Bienvenue ! S'inscrire Se connecter
Romans Agenda Publier Articles
Les Trois Rues Les Forums L'Equipe
Connexion
La méthode de Christopher Vogler
Article rédigé par Ghaan & publié le 23.05.2015 dans Ecriture
Le guide du scénariste : La force d'inspiration
L'écrivain:
Christopher Vogler est né en 1949. Il a travaillé comme analyste des scénarios chez Disney, la Fox et Warner Bros. Il était celui qui sélectionne les scripts à potentiel puis qui les améliore. Encore étudiant, il a découvert le travail de Joseph Campbell, un mythologue américain, qui a analysé un nombre incalculable de mythes et contes de fées. De sa lecture, Christopher a écrit un petit guide pratique, passé de main en main et vite devenu incontournable à Hollywood. Dans la fin des années 90, il en a fait un livre: « Le guide du scénariste: La force d’inspiration des mythes pour l’écriture cinématographique et romanesque »
Voici sa méthode, qui sous-tend la majorité des créations américaines d’aujourd’hui que ce soit cinématographiques ou romanesques (très bref résumé, le livre fait près de 400 pages !).

La méthode:
Les histoires mythiques répondent à un besoin psychologique et suivent le schéma d’un voyage initiatique : le héros quitte le confort de l’habitude, pénètre un autre monde, au propre comme au figuré, prend des risques pour obtenir quelque chose et en revient grandi. Dans sa quête, il sera aidé ou bloqué par des personnages exprimant un trait psychologique: les archétypes.

Les archétypes:
L'archétype est la fonction d'un personnage, son rôle dans l’histoire et son rôle psychologique pour le héros. Cela ne fait ni son histoire ni son caractère. Un même personnage peut du reste porter plusieurs masques. La liste ci-dessous est incomplète et ne traite pas de tous les aspects psychologique, dramatiques etc. abordés dans le livre. Vogler donne également des déclinaisons de chaque fonction pour différents genres : romance, policier…
1. Le Héros: Au-delà de la force ou de la bravoure, par définition, le héros est celui qui est prêt à se sacrifier pour le bien de la tribu. Mais c’est également celui qui vivra l'initiation. Au début de l'histoire, il a des qualités, des défauts et des aspirations. C’est cela qui permet l’empathie et l’identification des lecteurs avec le héros. L'aventure permettra au héros d’exprimer ses qualités, de réparer ses défauts et de combler ses vœux : en un mot « grandir ».
2. Le Mentor : Le personnage qui instruit le héros, le guide, le protège et parfois lui donne des cadeaux.
3. Le Gardien du Seuil : C’est celui qui garde le seuil de l’autre monde. Il teste le héros.
4. Le Hérault : Celui qui appelle à l’aventure mais aussi qui appelle à un changement chez le héros.
5. Le Métamorphe : Aussi appelé l’insaisissable. Il peut être la femme fatale, l’ami imprévisible.
6. Le Filou : Souvent un comique, il porte l’énergie du changement et révèle la vérité par des accidents, des lapsus révélateurs…
6. L’Ombre : Il représente l’énergie du côté obscur, l’inverse du héros mais aussi ce qu’il redoute le plus. L’ombre doit être vaincue par le héros. L’ombre peut être un ennemi juré ou simplement un antagoniste, un rival, qui entre en conflit avec le héros car il a des intérêts ou une vision du monde différente. Il est important d’humaniser l’ombre avec des qualités, des rêves et des faiblesses. Ainsi, lorsque le héros fera le choix de le tuer (même métaphoriquement), son acte relèvera d’un choix moral, pas d’un acte réflexe sans importance.

