pointe par ici ? hasarda Jags.

Sin esquissa quelques pas devant la fine équipe de Nuls, calculant intérieurement quelques paramètres de sa connaissance.

— Notre seule chance à proximité suffisante est un vaisseau de plaisance colonial. Dans un à deux cadrans, l'orbite sur laquelle le Cygne est coincé entrera en alignement avec une des cimes périphériques d'Irminsul. Nous pourrons alors nous brancher dessus épisodiquement. On ne peut pas contrôler la liaison en permanence, ou bien nous aurons toutes les autorités IA des galaxies principales et coloniales sur le dos. Mais on peut agir sans se faire repérer. Cibler dans l'Inside les pré-transitions de cadrans, lorsque les rayonnements solaires font onduler les branches de l'Arbre Réseau, puis rejoindre ce vaisseau.

— D'accord, mais ça nous avancera à quoi ? demanda Jags, perplexe. On a toutes les chances de se faire refouler au Seuil par le commandant...

— Pas cette fois. Un bal est organisé à son bord, nous allons nous y inviter, répondit Sin en esquissant son sourire le plus énigmatique, et pour remercier notre hôte, nous ne viendrons pas les mains vides...

6ème cadran Solaire de Démid, Vega 53, Sphère décisionnelle de la Pantoufle de Verre.

— Comment me trouvez-vous ? Classe, non ?

Phil'P leva les yeux au plafond plutôt que de répondre aux questions de son représentant médiatique. Focalisé sur son écran de commandes, il en effleura la surface pour livrer passage à une centaine de nantis fraîchement téléportés depuis l'Inside d'Irminsul. Deux pressions d'index supplémentaires ouvrirent un Seuil dans le Talon de la Pantoufle.

— Vérification des invitations et des matricules identitaires, Orphée, ordonna-t-il à l'IA en charge du bon fonctionnement du vaisseau de plaisance.

Vérifications en cours, Sir Philippe, gestion des téléportations de vos invités achevée...

— Pourquoi êtes-vous si sérieux ? Le bal commence dans quelques cadrans, vous pourriez au moins vous détendre un peu et vous amuser, non ?

Phil'P leva brusquement les yeux pour toiser le jeune dandy, blond au sourire éclatant, d'un regard sombre.

— Sir Erik, vous avez été engagé pour amuser la galerie. Fils de président de Vega 53 ou non, c'est votre rôle de charmer et d'attirer nos hôtes pour les divertir chaque année lors d'un bal long de 6 cadrans ponctué de jeux et de compétitions esthétiques...

— Mais c'est vous, le propriétaire de la Pantoufle... techniquement vous êtes plus important que moi ! Plus riche, plus brillant, pourquoi ne pas aller vous choisir une belle cavalière et profiter du bal, sombre mule ?

Le commandant balaya d'un geste toute une paroi couverte d'écrans tactiles aux multiples fonctions dans lesquelles deux fentes bleutées clignotaient, signe qu'Orphée demeurait attentive à ses possibles désirs.

— Tout ça requiert beaucoup de vigilance, sombre idiot. Je vous l'ai déjà expliqué. Ma mission est de faire en sorte de rendre possibles les fééries et les rêves de nos artistes dans tout Démid. Nous donnons un bal très important à bord de mon vaisseau ce soir. Tout le gratin des cybermodes et beautés graphiques sera là pour faire étalage de leurs progrès et assurer de nouvelles alliances commerciales entre les planètes du système Bérylien. Nous ne pouvons nous permettre aucune erreur, aucune panne technologique, aucun incident diplomatique. Vous vous trouvez fantastique, R'ik ? Grand bien vous fasse, vous avez été engagé pour !

R'ik soupira d'exaspération tout en lissant une boucle soyeuse derrière son oreillette. Ses yeux bleus clignèrent brièvement face à l'écran d'où il observait le commandant Phil'P, puis balayèrent la foule naissante qui s'acheminait progressivement vers les pistes de danse où une première épreuve attendrait bientôt les prétendantes au premier titre de beauté du bal. Certaines dames élégantes clignotaient. R'ik pouvait détailler des étincelles parasites danser sur le grain de leur teint pourtant parfait.

— Les invités holographiques se sont surpassés, on croirait presque qu'ils sont physiquement sur Vega, vous ne trouvez pas ? demanda Phil'P, soudain plus amène.

R'ik esquissa une grimace, sensible aux défauts que ne pouvait percevoir son patron du haut de son Talon de Verre.

— Le meilleur de la population mondaine n'est pas encore arrivé, répliqua-t-il, attendez un peu de voir le défilé de Ms Mara Tree.

— Elle sera là ?

— Oui, il était prévu qu'elle orchestre l'ouverture des festivités en personne. Malheureusement, son vaisseau l'a lâchée. Elle et son équipage ont dû recourir à une téléportation massive depuis leurs navettes de sauvetage. L'Inside a fait ce qu'il pouvait compte tenu des capacités disponibles dans le système Démid, ils devraient atteindre le Seuil de la Pantoufle dans deux ou trois cadrans.

— Ceci est regrettable, j'ai entendu dire que son vaisseau était une petite merveille. J'aurais d'ailleurs aimé connaître leur propre IA de bord dont on ne tarit pas d'éloge...

— Oui, oui, oui... permettez que je m'acquitte de ma mission, Boss ! La première épreuve va commencer pour couronner la plus belle tenue du bal. Pas moins de cinquante enseignes sont en lice rien que pour les demoiselles holographiques. Vous devriez lancer l'évaluation de la qualité technologique et y jeter un oeil. Ce que j'observe déjà est merveilleux à regarder !

Reprenant une mine taciturne et fronçant les sourcils, Phil'P demanda à Orphée d'afficher les profils des prétendantes les uns après les autres. R'ik avait raison sur un point : chacune des jeunes femmes présentes holographiquement était splendide, habillée avec un soin artistique rare qui laissait rêveur le propriétaire de la Pantoufle. Mais lorsqu'il se penchait plus avant sur les moyens technologiques et nombres de capaciteurs recrutés au sein de la Pantoufle pour générer de telles merveilles en sept dimensions, il s'en retrouvait désabusé et cynique.

Tant de retouches plastiques pour dénaturer le modèle humain, tant de place de stockage et de déformations virtuelles pour tromper l'oeil du public... Il était certain qu'une fois matérialisée, la gagnante de cette première épreuve ne pourrait être que décevante à souhait. Orphée classa presque instantanément les dames holographiques par ordre croissant en poids technologique. Les plus grandes tricheuses se retrouvèrent alors en dernière position. Ulcéré, le commandant et cyberingénieur en chef des opérations quitta sa console. R'ik saurait faire son choix parmi les lauréates les plus méritantes... lui avait eu sa dose pour ce premier cadran. Il quitta la salle de commandes.

7ème cadran Solaire de Démid, Vega 53, Haut Talon de la Pantoufle de Verre.

Les éclairages bleutés se détachaient des murs foncés pour enluminer ses pas d'arabesques douces sur le sol de verre opaque. Les murs lui renvoyaient un reflet de lui-même épuré ; une haute silhouette cintrée dans un costume nocturne, un catogan noir soulignant la raideur de sa nuque et un port altier. Des sourcils toujours froncés...

— Je vous remercie infiniment, Sir...

La douce voix sortit Phil'P de ses pensées amères. Il leva les yeux droit devant lui. Une jeune femme d'une beauté époustouflante se tenait au milieu de la galerie du Haut Talon, vaporeuse dans sa tenue aux nuances de rose changeantes. Légèrement moins grande que lui avec ses talons aiguilles translucides aux reflets nacrés, elle l'observait, habitée d'un calme déstabilisant. Son visage encadré de mèches dorées exprimait un sourire énigmatique souligné par un regard violacé envoutant. Elle tenait dans une main une fleur qui n'existait plus que dans les archives de riches dignitaires. Une rose qu'imitait la forme fluctuante de sa robe. Il sembla à Phil'P que son parfum flottait dans l'air, ce qui ne pouvait être possible à cause de l'état dans lequel était figée la demoiselle. Un hologramme. Et pourtant... la fragrance demeurait bien réelle !