Les étapes du voyage du héros :
Une histoire est un voyage du héros dans l’autre monde avec retour. Le héros s’engage dans une quête. Il va subir des épreuves qui lui permettront de grandir. Le voyage peut être littéral ou être un voyage intérieur dans le cas d’une romance par exemple. Ce voyage comporte 12 étapes dont l’ordre peut parfois changer (traduction ci-dessous) :



1. Monde ordinaire : Exposition des personnages, de sa réalité, présentation, des défauts, des besoins et des vœux du héros ou du déséquilibre à l’œuvre dans son univers
2. Appel à l’aventure : Incident déclencheur, rupture de l’équilibre, message qui appelle le héros au changement
3. Refus de l’appel : Souvent le héros a peur de se lancer dans l’aventure. S’il n’a pas peur (cela arrive), quelqu’un exprime ses doutes à sa place : changer comporte un risque
4. Rencontre du mentor : Bien souvent, c’est le mentor qui permet au héros de surmonter ses peurs. Mais pas forcément. Le mentor peut apparaître à un autre moment. Le héros est parfois poussé en avant par son ombre.
5. Passage du seuil : Il s’agit d’un acte de volonté. Une épreuve attend souvent le héros, un gardien du seuil peut bloquer la porte. Métaphoriquement, le héros franchis la porte de l’autre monde
6. Tests, alliés et ennemis : Le héros subit une série d’épreuves pour comprendre les règles de l’autre monde, pour devenir plus fort mais aussi pour obtenir des alliés
7. L’approche de la cave secrète : Avant de pénétrer dans l’antre du méchant, la compagnie prépare un plan, affute ses armes, se prépare au risque à venir,
8. Ordalie centrale, Mi-chemin, Mort et Renaissance : Un des climax de l’histoire. Le héros se confronte à ses plus grandes peurs. Il subit un revers, manque de mourir (même métaphoriquement). Ce moment de grand désespoir est suivi d’une renaissance.
9. Récompense : Le héros en ressort transfiguré, il a acquis un nouveau pouvoir, une sagesse nouvelle. C’est aussi souvent un moment de bilan où on regarde en arrière
10. Route du retour : Le héros doit retourner dans son monde mais l’ombre n’a pas dit son dernier mot. A ce stade, l’histoire a besoin d’énergie, une course poursuite est la bienvenue
11. Renaissance : Le héros a grandi mais il n’est pas encore au bout de son évolution. Une nouvelle ordalie dont le héros triomphe. Il a progressé, il se montre souvent capable de faire une chose dont il était incapable en 1.
12. Retour avec l’élixir : Le héros ne ramène pas seulement quelque chose pour lui mais aussi pour la tribu.

La transformation du héros
A ces 12 étapes correspondent 12 paliers de l’arc du personnage, car au fur et à mesure de son voyage, le héros évolue. On ne lit pas une histoire pour voir des explosions de voitures, on veut voir un héros progresser, devenir meilleur ou surmonter une faiblesse.


Traduction : Conscience limitée, Conscience augmentant, Résister au changement, Surmonter, S’engager, Expérimenter, Préparer, Grand changement, Conséquences, Nouveau dévouement, Tentative Finale, Maîtrise

Concrètement :
Il ne s’agit pas d’appliquer une formule magique. La structure suggérée ici est une carte routière que l’on étudie avant de partir et à laquelle on se réfère quand on est perdu. Les besoins de l’histoire priment sur la structure, la fonction sur la forme. Si aucune scène ne correspond, il faut réinventer ce schéma!