— Qui êtes-vous ? demanda-t-il, subjugué. Vous avez l'air si tangible ! C'est incroyable !

— Vous m'avez désignée gagnante pour cette première épreuve, expliqua-t-elle doucement.

Elle lâcha la rose, puis d'un geste gracieux, s'inclina, révélant la finesse de sa taille, le chatoiement des étoffes ainsi que l'imminence de son départ.

— Aurai-je le plaisir de vous rencontrer physiquement lors du prochain cadran ?

— Est-ce une invitation officielle ?

— Vous l'avez mérité, c'est le prix qui accompagne le titre que vous venez de remporter... alors ?

— Peut-être...

Une nuée lumineuse aveugla Phil'P, accompagné d'un courant d'air. La belle s'était évaporée. Encore ébahi, le cyberingénieur n'entendit pas immédiatement l'alarme stridulante naître dans son oreillette.

— R'ik ? finit-il par réagir. Quoi ?! J'arrive !

8ème cadran Solaire de Démid, Vega 53, Sphère décisionnelle de la Pantoufle de Verre.

— Depuis quand ? demandait Phil'P aux cybertechniciens qui couraient d'un écran à un autre.

— Sir Erik nous a alertés dès qu'il s'en est aperçu, répondit l'un d'eux, raide dans son uniforme gris acier avant de reprendre sa course.

Phil'P se tourna vers le plus grand des écrans dressé au milieu de la pièce. Le visage de R'ik s'y affichait en grand, une expression de panique incrustée sur ses traits délicats.

— On a frôlé la catastrophe de peu, mais Orphée gère la situation, déclara Phil'P à son représentant dans le seul but de l'apaiser.

— C'est incompréhensible ! s'exclamait le beau dandy. Je me préparais à accueillir notre première gagnante et cet énergumène a surgi de nulle part ! La Pantoufle s'est complètement dérèglée... une vraie pagaille !

— A-t-il dit d'où il venait ? Avez-vous lu son matricule ? Que donne son ARNid ?

Notre inconnu appartient à la classe Nantis du Système Solaire d'Emeralde, sur la colonie Astria 22. La base de données des ARNid du système Emeralde indique qu'il s'agit de Sir Jerom Agues, riche propriétaire des industries Nuclas. C'est un spécialiste des moteurs à nucléons.

— Il raconte qu'il était en route pour visiter un vaisseau en perdition technique sur lequel les moteurs étaient en panne quand il a atterri dans la Pantoufle, poursuivit R'ik, je vais l'installer parmi nos invités de marque.

— Orphée, est-ce possible ?

Oui, Sir Phil'P. Il est possible qu'un défaut de synchronisation ait croisé deux voyages téléportatifs au coeur de l'Inside, inversant les seuils d'arrivées programmées entre elles. Toutefois, rien n'indique que le Seuil par lequel aurait dû arriver la demoiselle n'ait été utilisé.

— Y a-t-il d'autres dommages à signaler dans notre base ? s'inquiéta le maître des lieux.

L'équivalent d'un hôte holographique en capaciteurs a été chargé dans notre base de stockage. Impossible d'en identifier la source ou l'utilité. Les encodages se redéfinissent à chaque tentative d'analyse... désirez-vous que je l'isole du reste du Système ?

— Par mesure de prudence, oui. Il peut s'agir d'un résidu fantôme de notre gagnante, je ne voudrais pas qu'il lui arrive quoi que ce soit si d'aventure elle était piégée entre deux Seuils. Orphée, lance un protocole de récupération afin de sauver ses dernières données connues !

Bien sir.

— Je prends en main la suite du bal, déclara R'ik, rassuré.

— Quelle est l'épreuve suivante ? demanda son employeur.

— Danse holographique active avec un cavalier tangible. Vous êtes certain de ne pas vouloir venir vous choisir une cavalière pour vous amuser un peu ?

Le dandy quitta l'écran avant d'avoir obtenu la moindre réponse, loupant la grimace équivoque du commandant.

— Orphée ? Lancement de l'évaluation de qualité technologique, calcul du ratio de netteté dynamique par rapport à la danse exécutée, ordonna Phil'P.

9ème cadran Solaire de Démid, Vega 53, Bas Talon de la Pantoufle de Verre.

Les épreuves de danses holographiques battaient leur plein. Phil'P jetait de temps à autre un oeil aux couples harmonieux s'ébattant sur les pistes sur les surfaces de transmission du Bas Talon. Aidé de son IA Orphée, il inspectait les périphéries de stockage de la Pantoufle afin d'en savoir plus sur l'étrange masse intelligente téléportée lors du dernier cadran. Il venait de sortir du dernier rayonnage de capaciteurs d'archives lorsque la voix de R'ik annonça les noms du couple gagnant dans son oreillette.

— Il semble que notre invité-surprise s'amuse comme un petit fou ! Sir Jerom fait des merveilles au bras de sa cavalière. D'ailleurs, on dirait qu'il s'agit de notre gagnante disparue, si je ne m'abuse...

— Vous dites ?!

Phil'P plaqua la paume de sa main sur le mur attenant aux archives afin d'obtenir un visuel plus clair des pistes de danses. Un écran sortit du mur sur lequel le nanti encostumé – étonnamment musclé pour sa condition – guidait une jeune demoiselle holographique sur la piste d'améthystes.

— Vous en êtes sûr ? Sa tenue est différente...

Pourtant, lumineuse dans sa toilette argentée rehaussée de petits éclats de diamants, il ne pouvait s'agir que de la gagnante de la première épreuve, plus resplendissante encore. Les voilages souples couleur métallique ondulaient autour de ses hanches comme un fluide précieux, tandis que sa chevelure dorée flottait sur ses épaules, mi-liée à sa nuque, mi-libérée, comme portée par une mystérieuse brise. Ses petits pieds, légers comme des plumes dans leur escarpin de cristal, l'entraînaient dans une danse exquise dynamique et gracieuse.

— Qu'en dit Orphée ? répliqua le coordinateur du bal.

Phil'P questionna l'IA. La réponse vint immédiatement.

Il s'agit bien de notre première gagnante. La qualité technologique et le résultat du ratio la placent en première position pour cette seconde épreuve. Sa chorégraphie dynamique est originale, avec un taux d'improvisation de 84%. Elle ne suit pas de programme cinétique. Son apparence plastique est intégralement naturelle.

— Retiens-la après l'épreuve R'ik, j'arrive ! annonça précipitamment le commandant.

L'écran afficha le dandy en chef, un sourire plus qu'éblouissant aux lèvres.

— Avec plaisir, Boss !

10ème cadran Solaire de Démid, Vega 53, Semelle de la Pantoufle de Verre.

Phil'P n'eut pas à courir bien loin. Sitôt remonté dans le Haut Talon, il n'eut qu'à faire quelques pas sur la passerelle reliant la Semelle aux pistes de danse pour retrouver celle qu'il cherchait. Elle se tenait immobile, drapée dans ses textures précieuses rehaussant son teint de nacre. Les éclats diamantins ricochaient sur les surfaces métalliques. La seule nuance colorée venait de son visage. Était-ce dû aux effets holographiques ? Il semblait au propriétaire de la Pantoufle que ses grands yeux lavande brillaient de mille feux.

— Encore vous ? souffla-t-il, à nouveau subjugué.

— Je suis venue vous remercier une nouvelle fois, murmura-t-elle.

— Vous deviez vous présenter en chair et en os... que s'est-il passé ?

— Cela n'a pas d'importance...

— Accepterez-vous mon invitation au bal cette fois-ci ? Viendrez-vous en personne ?

— Peut-être...

À ces mots, une nuée lumineuse accompagnée de violents courants d'air aveugla le cyberingénieur. Quand il put à nouveau y voir clair sur la passerelle, il ne restait de l'étrange danseuse qu'une poignée de minuscules diamants éparpillés sur le tapis bleu nuit.

Il n'eut pas le temps de faire un pas que l'alarme stridulante sonnait à nouveau dans son oreillette.

— Quoi ? Encore ?! J'arrive !