Quelques idées sur le fond d’une histoire :
Une histoire est une leçon vivante d’un thème, par exemple: “le mal ne paie pas”. Ce thème est la colonne vertébrale de l’histoire. Si certaines scènes ne peuvent pas être rattachées à ce fil rouge, il faut se poser la question de leur utilité.
Une scène est un échange entre les personnages ou entre l’histoire et le lecteur: les rapports de force s’inversent, des informations sont données… Encore une fois, si la scène n’apporte rien, il faut se poser la question de la supprimer. Aparté : Supprimer une scène ne diminue pas l’énergie de l’histoire, cela focalise la lumière sur les autres scènes.
Les histoires sont comme les fées, elles répondent aux vœux, souvent formulés par le héros au début de l’histoire. Mais l’histoire va lui montrer que les vœux conscients sont souvent différents des besoins inconscients. Toute bonne histoire doit posséder ce second niveau d’intrigue.
Une bonne histoire pousse l’audience à faire le vœu avec le héros. Pour cela, le vœu doit devenir un acte de volonté par des choix répétés. Un héros doit être actif pour créer de l’empathie, s’il ne l’est pas au début de l’histoire, il doit finir par prendre son destin en main.
L’histoire délivre une justice poétique. C’est pour cela qu’on attend que les méchants soient punis et qu’on déteste les histoires qui finissent en point d’interrogation. C’est notre côté enfant.

Petit exercice pratique :
Regardez Star War, le tout premier, celui qu’on appelait La Guerre des Etoiles dans ma jeunesse. Observez sa structure ^-^
Pour info, George Lucas n’a pas lu Vogler, mais il a lu Campbell. Et ils semblent être parvenus aux mêmes conclusions…

Pour aller plus loin :
Le livre :

« Le guide du scénariste: La force d’inspiration des mythes pour l’écriture cinématographique et romanesque »

Si vous souhaitez encore aller plus loin dans l’écriture de scénarios, Les Editions Dixit organisent des Masterclass. La prochaine classe de Christopher Vogler aura lieu du mardi 15 au Jeudi 17 mars 2016 (lien)
Page 1 sur 1 / 1
Commenter & Partager
Pour commenter vous devez vous identifier (et avoir créer un compte sur notre forum)
Lily H. Kitling
lundi 17 avril 2017 à 12h51

Bons rappels ; je connais bien Campbell, et je partage globalement les avis ci-dessous : il ne faut pas se baser sur ce schéma pour réfléchir, mais le voir comme un outil, utile ou pas, ou juste en partie, ou juste pour la curiosité ; mais à l'écriture, il faut suivre ses intuitions et faire ce qu'on aime. ^^
Clyfia Shana
lundi 15 juin 2015 à 20h44

Euh oui... c'est à dire que je trouve cette méthode bien pour construire un récit traditionnel avec un cadre. Je trouve bien mieux de suivre les méandres de son propre cerveau. J'étoufferai je crois avec ça ^^
Sizel
jeudi 28 mai 2015 à 17h53

En lisant la méthode, je me retrouve assez peu dans les archétypes ! En fait, effectivement, je me retrouve sur certains points, et d'autres beaucoup moins. C'est intéressant de découvrir la méthode de façon concise : ça permet de se faire une idée sans pour autant s’assommant avec trop de détails et d'informations.
Merci pour l'article Ghaan.
Jamreo
mardi 26 mai 2015 à 14h28

Intéressant, j'avais déjà entendu parler de cet homme. Et c'est vrai que je reconnais des éléments de toute histoire là-dedans, ce sont des étapes quasi-incontournables. L'arrivée du changement, les obstacles à la réalisation du ou des héros... Après, et c'est personnel, je me méfie des méthodes strictes en matière d'écriture, tout comme Woody ^^ il y a des moments où c'est plutôt un frein à l'imagination et au développement qu'une aide. Mais comme tu l'expliques bien, il ne s'agit que d'une carte, pas d'un recette miracle à suivre à l'ingrédient près et heureusement : les choses peuvent être plus subtiles, nuancées que cela, difficiles à décoder.
Mais même intuitivement on retrouve plusieurs éléments alors ce serait intéressant, par contre, d'essayer de se lancer à contre courant pour écrire un récit sans rien de tout cela. Sans doute que oui, sans doute que ça a déjà été fait d'ailleurs ^^
Nascana
lundi 25 mai 2015 à 23h51

Merci pour cette présentation riche. Ca nous fait réfléchir sur ce qu'on crée.