Sphère décisionnelle de la Pantoufle de Verre.

— Même problème que la dernière fois ? demandait Phil'P aux cybertechniciens qui se pressaient d'un écran à un autre.

— Oui, répondit l'un d'eux, paniqué.

Phil'P se tourna vers le visage de R'ik qui invectivait un étrange gentleman aux cheveux blancs savamment peignés derrière ses oreilles. L'homme mince portait une paire de lunettes rondes orangées ainsi qu'un costume beige du plus bel effet et d'une canne dorée finement ciselée. Son allure distinguée parlait pour lui.

— Qui est-ce ? demanda pourtant R'ik, au comble de l'apoplexie.

Notre inconnu appartient à la classe des Nantis du Système Solaire des Hespérides. La base de données des ARNid du système Hespérides indique qu'il s'agit de Sir Damian Ulme. Il est le principal actionnaire de l'exploitation Inside des cimes Béryliennes. La branche de l'Arbre Monde que nous utilisons actuellement pour accueillir nos hôtes en fait partie.

— Je vous laisse gérer ça ! s'écria R'ik, Ms Mara Tree et ses filles sont enfin arrivées et avec tous ces incidents, il semble que leur rematérialisation se soit mal passée... on me parle de pertes corporelles partielles au niveau de leurs membres inférieurs, c'est très inquiétant !

Phil'P passa une main sur son front. Il poussa un profond soupir avant de s'adresser à Orphée.

— Qu'as-tu trouvé d'autre Orphée ?

L'équivalent d'un second hôte holographique en capaciteurs a été chargé dans notre base de stockage. Impossible d'en identifier la source ou l'utilité. Les encodages se redéfinissent à chaque tentative d'analyse... tout comme la fois précédente. Désirez-vous que je l'isole aussi du reste du Système ?

— Comment se comportent les premiers encodages ?

Ils semblent fusionner avec les seconds, sans toutefois présenter la moindre cohérence. Leur taille augmente exponentiellement sans manifester de stabilisation.

— Alors, isolez l'ensemble, et maintenez les capaciteurs sous haute surveillance. Ah, et Orphée ? Je veux savoir qui est cette femme ! Trouvez-moi tout ce que vous pouvez sur elle. Traquez son signal ! Je veux savoir d'où elle vient, qui elle est et ce qu'elle veut !

11ème cadran Solaire de Démid, Vega 53, Piste de danse de la Pantoufle de Verre.

— Et il n'y avait rien ? Pas la moindre trace ? demandait Sir Damian Ulme à son hôte passablement énervé.

— Volatilisée ! Elle n'avait aucune identité, elle a remporté deux épreuves haut la main et rien ! Pas le moindre indice sur le créateur des codes de ses capaciteurs ou sur l'entreprise qui a généré sa tenue holo... quant à son signal, aucune trace !

— J'avoue que je suis très intrigué par votre histoire, Sir Philippe. Je m'y connais bien en ce qui concerne le fonctionnement des cimes et de l'Inside. C'est la première fois qu'une telle chose se produit...

— Où alliez-vous avant d'être redirigé dans la Pantoufle au fait ?

— Ma nouvelle filiale Legu'Minoze espérait ma visite de toute urgence. Je me lance dans la production de Citrouilles Béryliennes, ils avaient besoin de mon aide pour régler les derniers détails...

Phil'P se détourna de son nouvel hôte, le laissant aux bons soins de Sir Jerom Agues qui semblait vouloir faire connaissance avec ce dernier. Il avisa la présence de R'ik un peu plus loin en grande discussion avec Ms Mara Tree dont le moignon du pied droit disparaissait presque totalement sous les bandages.

— Oui je connais cette jeune inconnue. Elle faisait partie de mes ouvriers de bord. Ce n'est qu'une Nulle de second pont, vous savez ? Je crois qu'elle était chargée de la maintenance du Fourneau dans mon vaisseau avant qu'il ne disparaisse regrettablement lors de notre dernière exploration.

— Vous avez dit Nulle ? reprit le commandant, choqué.

— C'est exact. Mes deux filles pourront vous le confirmer... elles ont eu quelques problèmes disciplinaires avec cette moins que rien. Elle s'appelle Sin je crois. J'ignore comment elle est parvenue à se télécharger dans vos capaciteurs holographiques. Lorsque nous avons abandonné le Cygne, mon équipage du premier pont a condamné les accès aux ordinateurs de bord et confiné nos ouvriers sur le second pont. Ils devraient être morts, ou presque, à présent. Si j'étais vous, je contacterais des agents de sûreté d'Inside pour vous en débarrasser.

Remarquant le trouble de son employeur, R'ik le prit à part pour lui parler.

— Qu'en penses-tu ? Devons-nous fermer les Seuils de la Pantoufle à tout holo répondant à ses caractéristiques ? Phil'P ?

— ... Oui... faisons ça !

Le dandy eut une expression mortifiée pendant de longues secondes.

— Quand même, Mara Tree me fait froid dans le dos. Elle a sacrifié tous ses ouvriers de second pont...

— Oui, rien d'étonnant à ce que cette Sin nous fasse des difficultés ! marmonna le commandant, écoeuré par cette nouvelle sorte de tricherie.

— Mais... Ouvrière, hackeuse ou autre... elle est fantastique ! Deux épreuves remportées sur trois !

— C'est surtout une tricheuse, une menteuse et certainement une voleuse... On ferme les Seuils, R'ik ! Lance la troisième épreuve...

12ème cadran Solaire de Démid, Vega 53, Talon central de la Pantoufle de Verre.

Tous les écrans affichaient des signaux d'alarme, Phil'P ne savait plus vers quoi orienter les actions de ses cybertechniciens.

— Orphée, je veux un rapport !

Infraction de la Pantoufle. Envahisseur inconnu. L'équivalent d'un hôte holographique en capaciteurs a été chargé dans notre base de stockage. Impossible d'en identifier la source ou l'utilité. Encodages en cours... retransmission...

Des lucioles bleutées flottèrent au milieu de la pièce, dessinant une silhouette qui ne parut que trop familière au goût du maître des lieux.

— Vous ! Disparaissez !

— Si vous percevez ce message, c'est que je ne suis pas vraiment là, et je disparaîtrai très bientôt... déclara la jeune femme, toujours plus belle dans cette nouvelle tenue aux nuances azurées.

Ce n'est qu'un message en trois dimensions, Sir Philippe, il provient des encodages inconnus que nous avons isolé il y a peu.

— Peut-être avez-vous croisé ma belle-mère, et elle vous aura expliqué qui je suis... une ouvrière dénommée Sin, en charge de la maintenance du Fourneau. Ce qu'elle aura peut-être omis de vous dire, c'est ce que j'étais avant...

Phil'P avança jusqu'à l'apparition. Il lui semblait que les volutes bleutées étaient tangibles. Il passa les doigts au travers. La texture de l'air y était changeante, presque tiède.

— ... dégradé mon ARNid voilà cinq ans... mais je suis Sindarelle Arkworld, héritière légitime d'une des sept Mar'N existantes en ce monde... Mara Tree a fait de moi ce que je suis parce que je refusais de lui donner Mnémosyne. Mon vaisseau entre à présent dans un trou noir, je vais mourir seule au milieu de ses cendres. Grâce aux cieux, tous mes ouvriers sont saufs... Je tenais à vous remercier de m'avoir permis de participer à ce bal. J'ai passé suffisamment de temps à explorer la Pantoufle pour savoir que vous êtes digne de posséder ma Mar'N. Mnémosyne est capable de raviver nos mémoires les plus anciennes, celles qui s'expriment dans nos gènes depuis des millions d'années. C'est la raison pour laquelle la rose que je portais possédait un parfum que vos sens ont cru reconnaître, c'est aussi pourquoi je n'avais besoin que de peu de capaciteurs pour me matérialiser. Vous trouverez Mnémosyne au sein des capaciteurs aux encodages inconnus que vous n'aurez pas manqué d'isoler... Ne renoncez plus à vos rêves, Sir Philippe. C'est cela même que m'enseignait chaque jour Mnémosyne. A présent elle est entre vos mains. Faites-en bon usage. Adieu...