Nascana
Ghaan
lundi 25 mai 2015 à 18h05

Merci de vos commentaires! Oui, finalement, cette structure de mythes, on l'a en nous, et ce n'est pas la peine de trop rationaliser. Après tout, toute histoire a un début, un milieu et une fin ^^ J'ai aimé la méthode de Vogler car elle m'a permis de regarder une histoire autrement. Je m'y réfère plutôt en phase de réécriture, lorsque je sens que quelque chose cloche mais que je n'arrive pas à mettre le doigt dessus.

Si j'accorde tant d'importance aux méthodes, c'est parce que j'ai un cerveau anarchique. J'ai besoin de me forcer à structurer ma pensée et mes histoires, sinon c'est du n'importe quoi! Mais j'avoue avoir trop accordé d'importances aux méthodes à un moment et en avoir souffert (surtout certaines méthodes plus dogmatiques).

Bien sûr, il faut aussi savoir laisser couler et arrêter de trop intellectualiser les histoires et de vouloir tout contrôler. Sinon on perd en spontanéité et on se perd dans la réécriture. L'histoire en pâtit! (j'ai bousillé ma dernière histoire comme ça ^^)
Blackwood
lundi 25 mai 2015 à 17h05

Très sympa l'article, c'est vrai qu'il est très clair.
Après, de façon tout à fait personnel, j'ai peur des méthodes, de l'impact qu'elles peuvent avoir sur ma façon d'appréhender une histoire. Je suis comme Béa, certains éléments me parlent, et je dois sans doute être dans le même schéma pour certains points de fonctionnement, sauf que je préfère en rester là et ne pas creuser la question xD (oui je suis frileux, mais je connais l'effet que ça peut avoir sur moi. Quand j'ai lu "Comment écrire de la Fantasy" de Orson Scott Card, j'en suis ressorti avec l'envie de tout arrêter parce que j'avais l'impression de ne pas faire comme il fallait)
Beatrice Aubeterre
lundi 25 mai 2015 à 14h44

Tout d'abord, bravo pour cet article très clair ! :)
Sur le fond, j'ai découvert assez récemment le "monomythe" de Campbell : j'avoue que j'avais trouvé cela intéressant, tout en réalisant que j'avais tendance à l'appliquer intuitivement, sans doute en raison de la somme de mes lectures. Néanmoins, je trouve vraiment intéressant de l'exposer de façon claire, cela permet de mieux regarder la structure de ses propres histoires et à en reconnaître les éléments.
Après, je dois avouer qu'en lisant, la question qui m'est venue c'est : qu'est-ce que Vogler apporte de plus par rapport à Campblell ? Ça ne m'a pas paru très clair, vu qu'il me semble que les éléments évoqués étaient sensiblement les mêmes. Sans doute, pour Campbell, c'était plus une analyse, et Vogler la transpose en méthode ?
Sinon, tu vas trouver cela bizarre, mais j'ai aussi pensé au site TVTropes, qui dissèque les "lieux communs" (sans que cela soit péjoratif) de la culture populaire et j'avoue y avoir trouvé beaucoup de choses intéressantes... ^^
Madouce
dimanche 24 mai 2015 à 20h59

Excellent article ! Merci Ghaan !
Ghaan
dimanche 24 mai 2015 à 16h46

Merci beaucoup Blackwood pour la mise en ligne ^^
Bonne lecture et n'hésitez pas à débattre sur la méthode!
Licence Creative Commons
ALLEEDESCONTEURS.FR DECOUVRIR L'ALLEE L'ALLEE & CO STATISTIQUES
Les fictions publiées
L'agenda des publications
Les auteurs de l'Allée
Les Trois Rues | la compétition
Foire aux questions
Publier sur l'Allée
Nous contacter
Forums de discussion
LeConteur.Fr
Partenaires & Liens
32 fictions publiées
647 membres inscrits
Dernier inscrit: Kalypso Caldin
AlléeDesConteurs.fr ~ 2005-2017