— Attendez !

Phil'P avait beau le savoir, il tenta de saisir ses mains pour la retenir, mais la demoiselle au regard brillant de gratitude se désagrégeait peu à peu. Il ne resta bientôt plus qu'une poignée de lucioles de la belle Sindarelle. Le coeur broyé de tristesse, le commandant se précipita hors du Talon. Il buta contre Sir Damian qui effectua un vol plané contre la paroi opposée.

— Trente-trois grammes, c'est trop léger ! se plaignit l'albinos en se redressant tout aussi légèrement, replaçant sur son nez sa paire de verres teintés.

— Tu n'as pas compté le poids du costume, Lapin Blanc ! ricana Sir Jerom à quelques pas de là.

— Que faites-vous là, tous les deux ? s'alarma le maître des lieux.

— On cherche Sin... Elle devait nous rejoindre, mais on dirait qu'il va falloir changer de plan... expliqua Sir Damian en massant l'arrière de sa tête.

— Comment ? Vous savez ?

Sir Damian hocha la tête en marchant vers eux.

— J'ai vite compris qu'elle se sacrifierait pour nous. Son ARNid a déjà été modifié par le passé. Il était impossible qu'elle puisse se matérialiser sur la Pantoufle en tant que simple ouvrière de second pont... alors, je lui ai créé un module de survie. Nous avons quelques cadrans devant nous, mais il faut faire vite !

— Comment peut-on la sauver ? Avez-vous la moindre idée ?! s'affola Phil'P, Je ne supporterais pas de la perdre une quatrième fois...

— À celui qui possède une Mar'N, rien n'est impossible... révéla une voix mélodieuse depuis le sas du Talon.

Les trois hommes se retournèrent ensemble. Une grande dame holographique, poussiéreuse et potelée, les toisait d'un air narquois.

Encodages inconnus exprimés... encodages inconnus exprimés... fin du protocole d'isolation des capaciteurs...expliquait Orphée dans l'oreillette de Phil'P.

— Si la belle ne peut venir à la Pantoufle de Verre, alors que la Pantoufle aille la rejoindre ! déclara le commandant. C'est mon souhait, Mnémosyne !

La Mar'N acquieça silencieusement. Ses bras se levèrent lentement, un sourire se figeant sur son visage anthracite. Sous leurs pieds, la Pantoufle se mit à trembler. Le vaisseau prenait de l'altitude et ses enceintes extérieures se remodelaient pour adopter sa forme d'aéronef d'antan.

12ème cadran Solaire de Démid, Système Bérylien, Fourneau.

Le sas du fourneau ne donnait plus sur le second pont. À travers les hublots, la Vénus bleue, absorbée par le dragon noir, s'éloignait inexorablement, escortée par une nuée de débris de ce qui restait du Cygne. Le vaisseau avait explosé depuis quelques cadrans maintenant propulsant le fourneau loin de l'imminence du désastre. Le terminal s'était débranché des cimes d'Irminsul. Aucun signal ne pourrait plus être transmis. L'immense cylindre de fonte, lui, fendait l'espace dans la direction opposée au dragon vorace. Sindarelle flottait, endormie parmi les cendres volatiles et les fragments de limailles. Son corps inerte, sanglé dans une combinaison informe, baignait au creux de nuances azurées. Son visage impassible exhalait de l'oxygène raffiné à travers un masque translucide où un sourire discret persistait.

Fin

  
Commenter ce chapitre
Pour commenter, veuillez vous connecter ou vous inscrire.
L'AlléeDesConteurs.fr © 2005-2019
AlléeDesConteurs.fr Découvrir l'Allée L'Allée & Co Statistiques
Les fictions publiées
L'agenda des publications
Les auteurs de l'Allée
Les Trois Rues | la compétition
Foire aux questions
Nous contacter
Forums de discussion
LeConteur.Fr
Partenaires & Liens
16 fictions publiées
761 membres inscrits
Dernier inscrit: N.K.B
AlléeDesConteurs.fr ~ 2005-2019